AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Couloir desservant les Appartements Privés

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pourpre
Du Bout des Doigts
avatar

Nombre de messages : 557
Statut : Admin
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Lun 25 Avr - 21:13

---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loch-lurgainn-house.forumactif.com/
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 21 Aoû - 12:24

[Bureau-Bibliothèque du Prince]

Gabriella referma doucement la porte du bureau des appartements du Prince et s'appuya dos à la porte, les yeux brillants et la bouche fendue d'un sourire d'une oreille à l'autre.

"Mon Prince..."

Sautillant de joie, elle attrapa une plante verte qui lui servirait de cavalier temporaire puis commença à chantonner tout enchaînant des pas de valse.

"Tu as transpercé mon coeur,
Tu as détourné mon destin,
Montré le chemin du bonheur,
Noyé tes yeux ambre dans les miens.

Embrasé 24 hivers,
Entouré ma vie de cristal,
Mis ton beau parfum jusque dans l'air,
Rendu si doux le froid glacial.

Teinté d'or ma nuit obscure,
Mis une lueur sur mon trottoir,
Des fils noirs dans mon écriture,
Et un poème dans notre histoire.

Glissé du pourpre dans mes murmures,
Mis une étoile dans mon regard,
Tes cheveux noirs dans mes peintures,
Et dans ma vie, un peu d'espoir."

Se mettant à rire, d'un rire d'enfant, elle reposa la plante et releva ses jupons pour se précipiter dans le hall et s'habiller chaudement pour sortir, une nouvelle fois.


[La Maison du Négociant en Epices]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 27 Oct - 22:14

[Grand Salon]

Gabriella arriva dans le couloir menant aux appartements privés juste au moment où le Prince sortait du salon de son épouse. Elle accéléra le pas pour s'approcher de lui mais n'osa pas lui demander si la princesse avait mangé son potage.

"Monseigneur ? Un homme nommé Dante Lonza m'a demandé de vous remettre ce message."

Elle lui tendit la lettre où il était écrit :

Citation :
Monseigneur,
J'ai pris il y a quelques semaines la décision de mettre fin à l'exil volontaire qui me tenait éloigné de Venise. J'ai l'espoir que les tourments qui m'avaient incité à quitter ces lieux, que je chéri plus que tout au monde, auront fini par s'apaiser.
Vous m'avez été d'un grand secours à Florence et je ne vous remercierai jamais assez pour l'accueil charitable que vous avez su réserver à l'homme égaré que j'étais.
Me voilà donc de retour auprès de vous, je me tiens à votre entière disposition et je reste, cher Prince, plus que jamais votre aimable et dévoué serviteur.
Dante Lonza.

Comme il faisait froid, je l'ai invité à entrer se réchauffer et il se trouve en ce moment même au Grand Salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 27 Oct - 22:30

[Appartements de la Princesse]

Elio refermait doucement la porte quand Gabriella apparut dans le couloir.
Il écouta ce qu'elle avait à dire et déplia le papier pour le lire.
Un sourire naquit sur les lèvres pales.
Cette journée réservait décidement son lot de surprises
.

"Vous avez bien fait, je vais descendre et accueillir Monsieur Lonza. Vous enverrez une femme de chambre aider Sa Grâce à se préparer pour la soirée, je tiens à ce qu'elle soit resplendissante, je ne tolererais ni traces de pleurs ni cernes. Vous y veillerez, vous qui avez en tout temps le teint frais et l'oeil brillant."

Laissant la jeune servante à son travail, le Prince gagna l'étage inférieur.

[Grand Salon]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 27 Oct - 22:51

Le Prince avait l'air content du message, il souriait. Qu'est-ce qu'il était beau quand il souriait. Oh bien sûr il était beau tout le temps mais quand il souriait, encore plus !

La bouche de Gabriella se fendit d'un grand sourire quand le Prince lui annonça qu'elle avait bien fait. Puis elle se sentit pousser des ailes lorsqu'il lui parla de son teint et de ses yeux. les compliments de la part du prince lui firent monter le rouges aux joues.


"Oui Monseigneur, je vais faire cela." répondit-elle un peu la tête dans les nuages.

C'est un peu plus confiante que Gabriella alla trouver Luciano Di Lorio.


[salle de Bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Mer 2 Nov - 18:53

[Les appartements de la Dame d'Honneur]

Romana avançait dans le couloir désert, le froissement de sa robe pour seul compagnon.
Elle s'en voulait d'avoir laissé Bianca seule toute la journée. Elle avait lu presque toute la matinée, sans sortir une seule fois, et avait déjeuné dans ses appartements. Elle avait écrit des lettres tout l'après-midi, s'interrompant parfois pour jouer un air au clavecin. Au fond, rien de très important.


*Pas assez pour négliger la princesse...*

Elle pressa le pas, impatiente de ratrapper son absence au plus vite.

[Appartements de la Princesse]
Revenir en haut Aller en bas
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 12 Fév - 18:45

[la salle à manger]

Romana avançait d'un pas pressé dans le couloir désert. La nuit tombait, et seule la lumière vacillante des quelques lampes allumées par les domestiques éclairait ses pas. La soirée allait bientôt commencer, l'heure avançait, et à cette idée la jeune femme n'était pas loin de se trouver dans le même état d'excitation que la princesse !

Pourquoi Elio l'avait-il fait demander ? Désirait-il s'entretenir avec elle de Bianca ? Et s'il ne lui en parlait pas, devait-elle aborder le sujet ? L'esprit embrumé par toutes ces interrogations, Romana arriva devant la porte des appartements du prince. Elle se prépara à frapper mais se ravisa. Elle s'approcha d'un miroir accroché au mur, vérifia que la fleur de ses cheveux était toujours en place. Enfin, elle frappa trois coups décidés à la porte.


[Appartements d'Elio]
Revenir en haut Aller en bas
Orfeo Ciriaco
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 02/09/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Mar 21 Fév - 22:49

[Appartements de Bianca]

Orfeo avait fait quelques pas sur le long tapis d'orient lorsqu'une femme surgit au détour du couloir.
Elle avançait d'un pas pressé, dans le froissement de tissus de ses robes chatoyantes dont le balancement accompagnait ses pas rapides. Orfeo ne dut son salut qu'au faible éclairage du lieu et à la distraction de la jeune femme. Il n'eut que le temps de se plaquer dans l'encadrement d'une porte, retenant son souffle, priant pour que le don d'invisibilité lui soit accordé, alors qu'elle passait devant lui sans le voir.

Il l'observa de loin, sans bouger un cil, tandis qu'elle arrangeait sa coiffure devant le large miroir au cadre de vermeil ouvragé qui ornait le mur qui lui faisait face.
Et si, par malheur son reflet lui apparaissait derriere le sien ? Il ferma les yeux, le coeur emballé, souhaitant s'évanouir dans la paroi contre laquelle il se tenait. Elle allait le voir et crier et ameuter les gens qui feraient venir la troupe, il serait arrêté et jeté dans quelque cul de basse fosse sans pouvoir même trouver un début de défense, il allait...
Non.
Elle n'avait rien vu, elle frappait à une porte et il entendit distinctement une voix d'homme l'invitant à entrer.
La porte se referma, elle avait disparu.
Orfeo exhala un énorme soupir de soulagement et remercia le ciel, les mains crispées sur les sangles de son paquetage.
Un dernier regard en arrière, et il franchit plus courant que marchant les quelques metres qui le séparait encore du grand escalier.

Quel imbécile il était de s'être mélé de porter un message ! Plus imbécile encore de courir aprés une dame dans sa propre maison !

Une petite bonne surgit soudain qui se jeta dans ses jambes. Yeux agrandis, bouche arrondie sur un cri qui allait résonner dans toute la maison. Il la saisit aussitôt et plaquant sa main sur sa bouche l'attira contre lui, l'entrainant dans un renfoncement
.

*Imbécile, sombre idiot !*

Là, il la retourna pour qu'elle lui fit face et se pencha vers le visage terrifié. Il lui promit de ne lui faire aucun mal si elle ne criait pas quand il ôterait sa main. L'enfant secoua la tête dans un aquiecement frénétique et il la relacha. Tétanisée elle resta sans bouger, sans voix.

"Une dame blonde, tres belle. Elle vit ici, sa chambre donne sur le Grand Canal. Trouve la et amène la moi. Je te donnerai une pièce si tu fais vite et que tu es discrète. Sinon, je te retrouverai et tu t'en souviendras !"

Il la poussa vers l'escalier et la petite fila sans demander son reste, une expression affolée sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bianca Grazziano Adorasti
Princesse - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 310
Statut : Modo
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 23 Fév - 1:29

[Divertissement - En face l'estrade]

"Mais enfin où m'emmenez-vous donc Silvia ?" résonna la voix de la princesse dans les escaliers. Qu'est-ce qu'une personne qui voulait lui rendre visite ferait dans l'étage privé du palais ?

La petite bonne ne répondait que vaguement que c'était important et urgent et que l'homme l'attendait à l'étage. Une fois arrivée sur le palier, elle lui montra un recoin du couloir, l'air effrayé.

Bianca finissait tout juste de monter les marches.

"A qui ai-je l'honneur... ?" dit-elle au hasard en plissant les yeux pour distinguer dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfeo Ciriaco
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 02/09/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 23 Fév - 22:02

Une main rapide sortit de l'ombre et saisit le poignet de la jeune femme pour l'attirer dans l'obscurité.
Orfeo avait sans doute eu le geste un peu trop vif car entraînée par le mouvement, la princesse se trouva plaquée contre lui et il sentit ses jambes contre les siennes sous l'épaisseur des jupons. Rares étaient les moments dans la vie d'un saltimbanque où il pouvait respirer d'aussi près le parfum poudré d'une peau si aristocratiquement tendre. Aussi, bien qu'étant conscient de la gène qu'elle pouvait éprouver à son contact, il la retint un peu plus longtemps que nécessaire.

Sa voix ne fut qu'un souffle contre l'oreille ornée d'un délicat pendant
.

"Ne soyez pas effrayée Madame, je ne suis que votre messager."

Il sourit dans l'ombre et sa main s'attarda un instant sur le poignet paré de dentelles avant de la relâcher, lui ayant glissé un objet entre les doigts.

"Je vous rapporte ceci. Monseigneur le Prince di Grazziano vous fait dire de ne point vous inquiéter et que tout ira pour le mieux."

Son chuchotement était si bas que pour se faire entendre d'elle seule, bien que l'ayant libérée de sa prise, il ne reculait pas pour autant.

"Il viendra accompagné de sa suite à cette fête qui est donnée ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bianca Grazziano Adorasti
Princesse - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 310
Statut : Modo
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Jeu 23 Fév - 23:36

Un petit cri aigu lui échappa quand elle sentit qu'on lui saisissait le poignet, accompagné du même cri chez la petite bonne qui pensait sur le coup avoir amené la princesse dans un guet-apens. Se retrouvant tout contre la fameuse personne qui voulait lui parler, elle se débattit sans grande conviction pour se dégager de l'emprise de l'homme, le poussant mollement de sa main de libre en pouffant légèrement de rire devant cette situation qui ne lui était encore jamais arrivée tellement elle était inconvenante. En plus, il lui chatouillait l'oreille avec son souffle.

"Mais lâchez-moi, ça ne se fait pas voyons..."

Elle arrêta de bouger en l'entendant se présenter comme son messager. A vrai dire, elle l'avait déjà oublié.

Soupirant de soulagement, elle se recula quand il la lâcha et regarda l'objet qu'il lui avait mis dans la main : son médaillon. Retrouvant un sourire lumineux, elle le glissa dans un pli de sa robe et regarda Orfeo, écoutant le compte rendu de sa mission. La Princesse tapota ses mains l'une contre l'autre d'un air très excité.


"Mon frère est formidable, n'est-ce pas ? Holala j'ai hâte que cette soirée commence !"

La princesse ne semblait plus inquiète pour deux sous, rien à voir avec le comportement qu'elle avait un peu plus tôt dans sa chambre. Quant à la petite bonne, ayant compris qu'il n'y avait finalement pas de danger, elle restait tout près, bien décidé à ce que l'homme lui donne sa pièce promise.

"Parfait !" reprit la princesse. "Pour vous remercier, je vous invite à la soirée ! Enfin non... mon époux ne serait pas content encore une fois.. Je sais, Silvia va vous accompagner jusqu'à l'office et vous prendrez un repas chaud, cela vous convient-t-il ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfeo Ciriaco
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 02/09/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Sam 25 Fév - 21:41

Le saltimbanque plissa un instant les yeux, surpris du changement d'humeur de la jeune femme. Il revoyait ses paupières rougies et son teint si pale, il entendait encore sa voix altérée par la peine et se souvint de l'espoir qui avait brillé si fort dans son regard quand il avait accepté le rôle de messager qu'elle lui confiait.
Il sourit cependant, amusé par le spectacle de la joie enfantine de la jeune femme. Sa beauté irradiait dans la lumière diffuse des chandeliers et il recula à regret, abandonnant son contact délicieux.

Il s'inclina profondément dans un courbette où pour une fois, il ne mit aucune ironie
.

"C'est à moi de vous remercier Madame, de m'avoir accordé votre confiance."

La voix qui résonna dans son esprit à cet instant le fit rougir et il resta penché un peu plus longtemps que nécessaire afin de dissimuler son trouble.

*Réclame ton du, imbécile, il n'est plus temps de minauder !*

"Un repas chaud me comblerait, et je rends grâce à votre générosité, mais..."

*Allez ! Du nerf, par Dieu !*

Il se redressa et plongea son regard clair dans les yeux couleur de lagune.

"... mais j'ai promis à cette enfant une pièce pour vous avoir été quérir et je comptais la retirer de la récompense que vous m'aviez promise."

Le pied posé sur la traîne de la robe, empêchant la princesse de se dégager tout à fait, montrait sans ostentation qu'il ne comptait pas se faire éconduire aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 26 Fév - 18:06

[Appartements du Prince]

A peine Romana avait-elle fait quelques pas dans le couloir pour rejoindre la salle de balle qu'elle s'immobilisa. Il y avait plus de monde qu'à l'accoutumée, dans ce couloir. Mais n'était-ce pas Bianca qu'elle apercevait ? La faible lumière des bougies l'empêchait de voir si loin, aussi s'approcha-t-elle.

Mais Bianca n'était pas seule. Une petite servante se tenait à quelques pas d'elle, l'air catastrophé. Lorsque celle-ci l'aperçut, la panique gagna son regard et Romana crut qu'elle allait s'enfuir à toutes jambes, mais elle resta pourtant. Intriguée, Romana posa alors une main sur le bras de Bianca qui ne l'avait pas vu arriver, lui tournant le dos.

Quelle ne fut pas alors sa surprise de la trouver face à un étranger. Etranger qui ne devait certes pas faire partie de la liste des invités, tant sa mise était misérable. D'ailleurs qu'aurait fait un invité hors de la salle de bal, près des appartements privés ?! Mais qui pouvait bien être ce jeune homme ? Et comment avait-il pu s'introduire ici ?

La dame d'honneur regardait l'inconnu avec une surprise non-dissimulée, quelque peu inquiète. Bianca n'aurait pas donné rendez-vous à un inconnu dans le palais, à quelques mètres des appartements de son époux ?!...
Revenir en haut Aller en bas
Bianca Grazziano Adorasti
Princesse - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 310
Statut : Modo
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Mar 28 Fév - 22:47

Très excitée à l'idée de voir très prochainement son frère et joyeuse d'avoir récupéré son médaillon, elle regarda Orfeo s'incliner devant elle en la remerciant. Généreuse de nature, la demande d'Orfeo ne l'offusqua absolument pas. A vrai dire, elle s'en voulait même de ne pas avoir pensé seule qu'un peu d'argent en plus d'un bon repas en cette soirée glaciale aurait été d'une grande aide pour ce saltimbanque qui plus est, avait parfaitement accompli la mission qui lui incombait.

Mais lorsqu'Orfeo se redressait, la princesse regardait Silvia avec un sourire indulgent. Il ne pouvait donc voir ses intentions à ce moment là. Bianca n'eut d'ailleurs aucunement le temps de les exprimer car une autre personne venait de les rejoindre.

Evidemment, Bianca qui n'avait pas entendu les pas feutrés de sa Dame d'Honneur ni n'avait remarqué le regard de la petite bonne, sursauta brusquement quand Romana posa sa main sur son bras. Ele se retourna vers elle et fronça les sourcils, n'aimant pas vraiment être prise par surprise.


"Romana vous m'avez fait peur, tâchez d'être un peu moins.. discrète à l'avenir et de prévenir quand vous arrivez."

Sa Dame d'Honneur regardait fixement Orfeo avec un air d'interrogation. Bianca voulut alors faire un pas en arrière mais resta bloquée. Regardant le sol autour d'elle, elle eu tôt fait de trouver la source du problème. Elle tira doucement sur la traîne de sa robe pour la décoincer en murmurant à Orfeo un timide "S'il vous plaît... vous marchez sur ma robe...". Tournant la tête vers sa Dame d'Honneur, elle lui sourit tout de même et ajouta.

"Ah oui, et j'apprécierai pouvoir achever ma discussion seule à seul avec ce monsieur. Veuillez descendre à la Salle de Bal, je vous y rejoindrai dans quelques minutes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfeo Ciriaco
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 02/09/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 5 Mar - 22:23

Orfeo reconnut sans peine la jeune femme qui avait failli le surprendre dans le couloir un peu plus tôt. Il soutint un instant le regard qu'elle fixait sur lui, empreint de curiosité et d'interrogations. Avec un sourire courtois, il s'inclina devant les deux dames, retenant d'une main ses sabres pour que leur poids ne vienne pas frapper leur visage.
Cette civilité lui permit de réfléchir très vite au moyen d'éviter plus de questions et de sortir la princesse de l'embarras.
Il se redressa et libéra la robe, rendant à sa propriétaire sa liberté de mouvement.
Son regard grave plongea dans les yeux bleu-vert
.

"Mon Maître sera ravi que les coupons de satin qu'il m'a chargé de vous montrer vous agréent. Il ne manquera pas de vous en faire porter d'autres si vous lui en faites réclamer."

Il prit la main de la petite servante et fit quelques pas vers les premières marches du grand escalier.

"Cette petite va me conduire à l'office, ainsi que vous l'avez ordonné."

Une dernière courbette, un peu moins appuyée et il quitta la place.

[Office]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 5 Mar - 22:55

La Dame d'Honneur trouva le ton de la princesse sec et légèrement autoritaire. Bianca changeait à vue d'oeil depuis son arrivée au palais. Elle n'était plus la jeune femme malléable du début. C'était peut-être mieux ainsi mais ses dernières paroles vexèrent quelque peu sa Dame d'honneur. Ses manières étaient discrètes, préférait-elle qu'elle crie pour annoncer son arrivée ?!

Mais le jeune homme avec qui Bianca conversait paraissait finalement tout à fait aimable. Romana répondit à son salut par une légère inclination de la tête.


"Mon Maître sera ravi que les coupons de satin qu'il m'a chargé de vous montrer vous agréent. Il ne manquera pas de vous en faire porter d'autres si vous lui en faites réclamer."

Le serviteur d'un tailleur ? Reçu dans le couloir à cette heure-ci ? Avec qui Bianca désirait expressément converser en tête à tête ? La jeune femme n'était pas dupe, mais s'opposer ainsi à la princesse n'était pas très diplomate. Aussi préféra-t-elle s'abstenir de tout commentaire, une fois le jeune homme éclipsé. Elle tirerait cette affaire au clair. Elle se rappelait de sa promesse à son cousin lors de la conversation qu'ils avaient eu précédemment. Elle s'adressa à la princesse, jouant le jeu.

"Vous avez commandé du tissu pour une nouvelle robe ? Vous m'en montrerez le modèle, n'est-ce pas, j'ai hâte de la voir..."

Son ton était parfaitement assuré. Romana avait toujours su dissimuler avec naturel. Elle regarda la princesse s'éloigner puis se dirigea elle-même vers la salle de bal.

[Divertissement musical]


Dernière édition par le Jeu 30 Mar - 17:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bianca Grazziano Adorasti
Princesse - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 310
Statut : Modo
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Ven 10 Mar - 0:37

Orfeo s'inclina de nouveau et enleva son pied de sa robe, ce qui lui permit de reculer d'un pas, une distance un peu plus correcte. Elle fut ravie de voir le petit jeu du saltimbanque et se retint tout juste d'applaudir. Il était très intelligent et la sauvait d'une mauvaise situation, elle saurait le récompenser.

"Oui, merci, c'est parfait." dit-elle d'un ton qu'elle s'efforça au mieux de paraître sérieux. Elle le suivit du regard jusqu'à ce qu'il ait totalement disparu dans le grand escalier puis se tourna vers sa Dame d'Honneur qui lui posait une question.

"Oh.. euh oui, bien sûr mais... je ne suis pas encore sûre de ce que je veux." dit-elle avec un petit sourire crispé.

"Bien !" coupa-t-elle. "Je vais retourner à la Salle de Bal, je ne voudrais pas rater le début des festivités. Mais je souhaite repasser par mes appartements avant, j'ai... oublié mon mouchoir. Pendant ce temps, j'aimerais que vous ameniez tous les hôtes qui ne se sont pas encore rendus au divertissement. La Salle de Bal était un peu vide tout à l'heure. Nous nous retrouverons en bas dans un instant."

Bianca lui sourit et se dirigea vers ses appartements.

[Appartements de la Princesse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Mer 9 Aoû - 21:21

Le tapis épais qui recouvrait le sol étouffait l'echo des pas de Romana. La jeune femme avait traversé la salle de bal avec peine, fendant la foule de curieux qui s'était amassée près de la porte, en quête de nouvelles. Certaines personnes qui avait reconnu la Dame d'Honneur s'étaient empressées de l'aborder, suspendues à ses lèvres. La jeunes femme avait eu bien du mal à ne pas leur répondre vertement, abandonnant son amabilité coutumière. Comment pouvait-elle avoir des nouvelles de Bianca puisqu'elle venait du fin fond de la salle de bal ?!

Elle espéra qu'on avait fait quérir M. Barrozi sans plus attendre. Peut-être était-il au chevet de Bianca. Ce ne devait être qu'un évanouissement sans conséquence. La chaleur, l'atmospère étouffante, le bruit même, le corset trop serré peut-être... Les raisons ne manquaient pas. Sans reprendre haleine - monter les escaliers de marbres avec une robe et un corset n'était jamais de tout repos - Romana frappa trois coups à la porte des appartements de la princesse.


[Les appartement de la princesse]
Revenir en haut Aller en bas
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Mar 15 Aoû - 0:17

[Divertissement musical - Près des Fenêtres donnant sur la Terrasse]

Muzio aurait pu arriver au chevet de la Princesse en un temps record... Hélas, aurait pu seulement...

Aurait pu, si la petite servante ne s'était pas soudain arrêtée net dans un escalier. Aurait pu, si elle ne s'était pas retournée, une main cachant sa bouche. Aurait pu, si elle ne s'était pas exclamée, affolée, qu'elle avait complètement oublié ces canapés qui cuisaient dans ses fourneaux. Aurait pu, si elle n'avait pas esquissé un geste vague derrière elle en lui assurant que, de toute façon, il trouverait bien tout seul. Aurait pu, si elle ne s'était pas alors enfuie en retroussant ses jupes pour aller plus vite. Aurait pu, enfin, s'il avait eu un tantinet d'instinct pour trouver le bon escalier, le bon couloir et la bonne porte.

Mais voilà Muzio abandonné au milieu d'un large escalier de marbre, encore rouge de sa traversée de la salle de bal. Il resta paralysé un instant puis, stoïque, acheva de grimper les marches. Si la servante avait préféré ses canapés à la santé de la Princesse, c'était sans doute qu'il n'était plus très loin du but. Le médecin retrouva contenance et s'engouffra dans le couloir qui lui faisait face. Si sa mémoire était bonne, les deux Princes étaient aux côtés de la jeune Adorasti, sans compter le cortège de serviteurs qui devait suivre le trio. Tout ce petit monde faisait un minimum de bruit.

Sur cette base, Muzio tendit l'oreille en progressant lentement dans le couloir sombre, son pas silencieux sur le tapis. Aucune attention pour la décoration pourtant soignée qui faisait le raffinement discret du lieu. A sa grande consternation, il ne perçut pas le moindre chuchotement au travers d'aucune porte. Une solution eût été de pencher le torse et de glisser un coup d'oeil dans l'une ou l'autre serrure mais... c'était une solution bien peu gracieuse, et Muzio n'y songea même pas.

Ceci dit, le temps s'écoulait et, s'il doutait que la jeune Princesse fût réellement en danger, ses Altesses allaient s'impatienter. Se maudissant, Muzio rejoignit le palier en toute hâte et allait s'engouffrer dans l'escalier de service - il eût été bien en peine de dire pourquoi -, lorsque une voix l'interpella. Il se retourna, et se retrouva face à une poignée de valets et servantes qui descendaient, eux, par l'escalier de parade, et cherchaient le médecin sur l'ordre impatient de leur maître.

Bref, l'un d'entre eux saisit presque Muzio par la manche pour le tirer dans l'escalier. Dans un tourbillon, le médecin se retrouva bientôt face à une porte qui lui fut présentée comme la bonne. Des bruits de voix étouffées vinrent confirmer le geste du valet qui se retira en silence. Muzio remit rapidement en ordre sa tenue simple et frappa à la porte; deux coups discrets mais fermes.


[Appartements de la Princesse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Ven 9 Mar - 16:05

[Ca Grazziano - L'Etage Inférieur - Le Grand Hall - Les Escaliers]

Muzio avait vite senti que la jeune femme avait caché quelque chose à l'intendant. Elle était restée silencieuse jusqu'à ce que la gondole se fût éloignée de l'embarcadère. Là, elle lui avait simplement précisé leur destination: la Ca'Adorasti. Muzio avait froncé les sourcils. Pourquoi ne lui avait-on pas envoyé une servante en livrée ? Pour ne pas que les Grazziano sachent d’où elle venait. Il avait cherché à savoir qui il allait visiter. Un silence mutin lui avait répondu, et il avait bien compris qu’il n’était pas question de l’un de ses parents. A vrai dire, il avait maintenant un vrai soupçon sur l’identité de son malade, mais il avait froncé les sourcils de plus belle à cette idée.

Le reste de la traversée s’était effectué en silence. Lorsque l’embarcation s’était arrêtée à bon port, Muzio était descendu, précédé de la jeune femme en rouge qui avait payé leur guide. Mais, au grand étonnement du médecin, sa messagère s’était immobilisée dans le hall. Il paraissait maintenant évident qu’elle ne savait pas plus que lui pour qui elle avait été envoyée. Mieux, elle en avait sans doute encore moins idée. Le soupçon de Muzio s’était matérialisé doucement pendant le voyage, et se confirma brusquement à ce moment. Mais pourquoi diable le prince Elio serait-il revenu chez lui ? Il avait néanmoins demandé à la jeune femme d’énumérer dans l’ordre le nom des personnes qui occupaient les appartements privés. La liste s’inscrivit dans sa mémoire, mais seul l’un des appartements l’intéressait en l’occurrence. Il renvoya la messagère et monta rapidement les marches.

La chance était avec lui, puisqu’il ne croisa qu’une petite bonne embarrassée d’un gros paquet de linge, qui ne prêta donc aucune attention à lui, toute préoccupée par l’exercice périlleux que représentait la descente de l’escalier. Le médecin se retrouva bientôt dans le couloir, et il compta soigneusement les portes pour trouver celle qui l’intéressait. Il aurait été bien embêté de débouler dans la chambre de quelqu’un d’autre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Ven 9 Mar - 16:59

[Chambre du Prince Elio]

Gabriella accourut vers Maître Barrozi, tenant relevé un pan de son jupon pour ne pas se prendre les pieds dedans.

"Maître Barrozi ! Maître Barrozi !" s'écria-t-elle sans élever la voix pour ne pas attirer l'attention des autres.

Elle s'arrêta devant lui et, après avoir repris son souffle, regarda à gauche, puis à droite, derrière le médecin, puis derrière elle.


"Où est Livia ? Les Grazziano ne savent pas que vous êtes venus ici n'est-ce pas ? Elle a été discrète ?"

Sans lui demander son avis, elle lui attrapa le bras et l'entraîna dans le couloir. Ses sourcils blonds se rapprochèrent d'un air sévère et elle s'arrêter de marcher pour se planter devant lui.

"Vous étiez au courant n'est-ce pas ?! Vous l'avez soigné cette nuit déjà !" dit-elle en le regardant fixement d'un air mécontent.

"Vous étiez là ce matin ! Pourquoi n'avoir rien dit ? Ni à la princesse ni à moi ?! Surtout à moi ! J'aurais gardé le secret et ça m'aurait évité du souci !"

Elle reprit le bras de l'homme pour l'entraîner vers la porte de la chambre puis s'arrêta net une nouvelle fois pour lui faire face.

"Et pourquoi l'avoir laissé partir seul pour revenir ici ?! C'était très imprudent ! Il saigne et il souffre ! C'est terrible si vous saviez ! J'ai nettoyé un peu le sang mais ça me fait mal à sa place alors je n'ai rien fait d'autre. Enfin si, je lui ai donné une tisane d'écorce de saule. Il faut faire quelque chose ! Ne restez pas planté là, alleeeez ! Il faut le soigner !"

[Appartements du Prince - La Chambre d'Elio]


Dernière édition par le Sam 10 Mar - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Ven 9 Mar - 17:24

Une voix le tira de son décompte. La petite servante blonde qui l'avait accueilli quelques heures auparavant. Et apparemment elle sortait de la chambre que lui-même cherchait. Discrète le matin, elle était bien plus bavarde à ce moment...

« Livia a été très bien, les Grazziano ne savent rien. » répondit-il docilement.

Mais un flot de reproches se déversa sur lui. Il écouta religieusement Gabriella, les sourcils froncés. Lorsqu'elle daigna enfin se taire, ce fut lui qui lui prit le bras.

« Mademoiselle croyez bien que si je me suis tu, ça n'était pas pour rien. Il est fort possible que vous n'ayez pas envisagé tous les ressorts de mon silence. »

Il s'apprêta à entrer dans la chambre mais se retourna avant. Les jolis yeux verts pétillaient de colère et d'angoisse, et le seul zèle n'expliquait pas ce degré-là. Ni non plus l'inquiétude de l'employée qui ne serait pas payée si le maître trépassait...

Il approcha un doigt sévère du nez de la demoiselle et souffla:


« Et c'est le Prince qu'il faut réprimander pour son imprudence, pas moi. »

Mais ledit Elio 'saignait et souffrait', c'était 'terrible', il ne fallait donc pas trop tarder tout de même. Il entra.

[Appartements du Prince - La Chambre d'Elio]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 25 Mar - 14:03

[Appartements du Prince - La Chambre d'Elio]

Muzio referma doucement la porte derrière lui. Il déposa sa trousse sur le sol et enfila son manteau, songeur. Pourquoi le Prince avait-il quitté Graziella Rivieri juste après avoir assuré qu'il se réfugierait chez elle quelques temps ? Y avait-il eu un évènement déclencheur ? Quel rapport établir entre sa blessure et les deux mains meurtries vues dans la matinée ? Que se tramait-il, enfin, dans ces hautes sphères pourpres et brumeuses ?

Il attrapa son sac et se dirigea vers l'escalier, avec un dernier regard pour les différentes portes dont il essayait de se souvenir le nom des occupants. Le nez en l'air, il ne remarqua pas un petit meuble posé là et buta dessus. Sa trousse s'ouvrit en tombant et déversa la moitié de son contenu sur le tapis.


« D'accord. »

Ne jamais s'énerver contre de simples objets. Le médecin s'accroupit et entreprit de récupérer son matériel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danilo della Lonza
Gentilhomme - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 25 Mar - 19:53

[Le Grand Salon]

Danilo avançait avec énergie, pressé de rejoindre sa suite pour débarbouiller sa main et observer son état, lorsqu’il aperçut l’homme accroupi. Un homme dans la trentaine, qu’il n’avait encore jamais vu. L’air plutôt ordinaire. Relativement bien habillé, et ce sans ostentation. Etonné de la posture, Danilo s’approcha un peu, pour comprendre à quoi s’occupait l’individu. Il ramassait quelques objets, qu’il remettait dans une trousse ouverte. Une panoplie de médecin.

La première pensée de Danilo fut pour sa chance d’avoir trouvé un disciple d’Hippocrate à deux pas de sa suite. Si sa blessure saignait encore, cela pouvait être grave, et lui-même n’étant pas expert en la matière, il n’avait rien contre l’idée de se faire examiner par un praticien.

La seconde fut, justement, que le médecin en question n’aurait pas dû se trouver là. Il était dans le couloir des appartements privés, avec son matériel, ce qui en toute logique faisait de lui quelqu’un qui sortait de consultation. De consultation de noble, par la force des choses. Or, Gabriella avait révélé plus tôt à Danilo l’identité des rares nobles alors présents Ca’Adorasti, et aucune de ces personnes ne se trouvaient en dehors du Salon, à moins d’être sorties du palais. Or, pour qu’un médecin soit là, il aurait fallu que la personne soit présente depuis quelque temps au palais, assez pour avoir fait quérir un médecin. Et cela bien peu de temps après qu’il ait quitté sa propre suite. Les seules solutions plausibles étaient que soit Gabriella lui avait délibérément menti, ce dont il doutait, soit qu’une personne quelconque soit arrivée au palais après lui-même, et ait fait quérir le médecin immédiatement. Dans chacun des deux cas, cela sous-entendait quelque chose de louche.

Cette réflexion ne le mena à aucune conclusion satisfaisante, mais elle ne fit que redoubler son intérêt pour le médecin. Il s’approcha encore plus prêt puis dit, d’un ton serviable :


« Monsieur, laissez moi vous aider. »

Puis, il se pencha aux côtés de l’homme pour l’aider à ranger ses possessions, avec une certaine forme de précipitation qui pouvait passer pour une grande serviabilité, et qui lui évitait d’avoir à attendre l’aval du médecin pour son aide. Aide qui aurait sans doute été refusée. Alors qu’il mettait la main sur un premier objet, il fit mine de s’étonner.

« Oh, vous êtes médecin. Je suis ravi de vous rencontrer. Figurez vous que j’ai besoin des services d’un praticien. Je m’apprêtais à m’enquérir auprès d’une servante, mais la chance m’a semble-t-il mis sur votre chemin. »

Il acheva ses mots avec un petit sourire discret, presque timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   Dim 25 Mar - 20:34

Muzio n'entendit pas, tout d'abord, les pas étouffés par l'épaisseur des tapis. Il continuait de ranger méthodiquement. Un bruit cependant lui fit lever la tête... Un homme l'observait. Un homme très grand, d'autant plus grand que Muzio le voyait accroupi. Pour la discrétion, c'était raté.

« Bonjour. » Il désigna d'un geste l'éparpillement d'aiguilles et eut un sourire dépité. « Je suis maladroit. »

L'homme s'approcha encore, et parut encore plus grand. Elégant, bien fait, l'air aimable. Muzio n'effaça pas immédiatement son sourire. Le tout était de ne pas aborder la question du "mais qui venez-vous donc soigner ici ?". Son inconnu se baissa soudainement en proposant son aide, et la mit à exécution aussi vite.

« Oh je vous prie ne vous donnez pas cette peine... Merci. »

Il rajusta le tissu qui entourait un petit couteau tranchant, et le rangea. Il releva la tête pour rencontrer le regard de son interlocuteur. Les circonstances de présentation étaient amusantes, et la question sensible n'avait pas été abordée. Tout allait bien. Muzio confirma son activité d'un hochement de tête:

« En effet. Muzio Barrozi, je remplace Maître Treviano, Calle Bardini. »

Toujours laisser son adresse, c'était un devoir. Là d'où il venait, tout le monde savait où le trouver, mais ici... Il avança la main et récupéra la pince qu'avait ramassée l'homme.

« Merci. »

Il se redressa, et répondit au sourire réservé par un air avenant.

« Que puis-je faire pour vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Couloir desservant les Appartements Privés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Couloir desservant les Appartements Privés
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [FB] Appartements privés du Monarque
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Ed, Détective privé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: CA' ADORASTI :: L'Etage Privé-
Sauter vers: