AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Embarcadère

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Lara del Core
Cousine du Prince - Ca'Grazziano
avatar

Nombre de messages : 103
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Embarcadère   Mer 7 Fév - 16:18

[Le marché du Rialto]

Le contraste avec l'allure et la bonne humeur de Lena était éclatant. Lara marchait lentement, se laissant entraîner par sa compagne, le visage pâle et quelque peu maladif.

Lena, elle, semblait toute excitée à la perspective qui s'ouvrait devant elle... tant mieux. Un toussotement vint interrompre l'espace d'un instant ses pensées. Elle avait froid malgré le soleil qui les dominait, jouant sur les reflets des palais et de l'eau insalubre des canaux, se faufilant sous les ponts pour en ressortir plus brillant.

Lara poussa un soupir à peine perceptible. Elle se sentait comme vidée, comme si Venise lui retirait peu à peu de ses forces. Elle devrait en tout cas se reposer avant le bal du soir si elle voulait obtenir ce qu'elle désirait...

Elle indiqua à Lena le chemin, la dirigeant vers sa suite. Une agitation étrange animait le palais et les serviteurs. L'un d'eux faillit la renverser tant il courait vite. Mais que se passait-il donc?


[Suite de Lara Del Core]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Ren
Invité



MessageSujet: Re: Embarcadère   Mer 7 Fév - 18:33

[Le Marché du Rialto]


Ce fut avec vivacité et agilité que Lena descendit de l'embarcation, une fois que celle ci fut arrivée au palais. Levant son regard sur l'immense bâtisse, ses yeux se mirent à briller: un palais de cette sorte était sans le mondre doute comparable à une caverne emplie de trésors!

Quoi qu'il en fut, tant que Lena resterait en présence de la jeune femme, elle devait se tenir tranquille, et ses yeux ne devaient refléter qu'admiration envers ce qui l'entourait et certainement pas une envie quelconque.
Ce fut lorsqu'elle entendit quelqu'un tousser à ses côtés que la sauvageonne se souvint de la présence de Lara. La dame paraissait si frêle et était si pâle à cet instant que Lena se demanda si elle n'allait pas défaillir. Etait-ce le temps froid qui la rendait ainsi? Si tel était le cas elle n'était pas bien tenace, pensa alors la saltimbanque un léger sourire railleur aux lèvres, qui disparut bien vite avant que sa compagne ne puisse le remarquer.

Suivant la dame, les premiers regards de Lena une fois à l'intérieur se portèrent sur les serviteurs, tous semblant en émoi. Elle n'éprouva aucune compassion pour eux qui devaient suivre scrupuleusement des règles à la lettre. Elle se rappela juste à quel point elle aimait être libre et indépendante...


[Suite de Lara Del Core]
Revenir en haut Aller en bas
Livia Pa
Invité



MessageSujet: Re: Embarcadère   Dim 11 Fév - 15:44

[Ca' Adorasti]

La métamorphose qui s'était operée en Livia depuis qu'elle avait quitté, au bras de Gabriella, le grand salon de sa propre maison, était des plus étonnantes. Sans trop hésiter, elle avait enfilé sa robe, prévue pour le bal populaire du soir-même. Défaite de son uniforme aux couleurs habituellement sombres, elle semblait autre.

Ses cheveux d'habitude toujours relevés en un chignon dans la nuque, bien tirée, était à présent presque laissés libres, attachés par une simple broche dans son dos. Ses lèvres étaient rouges, ses joues fardées, et, à ses oreilles, on pouvait distinguer deux petites perles qui semblaient s'accrocher pour relever l'éclat d'une peau déjà bien blanche. Elle savait qu'elle ne serait pas reconnue, parce que, même si les gens de la Ca'Grazziano avaient pu la voir au dîner de la veille, ils n'avaient alors entr'aperçu qu'une silhouette en vêtements de soubrette, sans aucun atrait. Elle venait aujourd'hui presque en dame, et les nobles vénitiens se prêtaient en général bien trop peu d'attention aux domestiques pour faire la comparaison. Quant à ceux de la Ca'Adorasti eux-mêmes, certainement, ils sauraient qui elle était. Mais après tout, elle leur faisait confiance, ils sauraient que, si elle s'introduisait de cette façon, ce n'était pas pour le simple plaisir de se montrer sous un jour ravissant... Quoique...

Le tissu rouge lui enserrait la taille, dévoilait ses épaules, sa gorge presque, et, tandis qu'elle descendait de l'embaracation publique qu'elle avait empruntée, sentir, à travers ses bas, le contact de la riche étoffe, la fit frémir d'un plaisir oublié depuis bien des années, ou autorisé seulement en des circonstances exceptionnelles, rares étant les fêtes où elle était invitée.

Riche étoffe, tout était relatif, il fallait le dire. C'était une robe qu'elle avait porté étant jeune fille, lorsqu'elle était encore fille de pâtissier. Une jeune fille respectable, donc, pas une servante, d'autant que le pâtissier en question n'était pas des miséreux que l'on trouve parfois dans les villes, au contraire, sa boutique était belle et bien connue de tout le quartier, et même au-delà. Cependant, ça ne l'élevait pas à un rang suffisant pour pouvoir s'introduire à la Ca'Grazziano comme si elle y était invitée. C'était entre les deux. Juste assez pour faire intrusion, et prétendre qu'elle avait besoin des services d'un médecin de toute urgence.

On ne tarda pas à lui ouvrir la porte, à la saluer. Se faire servir, c'était une habitude depuis longtemps oubliée, si on pouvait jamais considerée qu'elle l'avait connue un jour.


"Livia Pachedrazzi", déclina-t-elle poliment "On m'a indiqué que Maître Barrozi serait ici. C'est notre médecin familial depuis bien des années, son prédécesseur l'était déjà avant lui, vous comprenez, et l'affaire est assez urgente..."

Après s'être incliné, l'intendant lui assura qu'il allait chercher le médecin immédiatement et la pria de l'attendre sur l'embarcadère.
Revenir en haut Aller en bas
Vittoria B. di Grazziano
Fiancée du Prince - Ca'Grazziano
avatar

Nombre de messages : 19
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: Embarcadère   Ven 30 Mar - 3:08

[Premier Post]

Sur le canal glissait silencieusement une véritable procession de gondoles. Une, deux, trois même quatre en rangs d’oignon. Des malles, des valets, des pages, des hommes de main en guise d’escorte officielle, et dans celle du milieu, forcément la plus massive une femme dont le visage était dissimulé par l’ombre de son tricorne.

Enveloppée d’une cape de laine noire d’où s’échappait de par le bas les pans du taffetas vert sapin de sa robe aux fronces de jais la dame se tenait le dos droit, la tête légèrement penchée en direction de l’un de ses pages qui lui murmurait quelques secrets à l’oreille. Son visage n’exprimait rien, si ce n’est que la jeune femme arborait cette expression typique de l’auditeur concentré, les yeux légèrement plissés et la bouche un peu pincée. Ses grands yeux couleur feuillage se perdaient dans le lointain tandis que les confessions lui allaient droit dans le creux de son oreille attentive, décorée d’une perle baroque montée en pendante.


Lorsque la gondole heurta la berge il y eut un choc sourd et un bras se tendit, aussitôt une main gantée le saisit sûrement et la jeune femme qui en sortit arrangea sa mise une fois arrivée sur le quai. Le visage jusque là caché dans l’ombre se découvrit à mesure que la tête se levait, les yeux perçants se posèrent sur la façade du Ca’Grazziano et détaillèrent l'édifice avec une lenteur hypnotique. Un valet s’avança, elle tourna la tête, il s’inclina, elle lui dit alors de sa voix atone et sûre :

« Allez annoncer au Prince di Grazziano que la Princesse est arrivée ! »

Implacable. Elle tourna alors la tête en direction d’une des servantes qui ployait sous le poids des deux malles qu’elle tirait maintenant de la gondole :

« Vous ! Posez-ça sur le quai et courrez avertir les cuisines de me monter une tasse de chocolat dans mes appartements ! »

Elle fit un pas et tendit la main, un valet y déposa alors son éventail. Elle le gratifia d’un signe de tête et s’éventa :

« Et bien vous autres, qu’attendez-vous pour m’ouvrir la porte ? »

Elle jeta un regard froid au jeune homme qui avait eu le malheur de la précéder d’un pouce alors qu’il était encombré d’une demi-douzaine de boites à chapeau bariolées.
Vittoria fit un pas et fut alors rejointe par un des hommes de main qui lui offrit son bras. Elle balaya son geste d’une remarque acerbe :« Allons Bartholomé, je ne suis pas veuve et encore moins infirme ! »
Il s’inclina et resta en retrait. La porte grinça. Elle jeta un regard dédaigneux sur le nid d’oiseau qui était niché au dessus du porche : « Il faudra penser à nettoyer ça… »
Elle n'avait pas haussé le ton mais à en juger la pâleur du valet qui s'inclina pour lui ouvrir grand la porte, la tâche était urgente !

[Le hall]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coriolan
Invité



MessageSujet: Re: Embarcadère   Lun 11 Juin - 16:46

[Le petit salon]

Coriolano était sorti également alors que le portier faisait signe à une gondole d'avancer. Il respira profondément, admirant les derniers reflets du soleil dans le ciel en attendant qu'on lui apporte ces affaires, avant de se tourner vers Muzio.

"Vous savez, vous allez rire sans doute, mais de savoir que vous non plus ne comprenez pas la situation, paradoxalement, cela me rassure. Je me dis qu'il s'agit d'une anomalie passagère de la nature, comme un trèfle à quatre feuilles.
Je peux la considérer comme un petit miracle qui n'empêchera pas que tout se passe bien pour Bianca. Alors pour cela, je vous remercie."

Il s'inclina légèrement, comme un noble respectant le roturier auquel il s'adresse. La gondole ordinaire n'attendait plus que son passager. En revanche, le valet partit chercher ses affaires n'était toujours pas revenu, et la gondole aux armes des Grazziano n'avait toujours pas de gondolier.

"Je ne veux pas vous retenir plus longtemps. Je vous souhaite une très bonne soirée, Monsieur Barrozi...."

C'était une façon polie de libérer le médecin de l'étiquette tout en la respectant.
Revenir en haut Aller en bas
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Embarcadère   Ven 15 Juin - 20:18

[Le Petit Salon]

Après un regard à Bianca, le médecin emboîta le pas au Prince, non sans avoir griffonné ses instructions en cas de douleur sur un papier qu'il laissa en évidence.

*Courage !* dit-il à l'enfant.

Dehors, le soleil déclinait et Muzio n'aspira plus qu'à rentrer chez lui. Il pourrait consulter ses ouvrages à la recherche d'une explication, écrire à Giorgio et dormir. Bien entendu, il serait appelé une ou deux fois, mais la soirée resterait plutôt calme. Ce serait reposant.

La voix du Prince lui rappela où il se trouvait, et pourquoi. Un petit miracle... Le Prince Adorasti adhèrerait-il ?


« Moi je vous remercie pour votre bienveillance. »

Il s'inclina un peu plus qu'Ugo.

« Soyez assuré de mon dévouement envers votre soeur. »

Il prit place dans la gondole qu'avait mandée le portier, et indiqua son adresse. Tandis que l'embarcation s'éloignait lentement, silencieusement, le médecin resta, songeur, à observer le soleil jouer dans les cheveux du Prince.

[Calle Bardini - La Maison du Médecin - Etage inférieur - Le Salon - Bibliothèque]


Dernière édition par le Sam 11 Aoû - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coriolan
Invité



MessageSujet: Re: Embarcadère   Mer 20 Juin - 13:57

Le médecin partait. Coriolano s'apprêtait à faire de même lorsqu'un messager essouflé arriva et s'adressa au portier. Il avait une missive urgente pour le Prince di Grazziano.

Coriolano prit le pli, le décacheta et le lu rapidement. Diable, cela allait changer un certain nombre de ses projets... Après avoir ordonné que l'on donne à boire au messager et que la gondole reste prête à partir, il rentra dans la demeure.


[Le hall]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Embarcadère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Embarcadère
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: CA' GRAZZIANO :: L'Etage Inférieur-
Sauter vers: