AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Terrasse donnant sur le Grand Canal

Aller en bas 
AuteurMessage
Pourpre
Du Bout des Doigts
Pourpre

Nombre de messages : 557
Statut : Admin
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Lun 9 Mai - 0:52

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loch-lurgainn-house.forumactif.com/
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
Lorenzo Dellaporta

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Sam 12 Aoû - 20:17

[la salle de bal ~ les fauteuils côté gauche]

Lorenzo s'etait frayé un passage parmi les dentelles et les éventails, se faufilant tel un serpent, essayant de frôler le moins d'invités possibles, discret au milieu de l'extravagance. Plus il se rapprochait des portes grandes ouvertes plus il avait l'impression qu'elles s'éloignaient. Il secoua légèrement la tête pour chasser l'effet d'optique.

Il s'arreta un instant et son regard bleu parcourant la foule eut tot fait de repérer Gabriella près des fauteuils du côté droit. Il la fixa un instant, espérant capter son regard ce qui n'arriva pas, elle semblait captivée par autre chose. Lorenzo suivit son regard mais il ne vit rien de ce qui pouvait à ce point accaparer la servante, un groupe de gens richement vêtus dont une dame agitant un immense eventail de nacre et de plumes lui masquait tout.

Avant qu'il ne passe la porte, un valet vint à sa rencontre, visiblement pressé et heureux de le trouver. Le majordome lui donna l'autorisation de quitte le palais pour une demie-heure et le regarda s'eloigner.

Les lignes droites semblaient se distordre et sa tete bourdonnait. Il posa sa main blanche sur l'encadrement de l'entrée et ferma les yeux un instant. L'air semblait lourd et il se demanda un instant si la princesse n'avait souffert que de la chaleur et de son corset.. Etait il possible qu'on eut empoisonné l'air? Absurde puisque tout le monde semblait se porter comme un charme.

Lorenzo prit la direction d'une terrasse opposée à la salle de bal pour ne pas gener les invités du prince qui devaiernt se trouver sur l'autre. Il fut heureux de l'air frais qu'il inspira longuement.
Sa blessure à la tete semblait pulser et il y porta la main en s'appuyant sur le mur où la rembarde du balcon s'accrochait. Le bourdonnement s'intensifiait, lui faisant perdre l'équilibre, il se laissa donc glisser le long du mur et finit assis sur le balcon, une main toujours sur sa blessure.

Il ne pouvait pourtant pas s'éterniser sur cette terrasse. La réception devait se dérouler le mieux possible. Il décida de rester là un court instant, l'air frais de la nuit commençant à anesthésier sa douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Jeu 17 Aoû - 18:53

[Divertissement musical - près des fenêtres]

Beaucoup de gens trouvait que Iago avait un raisonnement étrange, bizarre et surprenant. Iago, lui-même, trouvait son raisonnement profondément familier, logique et raisonnable. Cependant, il était capable de lucidité, et savait reconnaître quand sa pensée s'écartait subitement du bon sens rationnel.

Par exemple, en ce moment même, où, après avoir sauté par la fenêtre, il se trouvait perché sur la corniche ouvragée qui reliait les différentes terrasses, il reconnaissait que le mouvement intellectuel qui avait présidé à son mouvement physique n'était pas le meilleur témoignage d'une santé mentale sans faille.
Fataliste, il se contenta de hausser les épaules et de regagner la terrasse la plus proche, en constatant qu'il était heureux qu'il ne soit pas victime de vertige.

Arrivé au bord de la terrasse, il constata qu'un individu, ayant peut-être abusé de la boisson, s'était échoué ici et rendait sa manœuvre d'atterrissage un petit peu plus compliqué. Néanmoins, cela avait l'air faisable...


"Surtout, ne vous relevez pas..."

C'était dangereux de dire ce genre de chose parce qu'en général, les personnes prévenues font exactement le contraire. Mais Iago avait pris son élan en même temps, et lorsque ses mots furent prononcés, il était déjà par-dessus la balustrade.
En revanche, ne voulant pas marcher sur la personne installée par terre, Iago se rattrapa un peu de travers et se retrouva directement assis par terre.
Iago eut une petite grimace de douleur, mais constata que cette arrivée non conforme à l'étiquette (mais en même temps, arrivé par la façade sur une terrasse est de toutes les façons non conforme à l'étiquette) lui permettait d'être tout de suite à la hauteur du personnage assis.


"Oh, c'est vous Lorenzo..."

Iago n'eut pas besoin de demander au majordome ce qu'il faisait assis par terre, là, car son visage donnait des renseignements assez clairs sur la question. Teint blafard, mains sur la tête, et un mince filet de sang qui s'en écoulait.
Iago rassembla ses membres épars pour se mettre acroupi en face de Lorenzo et examiner avec attention le visage du jeune homme.


"M'est avis que c'est vous plutôt que la princesse que ce bon docteur Barrozzi devrait voir..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
Lorenzo Dellaporta

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Jeu 17 Aoû - 20:47

Lorenzo ne s'était pas levé mais avait relevé sa tête soudainement en entendant une injonction suivie d'un bruit d'atterrissage. Mais le mouvement rapide lui avait vrillé la tête d'une douleur aigüe et il l'avait aussitôt baissée, la tenant à deux mains, sans avoir eu le temps de voir qui était l'acrobate sauteur.

C'était sans nul doute le vendeur d'étoffes qui lui avait semblé de mauvaise foi et qui devait profiter de l'attention détournée par la soirée pour vister les chambres et détrousser les invités du prince qui ne se doutaient de rien. Pas un instant l'idée que le voleur n'aurait pas dévoilé sa présence ne lui vint à l'esprit qu'il avait alors fort troublé. C'est pourquoi Lorenzo lui attrapa la cheville.


"Je te tiens voleur !"

La réaction du brigand ne se fit pas attendre et pourtant elle surprit le majordome au plus haut point. Il lui prit la tête dans les mains et sembla examiner sa blessure. C'est à ce moment seulement que Lorenzo reconnut Iago l'ami d'enfance du prince Elio. C'était tout à fait lui de s'occuper d'un majordome et de son mal de tête en plein milieu d'une soiriée mondaine. Lorenzo eut un sourire et écarta doucement sa main.

"Ne vous inquiétez pas monsieur. C'était un étourdissement passager. Excusez moi.. je me suis mépris..."

Une sensation étrange intrigua le majordome qui se relevait. Comme une goutte de sueur qui glissait le long de sa tempe. Il y porta les doigts et le regarda. Du sang. Peu c'est vrai mais sa blessure semblait s'être rouverte. Il sortit un mouchoir de sa poche et l'appuya sur sa blessure puis se remémorant les paroles de Iago, il se retourna vers lui rapidement, faisant voler ses cheveux rassemblés en catogan.

"La princesse Bianca s'est sentie mal ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Jeu 17 Aoû - 22:23

Iago, qui se demandait s'il fallait être fier ou outragé d'avoir été pris pour un voleur, s'était relevé en même temps que Lorenzo et se trouvait en fait juste derrière lui. Ce qui fait que lorsque Lorenzo se retourna brusquement, faisant voler ses cheveux longs, la pommette gauche de Iago fut vertement fouettée et Iago lui-même se retrouva nez à nez avec le majordome.
Iago se permit un
"Aïe" posé avant de répondre.

"La blanche colombe s'est dramatiquement pâmée au milieu de la salle de bal."

Le "a" de "pâmée" avait été prononcé avec un allongement non nécessaire mais très expressif.

"Mais n'essayez pas de lui voler son mal. Elle, elle a eu un étourdissement passager. Vous, vous avez eu un coup."

Lorenzo était grand, et surtout, il se tenait droit. Iago était grand aussi, mais il ne se tenait absolument pas droit. Ce qui fait qu'il se mit subitement sur la pointe des pieds pour voir mieux la blessure.

"Et, si je puis me permettre, c'est même un sale coup. C'est quelqu'un ou quelque chose qui vous a fait ça ?"

Il avait parler avec quelque chose comme de la curiosité dans la voix. Il retomba sur ses talons et ajouta, craignant de voir Lorenzo immiter involontairement Bianca à tout moment :

"Et si j'étais vous, je ne ferais pas de mouvement aussi brusque de la tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
Lorenzo Dellaporta

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Dim 15 Oct - 12:57

Bien qu'il fut souvent sujet d'agacement pour Lorenzo sans que celui ci ne le lui eut jamais fait sentir, Iago avait raison. La surprise et l'inquiétude de la nouvelle avait fait réagir le majordome trop vivement et la vrille lancinante avait repris entrre ses tempes avec plus d'insistance. Il entendait la voix de Iago aussi étouffée que s'il avait été sous l'eau. Le souvenir que cela fit remonter à la surface le fit frissonner dans l'air froid de la nuit. Bientot toute chose reprit sa place et le monde cessa de tanguer.

"C'est un accident idiot dont je suis seul responsable. Je me suis cogné." répondit-il simplement. Il n'était pas genre à raconter ses malheurs et à chercher à se faire plaindre où à etre le centre des attentions.

Ce qui ramena la princesse Bianca à son esprit.

Le Prince devait etre dans une fureur noire. La première idée du majordome fut d'aller le trouver pour lui apporter son aide, mais il se ravisa. Sa présence serait certainement plus utile au milieu des invités qui, en l'absence du maître des lieux, pourraient se permettre bien des choses. Si Elio avait besoin de lui, c'etait bien là-bas.


"Je suppose que toute la medecine et les dames de compagnie ont du accourir au chevet de sa Grâce. Je vais retourner à la salle de bal."

Puis d'ajouter

"Puis je vous demander ce qui vous a amené de sauter de balcons en terrasses ?"

Il n'ajouta pas de Monseigneur, il ne l'avait jamais fait et ne le ferait sans doute jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Dim 15 Oct - 22:10

Donc il s'était cogné. Bien, si cela l'amusait de rester avec une blessure sur la tête sous prétexte qu'il ne fallait pas se plaindre...
Iago avait toujours eu un certain désintérêt pour les gens qui souffrent par devoir. Et surtout aucune admiration pour ceux qui souffrent en silence.

D'un point de vu tout à fait personnel, Iago pensait qu'il était juste que tout le monde sache qu'il souffrait lorsqu'il souffrait. C'était une question d'honnêteté. Il ne dirait jamais qu'il allait bien s'il allait mal. Et comme quand il allait mal, il allait très mal, il le disait beaucoup. Il n'y avait pas de période plus difficile pour son entourage que lorsque Iago était malade. Heureusement, cela n'arrivait que très rarement.

Avec sa propre logique, il n'avait par ailleurs aucun complexe à dire clairement aux autres qu'il ne prenait aucun intérêt dans leur souffrance à eux. Quand on lui faisait une petite remarque sur cette contradiction, il répondait que ce n'en était pas une, parce qu'il ne forçait personne à écouter ses jérémiades.

Tout cela pour dire qu'il haussa les épaules à la réponse de Lorenzo se désintéressant momentanément de sa blessure.
Le majordome retrouva toute son attention lorsqu'il lui posa la question sur le pourquoi du comment de son arrivée.

Iago regarda Lorenzo, puis le balcon, l'air étonné avant de se rappeler qu'effectivement, il était arrivé par-là.


"Oh... Et bien, trois choses je crois :
Premièrement, l'achèvement d'une conversation avec le médecin appelé au chevet de la Princesse, deuxièmement l'irrépressible envie de choquer la jeune servante venue le chercher, troisièmement l'impression catégorique qu'il s'agissait là de la chose à faire à ce moment là."

Iago posa un doigt sur ses lèvres en signe de méditation, avant d'ajouter, comme s'il s'agissait d'une évidence.

"Tout cela n'est guère rationnel, je le reconnais volontiers, mais rien n'est rationnel en ce bas monde... Enfin..."

Iago fit un petit salut et se dirigea vers la porte-fenêtre, ayant l'intention, cette fois, de sortir de manière plus traditionnelle.

"Je vous laisse à vos travaux..."

Il hésita cependant sur le pas de la porte, sortit, puis se retourna, pointant un doigt accusateur vers la blessure de Lorenzo

"Mais ne fais pas l'idiot trop longtemps avec cette chose. Je n'ai aucune autorité pour le faire, mais je m'en fiche, et je te confie Elio. Il a besoin de toi, de vous, peu importe. Je ne peux pas être là tout le temps, et je ne sers à rien, alors... Prenez soin de lui."

Iago brisa brusquement le sérieux rare de ses paroles par un petit geste du doigt qui n'était pas sans rappeler celui d'une grand-mère disputant son petit-fils. Puis par un sourire ironique. Avant de se diriger à grands pas vers la sortie.

[Palais Grazziano]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
Gabriella Delmonti

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Ven 20 Oct - 15:16

[Chambre de la Princesse]

Gabriella sentait tous les muscles de son corps réclamer un peu de repos. Il fallait dire qu'elle n'avait pas chômé depuis le matin. Rien que le cirage du parquet de la salle de bal l'avait épuisée, sans compter la lessive, le repas, le lavage des fenêtres, le ménage des chambres et des kilomètres parcourus à travers le palais. Pourtant, elle n'irait pas se coucher tant que tout ne serait pas en ordre.

Elle entra dans la salle de bal et vit avec satisfaction qu'un valet poussait vers la sortie un dernier couple de retardataires, avec tout le tact qu'il fallait déployer pour cela. D'autres servantes, rangeaient les chaises et nettoyaient le plus gros en vue d'un ménage plus approfondi le lendemain.

Gabriella se dirigea vers les grandes portes-fenêtres donnant sur les terrasses dans l'intention de les fermer pour empêcher le froid de la nuit de refroidir le palais. Arrivée sur la terrasse, elle sursauta en voyant un homme assis par terre. Un invité oublié là qui avait trop bu ? Non, c'était le majordome.


"Monsieur Dellaporta ?" demanda-t-elle d'un ton inquiet en s'accroupissant devant l'homme et remarquant le mouchoir qu'il tenait contre son front.

"Monsieur vous saignez de nouveau... Maître Barozzi le médecin est parti il y a peu de temps, voulez-vous que je le rattrape ?"

Si elle se dépêchait de trouver un manteau et sortait en courant, elle avait peut-être une chance de le retrouver. Gabriella attrapa doucement le bras de Lorenzo et prit appui sur ses jambes pour l'aider à se relever.

"Il ne faut pas rester ici, monsieur, vous aller prendre froid et tomber malade. Ne vous inquiétez pas, les invités sont partis et les servantes nettoient la salle. Laissez-moi vous raccompagner jusqu'à votre chambre..."

[Chambre de Lorenzo]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
Lorenzo Dellaporta

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   Sam 21 Oct - 21:12

Les mots de Iago, s'emmêlaient les uns dans les autres comme des farandoles endiablées et le majordome n'arrivait pas à en saisir le sens. A peine le frôlait-il que celui ci s'envolait. Même les yeux fermés, il lui était impossible de suivre ce que son interlocuteur disait. Il ne comprit que la fin. L'homme lui demandait de s'occuper du prince. Ce qu'il faisait depuis toujours. Il n'avait pas besoin qu'un hurluberlu le lui rappelle.

Lorenzo aurait aimé lui répondre si il ne s'était pas envolé si vite. Le visage qu'il avait maintenant en face de lui n'était pas celui de l'ami du prince mais celui de Gabriella qui recommençait à parler a toute vitesse, de sa voix haut perchée. Le nez de Lorenzo se fronça et il secoua légèrement la tête.


"Gabriella.. Parlez doucement s'il vous plait."

S'il avait bien compris, les invités étaient partis. Il était donc resté longtemps sur ce balcon. Pas étonnant qu'il ne sente plus ses pieds ni ses mains. En plus du froid mordant, Lorenzo ressentait une grande culpabilité. Il n'avait pas été à la hauteur des attentes du ¨Prince, il en avait bien conscience.

Le majordome prit appuis sur le bras de la servante pour se relever. Il n'avait même plus la force de protester et se contenta d'accepter son aide.


"Vous seriez très gentille de me m'aider à retourner chez moi pour que je puisse me ressaisir, Gabriella. Laissez le médecin regagner sa demeure, je survivrai."

Et il s'ensuivit un faible et rare sourire sur ses lèvres et dans ses yeux.

[Chambre de Lorenzo]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Terrasse donnant sur le Grand Canal   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Terrasse donnant sur le Grand Canal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» des idées de grand'mère
» La bataille du Grand-Port...
» reportage de grand voir vient voir c est beau ..............
» grand couteau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: CA' ADORASTI :: L'Etage Inférieur :: La Salle de Bal-
Sauter vers: