AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Muzio - Iago

Aller en bas 
AuteurMessage
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Muzio - Iago   Ven 24 Mar - 21:02

L'ennui est le plus grand ennemi de l'homme : il est capable de lui faire faire des choses qu'il regrette longtemps après. Ainsi donc, Muzio et moi-même, désespérés de ne pas pouvoir jouer toutes les 5 minutes, avons décidé, pour votre malheur, de faire un essai Very Happy

Avertissement : ce qui suit n'a pas de rapport direct avec le jeu. Il est possible *hum*certain*hum* également qu'on s'éloigne du caractère des personnages. Very Happy Oh et aussi, il y a beaucoup de liberté prise avec l'Histoire (non, les médecins n'ont pas de salle d'attente à l'époque ^^')

Muzio est un tout jeune médecin qui vient d'obtenir son diplôme (une vingtaine d'année), et Iago a environ 15 ans.
La scène se passe dans la salle d'attente de Muzio.

***


Iago faisait les quatre cents pas dans une salle petite et garnie d'un nombre de chaises impressionnant. Il avait tenté de les compter, mais s'était trompé, étant donné qu'elles étaient toutes semblables, que les murs étaient identiques, et qu'il avait en fait tourné trois fois sur lui-même et compter trois fois trop de chaise.

Plus les secondes passaient, plus il prenait conscience de la dure réalité. Il allait devoir faire face au médecin. Et, il fallait bien qu'il se l'avoue, il avait une sainte peur du médecin. Qui sait ce que cet individu terrible et sans pitié pouvait être capable de lui faire ? hmm ?

Il ne savait pas pourquoi, mais sa mère venait de l'y conduire (traîner serait plus exact) de force. Il toussait, certes, mais il n'était pas à l'article de la mort non plus... Il délirait un peu, certes. Mais c'était pour plaisanter qu'il avait dit qu'il y avait un griffon dans le jardin... Ce n'était pas une raison pour le jeter dans les griffes dangereuses des recouseurs. Il était sûr que celui qui allait passer la porte serait vieux, crochu, et méchant.

Maintenant, il y avait toujours la possibilité que sa mère ait fait ça pour se débarrasser de lui plus rapidement possible. Cela était très vraisemblable. Les mères veulent toujours la mort de leur enfant. Il suffit de lire les contes de fées.

Iago réalisa soudain qu'il ne lui restait plus qu'un seul moyen de survit : la fuite. Derrière la porte, il y avait sans doute sa mère. Il fallait prendre la fenêtre.

Iago l'ouvrit grand, fit un signe de croix et s'apprêta à l'enjamber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Ven 24 Mar - 21:35

Muzio était atterré. Horrifié. Il faisait face à un véritable cauchemar humain. Ses yeux grands ouverts fixaient, vitreux, la vieille femme qui étalait devant lui non seulement son corps parcheminé mais qui déballait aussi ses innombrables malheurs... Et son époux qui était tombé de l'échelle et s'était tué net, et son chat qui avait des coliques, et son fils qui tournait mal, et son quatrième neveu qui ne donnait pas de nouvelles, et ses rhumatismes qui... Horreur et stupéfaction. Serait-ce cela désormais son quotidien pour le restant de ses jours ? S'était-il lui-même condamné à écouter les doléances du monde et à en approcher les corps déformés ? Écoeuré, Muzio coupa brusquement la vieille, lui conseilla des bains de pied à l'eau gelée sous la prochaine pleine lune, et l'expédia par la porte arrière.

Il revint s'asseoir un instant à son bureau et se prit la tête entre les mains. Son destin était terrible. Une jeunesse gâchée... Muzio réprima une double-envie de pleurer et de vomir, et se leva, les pieds lourds. Avant cette vieille, son diplôme tout neuf lui arrachait quasiment des roucoulements de plaisir. Maintenant, il avait compris. Profondément dégoûté, il ouvrit lentement la porte de son cabinet et posa un oeil morne sur la salle d'attente. Étrange, il aurait dû y avoir quelqu'un normalement... Muzio s'apprêta à refermer sa porte pour s'accorder quelques minutes de plus à se plaindre, lorsque que son regard s'arrêta sur la fenêtre. Ou plutôt, sur le jeune homme qui s'apprêtait à l'enjamber.

En un éclair, tous les sentiments précédents quittèrent le jeune médecin, et une bouffée de son humanisme originel le reprit. Sans réfléchir, il bondit jusqu'à la fenêtre et tira brutalement le garçon dans la salle. Il le maintint fermement d'une main, tandis que l'autre referma soigneusement la fenêtre qu'il barricada ensuite d'une chaise.

Sans un mot, il traîna le jeune homme jusque dans son cabinet -qui, le ciel soit loué, ne comportait pas d'ouverture-, dont il referma la porte. Il assit son nouveau patient et s'installa lui-même juste en face. Ce fut seulement à ce moment-là qu'il observa celui qu'il venait de sauver. Mmh... Une quinzaine d'années sans doute. Et déjà une envie d'en finir avec la vie. C'était trop triste. Muzio prit un air paternel:


"Bon... Alors jeune homme, qu'est-ce qui nous vaut ce petit passage à vide ?"

Il croisa ses longs doigts et esquissa un sourire qui se voulait rassurant. C'est à ce moment-là qu'un petit détail lui revint en mémoire. Sa salle d'attente. Au rez-de-chaussée.

Il fronça les sourcils et se décolla de son dossier. Il posa son coude sur son bureau et leva l'avant-bras. Lentement alors il agita son index tendu de gauche à droite.


"Dites donc jeune homme, qu'est-ce que tout cela veut dire ? On ne veut pas se faire examiner par le docteur, hein ?"

L'épisode lui amena un goût amer dans la bouche. Décidément il faisait le pire métier du monde. Non seulement les patients dorénavant le dégoûtaient, mais en plus il passait pour le méchant monsieur auprès des enfants. Pathétique. Au bord de la crise de larmes, Muzio éleva la voix:

"Tu crois quoi, que je vais t'ouvrir le ventre, que je vais t'extirper la cervelle, que je vais t'arracher les dents et te triturer les oreilles, que je vais t'écraser les orteils et..."

Bon, la méthode n'était pas des plus pédagogiques. Autant revenir aux classiques. Ton las.

"Comment t'appelles-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 25 Mar - 0:26

Être traîné, tiré, poussé et jeté sur un siège ne faisait pas parti du plan de Iago. Non, normalement, il aurait du enjamber la balustrade et courir à travers la cours.
Cela voulait dire qu'il y avait eu un problème en cours de route, et que ce problème était momentanément en face de lui.

Iago en futur homme des lumières, examina le problème avec soin. Il était jeune, au bord des larmes et il lui parlait.
Ah ah. Second problème. Qu'avait-il dit ? La dernière chose, il l'avait entendu, c'était : "Comment t'appelles-tu ?"
Iago hésita. Son prénom en faisait rire plus d'un. En même temps, il ne pouvait pas mentir, non ? Mais devait-il répondre à quelqu'un qui le tutoyait ainsi ? N'avait-on aucun respect de la jeunesse ? où était passé le bon vieux temps où les jeunes étaient traités avec le respect dû à leur âge ? Qu'était deven... bref.


"Degli Albizzi, Iago degli Albizzi..."

Et là, chose étrange, le cerveau de Iago se remit en marche. Lui qui jusqu'à maintenant c'était contenté d'observer avec un détachement exemplaire, se mit à analyser avec un brio tout aussi remarquable. Bien sûr, c'était un petit peu à retardement, et un petit peu trop tard, mais enfin, c'était mieux que rien.
Et donc, Iago réalisa que si l'homme lui posait des questions, c'était sans doute parce que c'était lui le médecin.
Ce fut un choc.
Comme une réaction à retardement, Iago qui avait été calme jusqu'à maintenant (ce n'était pas parce qu'il n'avait pas arrêter de gigoter sur la chaise en regardant autour de lui si un grand méchant monsieur n'allait pas apparaitre juste derrière lui que l'on pouvait dire qu'il ne s'était pas comporter avec calme et distinction), se leva brusquement comme un ressort, et pointa du doigt Muzio, un air de pur horreur plaqué sur le visage, et se mit à hurler.


"Aaaaaah ! C'est vous le médecin !"

Ensuite, dans sa terreur, son cerveau lui transmit le reste d'information "t'ouvrir le ventre, t'extirper la cervelle, t'arracher les dents t'écraser les orteils..."
Iago pâlit, rougit, chancela et sût ce qu'il lui restait à faire, et le fit : il tomba dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 25 Mar - 12:20

Iago degli Albizzi... Bon, ce n'était pas n'importe quel fils de paysan, sans doute. Alors que Muzio s'apprêtait à déclamer d'un ton maussade la sempiternelle question ("Bien bien bien... Alors, qu'est-ce qui vous amène ici ?"), le dit-Iago se mit à hurler comme un damné. Le cerveau du pauvre enfant avait apparemment quelques problèmes à fonctionner en temps réel...

"Euh oui, je sais, c'est moi. Mais je t'assure, je ne..."

Blanc, jaune, vert, rouge. Muzio s'interrompit et fronça le nez d'un air dubitatif en observant l'extraordinaire variation de couleur de Iago. Le foie.

"Prends-tu régulièrement ton huile de mo..."

Boum.
Pour couronner le tout, le pauvre diable s'écroula sur le sol avec un air de mourant. Folklorique. Figé, Muzio scruta un instant son corps évanoui, avant de réaliser que c'était en le désignant médecin -comme on aurait hurlé "C'est vous l'assassiiiiin !"- que Iago avait perdu connaissance. Lentement, Muzio se décolla de son siège, enjamba le corps et alla se poster devant un miroir. Il fixa son reflet, une expression douloureuse collée à ses traits. Ces yeux-là étaient-ils ceux d'un bourreau ? A priori à l'instant-même, il aurait plutôt opté pour ceux d'un mouton offensé.

Il poussa un long soupir et se retourna. En considérant l'enfant par terre, il eut vaguement conscience qu'il fallait faire quelque chose. Il s'agenouilla auprès de Iago et desserra son col. Puis il lui tapota les joues sans conviction. Dieu qu'il était pâle ! Peut-être était-il déjà... Non, sa poitrine se soulevait régulièrement. Muzio releva une paupière et observa la pupille. Bon, il s'en remettrait.

Le médecin se releva et le prit dans ses bras. Pas léger en plus, l'animal... Il le déposa dans le fauteuil qu'il avait quitté involontairement, et retourna lui-même s'asseoir en face. Lorsque Iago esquissa son premier mouvement de réveil, Muzio soupira de nouveau:


"Bon, et si tu me disais enfin pourquoi tu es là, Iago degli Albizzi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 25 Mar - 20:49

Lorsque Iago rouvrit un oeil, il fut forcé de constater que malheureusement, il ne s'agissait pas d'un cauchemar...

En s'entendant tutoyé, il voulut réagir et se redressa pour dire d'une voix impériale :


"Je ne vous autorise pas à me tutoyer ainsi !"

Evidemment, cela aurait sans doute eu plus d'impact s'il ne s'était pas trouvé complètement affaibli, par le médecin en face de lui qui avait sans doute eu son diplôme dans une pochette surprise, puisqu'il ne savait même pas qu'il faut éviter de remettre un évanoui à la verticale trop tôt...
Là, on devait plutôt avoir l'impression d'entendre un poulet asthmatique et chevrotant qu'un jeune noble sûr de lui.

Iago eut la gêne de s'en rendre compte, ce qui eut l'effet positif de ramener un peu de couleur sur ses joues.
Il se redressa donc et s'éclaircit la gorge pour répondre avec calme et persuasion à la question suivante, dont la réponse allait déterminer de son avenir.


"Je ne sais pas du tout pourquoi je suis ici. Je vais très bien."

Evidemment, sa voix avait eu tendance à remonter sur la fin. On ne peut pas empêcher la panique de vous prendre au dernier moment. Et la possibilité que le médecin ne le croit pas et cherche à le soigner était terrible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 25 Mar - 21:43

Il avait tout de l'être qui se savait condamné à l'avance et qui tentait vainement de se barricader derrière une épave de fierté. Muzio pencha la tête sur le côté et considéra ce spectacle mélodramatique d'un oeil quasi-attendri. Tiens, vu sous cet angle là on aurait plutôt dit un petit rongeur piégé. Pris au jeu, Muzio pencha la tête sur son autre épaule en même temps que le jeune homme finissait, pathétique, sur un "... ainsi !" aigu. Mmh, vu comme ça, oui c'était un martyr, un chrétien en Rome Antique, qui élevait une dernière fois une voix tremblante et magnifique de courage sinon réellement impressionnante...

Exercice intéressant que de multiplier les points de vue. Muzio s'apprêtait à se jeter sous son bureau pour considérer la scène en contre-plongée lorsque la réclamation de Iago passa plusieurs centaines de synapses pour arriver à sa conscience. Il remit illico la tête d'aplomb et haussa les sourcils en reniflant d'un air dédaigneux. Le rongeur martyr n'inspirait pas spécialement un respect innommable...


"Fort bien, signor degli Albizzi... Que me vaut d'ailleurs l'honneur d'avoir votre visite dans mon si modeste cabinet ?"

La réponse vint immédiatement. Aaah, c'était donc cela ! Satisfait, Muzio se cala confortablement dans son fauteuil et croisa lentement les mains. "Je ne sais pas du tout pourquoi je suis ici." Typique. Il adressa un sourire indulgent au pauvre rongeur. A son âge, quel dommage... Mais il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour y remédier. Un cas intéressant et qui ne nécessitait pas trop de contact physique, enfin quelque chose qui rompait les rhumatismes séniles... Le sourire de Muzio s'élargit. D'ailleurs, la voix tremblante et anormalement aiguë sur le "Je vais très bien", c'était très révélateur. Il avait malgré tout un peu conscience de son état, le malheureux...

Amnésique.


"Ne t'inquiète pas mon petit Iago, nous allons t'arranger cela. Pour commencer tu vas juste répondre à quelques petites questions, d'accord ? C'est un jeu, tu vas voir ça ne fait pas mal. Et tu n'auras pas de gage si tu ne trouves pas la réponse..."

Sourire protecteur.

"Alors, première question. Quand tu t'es levé ce matin, tu sais, quand tu es sorti de ton lit, est-ce que tu as commencé par bâiller et après tu as enfilé tes chaussons, ou est-ce que tu as d'abord enfilé tes chaussons avant de bâiller ? Tu te souviens ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Dim 26 Mar - 2:23

Iago se recroquevillait de plus en plus dans son fauteuil étant donné qu'il comprenait de plus en plus clairement que si le médecin en face de lui n'était pas un vieux bonhomme à l'air sinistre, il n'en était pas moins dangereux, car il s'agissait, à n'en pas douter d'un fou.

Sinon, pourquoi le regarderait-il en penchant la tête d'un côté et de l'autre ? La réponse était simple : il se prenait sans doute pour un chien de compagnie et essayait d'avoir l'air amical pour l'apprivoiser. Mais cela ne se passerait pas ainsi...

Evidemment, les risques étaient grands, et il était sans doute de son intérêt de ne pas tenter une attaque frontale... Il valait mieux faire semblant d'entrer dans son jeu.

Il se mit donc lui aussi à pencher la tête d'un côté, puis de l'autre... puis il décida de le refaire pour montrer qu'il était de bonne volonté. Cela faisait qu'il n'avait pas vraiment écouté l'histoire du jeu, à part qu'il avait compris qu'il aurait un gage s'il ne répondait pas.

Il se concentra donc le plus fortement possible pour répondre correctement.
Dans l'effort, il fronça les sourcils et tira la langue.


"Alors, ce matin... J'ai baillé..."

Mince était-ce avant ou après avoir mis ces chaussons ? Il allait avoir un gage, il ne voulait pas avoir de gage. Qui sait ce que cet individu pervers allait lui faire faire ? Il fallait qu'il trouve... voyons... Il s'était réveillé, il s'était étiré, il s'était redressé sur son lit et...

Il écarquilla les yeux et regarda le médecin d'un air choqué.


"Alors ça, c'est méchant comme question. Je n'ai pas de chausson moi !"

Le traître, il aurait dû s'en douter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Dim 26 Mar - 12:18

Le pauvre enfant avait l'air traumatisé par cette histoire de questions... Ratatiné tout au fond de son fauteuil, il s'était mis à dodeliner étrangement de la tête avant de froncer les sourcils et de tirer la langue. Muzio complèta son hypothèse première: Iago s'était certainement cogné -fort-, ce qui avait provoqué une lésion cérébrale endommageant ses capacités intellectuelles en même temps que sa mémoire. Oui, cela ne pouvait être que ça.

Satisfait de ses performances médico-divinatoires, Muzio observa le jeune homme en pleine réflexion. Oui, évidemment il lui en demandait beaucoup après le traumatisme qui lui était arrivé... Mais après tout il avait commencé par simple, non ? Mettre ses chaussons avant de bâiller ou bâiller avant de mettre ses chaussons: à la portée d'un nourrisson, ou presque ! D'ailleurs, lui-même, il ne lui fallait pas plus d'une seconde pour y répondre en toute certitude. Ou deux... Ou trois... Ou... diantre, qu'avait-il fait ce matin ? Effrayé, il repoussa loin loin loin la question: non, lui, n'était pas amnésique ! D'ailleurs il n'y avait qu'à regarder l'expression idiote de son patient par rapport à son propre visage pour s'en convaincre. Sourire rassuré.

Muzio dut cependant reconnaître que la réponse finale du jeune Iago n'était pas dénuée de bon sens.


"Ah oui évidemment... Bien, très bien Iago !"

Il lui adressa un regard complice:

"Nouvelle question. Il faut bien te concentrer, d'accord ? Peut-être que... peut-être que si tu réponds bien, tu auras un bonbon !"

Il avait l'air du parent qui vous annonce que vous aurez droit à un gros bisou de Tante Anna -qui pique- si vous dites gentiment bonjour. Un air d'auto-persuasion qui tentait de vous convaincre de la chaaaance que vous auriez, et qui vous faisait plutôt froid dans le dos...

"Bon. Iago, est-ce que récemment tu as eu un bobo à la tête ? Tu sais, si tu es tombé, ou si tu t'es cogné contre un buffet ou pris une cruche sur le crâne..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Lun 27 Mar - 20:36

De nouveau, le sixième sens de Iago se mit à faire retentir une sonnette d'alarme. Le sixième sens de Iago était réservé à la détection de personnes instables mentalement, de lâches tentatives de corruption, et les grand-mères méchantes. Là, les trois niveaux étaient allumés, ce qui fit que Iago se mit à regarder autour de lui à la recherche de la grand mère égarée.
Mais non rien.
C'est alors qu'il compris que le médecin devait être une Grand-mère, qui par sa science maudite avait réussi à redevenir un jeune homme.

Il fallait être deux fois plus attentif et deux fois plus méfiant. Mais pour l'instant, entrer dans le jeu, si possible, sans obtenir le bonbon. Il avait un atout, il n'y avait pas de bonbon en vu. C'était déjà bien...


"Cogné ? Et bien..."

Surtout ne pas vexer la sorcière.

"Oui... Je suis tombé d'une échelle à l'âge de trois ans et 5 mois, je me suis cogné contre un buffet à l'âge de 7 ans et demi, et j'ai reçu une cruche sur le crâne il y a 4 mois et 12 jours...
Je suis tombé des escaliers à 5 ans 6 semaines. Je suis tombé d'un arbre la semaine dernière. J'ai reçu une pierre sur la tête à 13 ans (le jour de mon anniversaire). Je suis tombé de cheval à 9 ans trois quart.
Je m'arrête ou je continue ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Lun 27 Mar - 22:59

Un peu effrayé par une telle énumération, Muzio s'empressa de répondre:

"Tu peux arrêter, tu peux arrêter... Mon pauvre enfant..." ajouta-t-il dans un souffle.

Oui, le pauvre enfant... Pas étonnant qu'il fût un peu dérangé au niveau de la calebasse, après tous ces chocs... D'ailleurs, il était même étrange qu'il fût ainsi conservé en état quasi-normal. Evidemment il avait le regard un peu hagard et l'intelligence un peu refroidie, mais enfin... Mais au fait, la précision de l'énumération avait été exceptionnelle; étrange pour un amnésique. Muzio jeta un regard suspicieux sur son jeune patient, mais fut immédiatement rassuré. Non, non, cette tête-là n'aurait pas trompé un médecin aussi talentueux que lui. Bon, il s'agissait tout d'abord d'établir les symptômes avérés du problème.

Il se cala au fond de son fauteuil. Fronçant les sourcils, il concentra toute son attention à l'observation du jeune Iago, n'ayant nullement conscience de la présence physique du garçon.

Troubles reconnus de la mémoire. Remodelage partiel des traces mnésiques. Dysfonctionnements neuropathologiques. Fonctions mentales altérées. Comportement social modifié.

Il se leva et passa derrière le siège de Iago, scrutant soigneusement son crâne.

Pas d'atteinte morphologique. Un point positif qui nécessitait malheureusement de redoubler d'analyse. Il revint s'asseoir et prit quelques notes qu'il rangea immédiatement dans son tiroir. Puis il releva la tête et considéra le garçon en face de lui. Ses lèvres s'étirèrent en un large sourire paternel. Il farfouilla dans un autre tiroir et en ressortit une pâte de fruits qu'il gardait pour les jours de déprime. Une petite B.A..


"Tiens Iago, comme tu as été gentil et que tu as bien répondu... Mange-la tu vas voir c'est très bon."

Il couva son protégé du regard, l'obligeant ainsi à se saisir de la friandise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Mar 28 Mar - 0:32

Mais le médecin ne regardait que de l'air...
Et oui, Iago avait bien cru s'évanouir une fois de plus quand le médecin (pardon, la sorcière) était passé derrière lui. L'ignoble personnage avait osé s'en prendre à son crâne, au siège de son intelligence et de sa vivacité d'esprit. Il s'était soudain sentit très mou de l'intérieur du cerveau, et il était sûr que la vieille qui était une homme jeune avait cherché à y infiltrer un poison sans doute mortel… Mais heureusement, cela n'avait pas marché. Non, forcément pas, puisqu'il avait retrouvé sa respiration et sa capacité de penser lorsque le dangereux médecin était retourné derrière son bureau…
C'est donc que son esprit était encore intact. Mieux encore, il avait réussi à rester vigilent et attentif.

Aussi, lorsque le médecin (pardon la sorcière) avait plongé dans son tiroir à la recherche du bonbon maudit, qui certainement allait être l'arme ultime pour le martyriser, il avait saisi sa chance au bond.

Au bond, justement, parce qu'il avait bondit hors du fauteuil et s'était précipité vers la fenêtre. Malheureusement la fenêtre ne s'était pas ouverte immédiatement, et il avait du combattre avec elle quelques temps. Un instant, il avait cru qu'il n'y arriverait pas. Il dût prendre appui avec ses pieds, et tirer la langue. Finalement, elle avait cédé dans un bruit sinistre.

Iago, de joie, avait poussé un cri et était monté sur la petite marche, le petit rebord de la fenêtre pour crier, en étendant les bras vers le ciel :


"Libre ! Je suis libre !"

Et là, il avait chu. Malheureusement, complètement chu... Trébuché enfin, glissé, dérapé, tombé, valdingué, bref il avait chu... puis, encore plus malheureux, il avait été retenu, malheureusement, parce que un pan de son pourpoint s'était accrocher dans un clou dépassant de la fenêtre.

On imagine le désarroi du pauvre garçon se voyant accrocher par la peau du cou, comme un chat, à un clou.
La liberté est toujours un peu décevante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Mar 28 Mar - 23:15

Muzio avait à peine déposé la petite gâterie face à Iago que celui-ci s'était élancé à travers la pièce. Perplexe, le médecin observa son patient s'acharner pour ouvrir... une petite fenêtre trompe-l'oeil qui était en réalité la porte du cabinet aux aromates, espace totalement clos. Le bureau ne comportait en effet aucune vraie fenêtre -comme précisé auparavant (XD)-, le prédécesseur nourrissant une réelle terreur de voir ses clients s'enfuir après la consultation sans régler leur dû. La fausse fenêtre avait été agrémentée d'un véritable petit rebord, et le tout formait une porte qui bouchait les escaliers descendants.

Lorsque le garçon, ivre de liberté, poussa son cri de victoire et s'élança, Muzio se leva précipitamment de son siège et s'élança pour éviter le carnage. Fort heureusement, le jeune Iago fut sauvé par un vieux clou. Le médecin se retint de justesse d'entrer dans un fou-rire incontrôlé -se moque-t-on d'un dégénéré mental ?-, et décrocha l'enfant qui retomba platement sur la première marche. Profitant de sa déception apathique, Muzio prit sa main et le rassit doucement dans son fauteuil, faisant fi, dans un grand élan de générosité, de la porte défoncée.

Puis il se réinstalla lui-même en face. Il avait minimisé les dégâts des chutes répétées. Il considéra son patient d'un oeil soucieux et reprit la pâte de fruits. Il la coupa en deux et en avala un bout, puis il tendit l'autre à Iago en lui offrant un sourire sucrément rassurant:


"Tu préfères comme ça ? Comme dans Blanche-Neige, tu sais ? Sauf que là ce n'est pas empoisonné..." ajouta-t-il avec un sourire entendu.

"Tu voulais t'enfuir ? Mais dis-moi pourquoi... Tu sais, mon cabinet à aromates n'a aucune issue, un peu comme des oubliettes..." expliqua-t-il, indulgent et sans arrière-pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
Iago degli Albizzi

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 8 Avr - 16:10

Iago maudissait intérieurement et copieusement l'étoile sous laquelle il était né et qui visiblement ne cherchait qu'une seule chose, son malheur…
Encore un peu hébété et sous le choc, il se laissa traîné vers la chaise.
Il devait être extrêmement sous le choc, parce que, alors même que le médecin révélait enfin son vrai visage et se comparant à la sorcière de Blanche-Neige, Iago prit la moitié de la pâte de fruit et la mangea.

Terrible erreur ! Iago s'en rendit compte au moment même où la confiserie toucha sa langue. C'était étrange, c'était sucré. C'était bon. Evidemment, aucun aliment terrestre n'était capable d'avoir un goût pareil. C'était forcément un piège.


"C'est sucré… c'est doux… qu'est-ce que c'est ?"

L'angoisse était palpable dans la voix de Iago. Il avait l'impression qu'il était en train de se ramollir et qu'il n'arrivait plus à distinguer clairement pourquoi le médecin était un être détestable. Pourtant, il l'était ! c'était forcément un effet dangereux de ce produit maudit… Si cela se trouvait, il y avait peut-être d'autres effets…

Iago tâta sa tête, ses mains… Il tremblait un peu, mauvais signe. Il regarda le médecin avec une grande inquiétude.


"Qu'est-ce qu'il m'arrive… je vais mourir docteur ?"

Iago sentit les larmes lui monter aux yeux.

"Je veux pas mourir…. Je suis trop jeune…
Mon beau voyage encore est si loin de sa fin !
Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin
J'ai passé les premiers à peine,
Au banquet de la vie à peine commencé,
Un instant seulement mes lèvres ont pressé
La coupe en mes mains encor pleine…."

Après tout, si Muzio a déjà inventé la peinture contemporaine et s'apprêtait à écrire les œuvres de Chopin plusieurs siècles avant, Iago avait bien le droit de cité "La jeune Captive" de Chénier, qui n'allait être écrite que bien plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
Muzio Barrozi

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Muzio - Iago   Sam 8 Avr - 18:42

Le délire. Certains sujets frappés d'amnésie faisaient certes montre d'un peu d'excentricité, mais le petit Iago semblait atteint d'un autre mal. Muzio nota les mains tremblantes, les yeux humides, la voix enrouée et surtout la soudaine volubilité. Il avait le délire poétique...

Pris d'un terrible doute, Muzio rouvrit en hâte le tiroir qui avait contenu la friandise et l'inspecta avec soin. Pourtant non, ses champignons hallucinogènes n'étaient pas là... Ni ses capsules psychotropes... Tout cela était soigneusement conservé dans des bocaux à confiture soigneusement étiquetés et soigneusement alignés dans son cabinet à aromates. Aucun risque de ce côté-là. Il fallait donc se résoudre à attribuer la déclamation tragique de Iago à lui-même.


"Mais non voyons mon petit Iago, tu ne vas pas mourir... Ton beau voyage n'est pas fini !"

*Sinon tu saurais qu'il serait plus juste de le nommer terrible cauchemar...*

"Et puis tu sais, toute la vie n'est qu'un voyage vers la mort, alors que ce soit tôt ou tard, après tout, ça ne change pas grand'chose, le résultat est le même."

Et il appuya son raisonnement d'un sourire affable.

Mais il s'agissait dès à présent de faire face à une crise de délire. Muzio retroussa ses manches, et fronça les sourcils dans un effort de concentration. Que disait son manuel déjà ? C'est qu'il s'agissait d'un cas plutôt rare... Voyons, chapitre XIV, sous-chapitre XXII: "le soignant face au délire". On y était. Ses sourcils se contractèrent un peu plus tandis qu'il essayait de se souvenir des phrases qui suivaient... "Le soignant devra donner un sens, une signification du délire, avec ce qu'il connaît des références socio culturelles de son patient, et en ayant toujours à l'esprit ses références personnelles, sa propre subjectivité, ses croyances d'homme."

Il avala sa salive avec difficulté. Passer de la théorie à la pratique. La tête lui tourna un peu, une bouffée de chaleur l'envahit... Muzio desserra son col et sourit de nouveau. Chapitre I, sous-chapitre XIII: "le sourire comme instrument de guérison". Ses lèvres s'étirèrent un maximum, et il se jeta à l'eau. Références culturelles de son patient.


"Tu veux imiter un de tes héros tragiques, c'est cela ? Qui est-ce qui dit ça, Liubarti l'immortel ?" tenta-t-il en se souvenant du nom cité par un gosse en consultation. "Ah non ça ne peut pas être ça, s'il est immortel il ne peut pas avoir peur de mourir... Julio l'escargot peut-être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Muzio - Iago   

Revenir en haut Aller en bas
 
Muzio - Iago
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux personnes au détour d'un arc-en-ciel.. [PV Iago Milazzi]
» « C’est légal parce que je le veux. » [PV Iago & Helga]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: Créations-
Sauter vers: