AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Poèmes

Aller en bas 
AuteurMessage
Maschera
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Poèmes   Poèmes PerleVen 14 Avr - 16:27

bon ben, j'avais envie de vous montrer quelques-uns de mes poèmes, et textes poétiques... juste pour savoir si vous aimiez...

Alchimie

Alchimie aux mille saveurs
Pestilencielle odeur d'arsenic
De l'amour tu as l'aigreur
Poison aux relents uniques

Ecorchée vive de l'intérieur
Brûlée à tous les degrés
Incapable de sentir la douleur
En rêver serait un péché

Frénésie Liquide du malheur
Prends l'âme et le corps
Rends-les si tu veux au créateur
Rends-leur si tu peux la souffrance, encore

La morsure cruelle du poison
Brûlant les entrailles en l'heure
Apporte-moi la déraison
Débauche en tout honneur

Arsenic, cigue, soude, ou alors
Peu m'importe la saveur
Qu'aura ma proche mort
J'en sens déjà la terrible langueur...

Dracula

Y a-t-il plus belle mort en soi
Que celle qui se glisse insidieusement
Dans les beaux draps de soie
D'une jeune fille au teint bien blanc ?

Ah ! Créature de la Nuit
Songe aux dents acérées,
Toi, la luxure et l'envie
A cette gorge tu viens t'accrocher...

Les lèvres ont enserré leur proie
Impossible euphorie de l'amour
Illusion qui peu à peu se boit
La laissant vide pour toujours...

La douce utopie sanglante, écorchée
D'une jeune fille à la gorge déchirée
Auréolée de sang, d'une aura de chasteté
Profonde comme la nuit, dernière volonté

Ô créature de sang et de mort
Ce fluide vital que tu as pris
En même temps que de la mariée le corps
Voilà ce qu'est le prix

D'un insidieux effort
Sans utilité apparente
Futilité causant le tort
De ces pauvres âmes errantes...

Inconscience

Comme une rose noire qui se fâne
Lentement on sent s'éteindre l'âme
Des doigts qui pressent une flamme
Le temps ne s'en soucie et flâne

Les brumes matinales se dissipent
Apparaît un spectacle désorienté
Au milieu, la tour qui s'est écroulée
Et autour, ces pierres qui s'effritent.

Une larme ? un mot ? Non, rien du tout
Ici le silence est de rigueur,
Au risque de fâner la fleur,
Dans ce monde loin de tout.

Lieu Austère de Mort et de Beauté,
Ce champ de bataille pour la liberté,
N'est plus qu'une ruine dépravée,
Entraînée dans un étrange ballet.

Jeu d'échec

Plus besoin d'armes,
J'ai posé les miennes
Dans mes yeux pleins de larmes
Je fais tomber la reine.

Ne soyez pas étonnés,
Si, laissant mon masque de dureté,
Aux échecs, cette arène,
Je fais tomber la reine.

Chaque pion compte
Sur l'échiquier de la peine
Et que ces mots remontent :
« Je fais tomber la reine »

J'avance mon fou
Et son âme peu amène
D'un seul, un seul très bas coup
Je fais tomber la reine

Et là sur l'échiquier
Où le temps s'est arrêté
D'une voix amère je peux affirmer
Que ma reine est tombée.

La Mort Glacée

Je ne sais depuis combien de temps je suis assise, seule, dans cette geôle froide et humide. Un vent glacé s'engouffre dans la toile grossière qui me recouvre, je frissone. Je me recroqueville en essayant vainement de trouver un peu de chaleur.
Tous les bruits se sont tus. Même le garde, là dehors, semble s'être assoupi. J'attend, j'entend la mort. Je trouve le courage de me lever et de regarder une dernière fois par la fenêtre. Les froids paysages de mon pays s'étendent sous mes yeux. Cela ressemble à un desert, mais de glace. Un blizzard gelé fait voler la maigre tunique que l'on m'a donnée. Je pleure et mes larmes deviennent glace. Déjà le froid engourdit mon cerveau, m'empêchant de réfléchir et de penser. Des hallucinations apparaissent, ainsi que des fantômes. Je vois des ballerines sur la glace, dans un ballet sans fin. Lentement mon corps s'effondre, et mon âme va rejoindre ces danseuses éternelles.
Mon corps fut sans doute recouvert par la glace, je n'en sais rien, je suis prise dans ce ballet sans fin.


Voilà un ptit extrait, c'est pas trop pitoyable ?
Revenir en haut Aller en bas
George R
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleVen 14 Avr - 17:19

Ma chère amie, je ne suis point critique littéraire, mais je suis charmée par vos écrits élégants et raffinés et dont les lettres emmélées crient des vérités et des rêves que je semble avec vous partager.. Surtout en ce qui concerne mon grand ami le mort qui ne décède jamais.
Votre jeu d'échec également m'a mise 'mat', si j'ose dire...
Non, j'apprécie vraiment grandement vos vers et vos rimes qui réjouissent mes neurones assoiffés.
Revenir en haut Aller en bas
Lea Cadr
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleVen 14 Avr - 19:13

J'aime beaucoup le style de tes poèmes. Malheureusement, je suis incapable d'en écrire d'aussi beaux, même si je fourmille d'idées !
Revenir en haut Aller en bas
Cilio de
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleSam 15 Avr - 0:00

Tu voudrais pas co-écrire avec cilio par hasard? Le côté noir de l'auréole blanche.. ^^

Non sérieusement c'est loin d'être pitoyable, je suis pas une grande fan de gore et de noir (quoique ça dépend des moments :p), mais j'ai beaucoup aimé "Le jeu d'échecs"... N'hésite pas à nous en montrer d'autres ^^
Revenir en haut Aller en bas
Maschera
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleSam 15 Avr - 14:24

Bon bah, en voici d'autres ^^

Péchés Capitaux

Je suis la Luxure
Amatrice de plaisirs interdits
Je goûte aux saveur de la vie
Je fais s'offusquer les robes de bure

Je suis le Désir, l'Envie
Désir d'être ce que vous ne serez
Désir d'un jour être différée
Simplement envie d'avoir envie

Je suis l'Orgueil,
L'Ego démesuré qu'on salue bien bas
Qu'on regarde et qu'on bat
Car on souhaite d'avoir sur le monde le même oeil

Je suis la Colère,
Tornade fougueuse aux deux visages,
Folie des tourments sans partage,
La Destructrice de son ère

Je suis la Paresse,
Celle du chat, de s'étendre,
Dans des bras à l'odeur tendre,
Pour lesquels je suis déesse

Je suis la Gourmandise,
Les plaisirs sucrés et salés,
Avec lesquels on peut me titiller
La rondeur et la franchise

Je suis l'Avarice,
Avare de sentiments
Avare de compliments
Je garde précieusement les délices

Enfin, je suis Jalousie
Je me jalouse moi-même
D'être celle que personne n'aime
Celle qui donne la maladie

Hypocrisie

Tue-moi que je revive,
Déteste-moi, je m'aimerai mieux,
De l'eau que la flamme se ravive,
De l'air pour calmer mon propre feu.

Hypocrisie, c'est un grand songe,
Instinct grégaire de la créature humaine,
L'amour n'est après tout qu'un mensonge,
Une recherche illusoire et bien vaine.

Ah, ce beau Don Juan,
Sourire hypocrite plaqué aux lèvres,
Prince de nos rêves d'enfant,
Ne crois pas me séduire, pauvre mièvre.

Etrangle-moi, que je respire,
J'irai mieux si tu me blesses,
Pour le meilleur et surtout pour le pire,
De l'Hypocrisie je suis la déesse,
Et c'est là ma plus petite faiblesse.

Âme

J'écorcherai ton âme
J'en ferai de menus lambeaux
Comme tu fis de mon Flambeau
Comme tu me fis perdre la Dame

La Mascarade est terminée
Les Illusions ont leur jeu
Pouvoir perdre, je peux
Mais point à l'infini... Damnée,

Mon âme l'est depuis longtemps,
Cesse ces malédictions sans sens,
Chaque chose en son temps,

Vois au loin l'horizon immense,
S'emplir du rouge de ton sang,
C'est moi qui t'ai tué, à temps...

La Veuve Noire

Je suis la Veuve Noire
Créature au teint blafard
Sur moi viennent les regards
Ayez pour moi des égards...

Je suis la fille aux mains glacées
Telles mon coeur, elles sont gelées,
Je suis la Dame de Pique,
Issue d'aventures épiques...

Autour d'eux je tisse ma toile,
Autour d'eux je suis l'étoile,
Lune Noire devant leur soleil
Que je rougirai d'un liquide vermeil

Leurs squelettes embrasés
Et les serpents enlacés
Sur mon bras nacrés

Seront ma gloire,
Ma grande victoire
Moi, prêtresse du noir...

Requiem Doloris

J'aime cette douleur.
Elle me va bien au visage...

Je préfère au sable blanc de la plage
Les cailloux pointus pleins de chaleur.

J'aime la couleur rouge qu'ont mes larmes
Quand je souffre et j'ai mal

Je préfère que blanches soient les armes
Et que je les rougisse d'un fluide vital.

J'aime cette douleur lancinante,
Elle me va si bien et me colle à la peau...

Je préfère les flammes troublantes
A ces êtres qui font les beaux

J'aime cette douleur
Elle me va bien au visage...


J'en mettrai encore d'autres si vous voulez ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Louisa d
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleSam 15 Avr - 14:27

Ma Charline Baudelaire... 6

Tes écrits m'atteindront toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Romana L
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleSam 15 Avr - 14:36

C'est assez noir, c'est le moins qu'on puisse dire, mais j'aime beaucoupo, même si je ne suis pas non plus critique littéraire ! ^^ Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Maschera
Invité



Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes PerleSam 15 Avr - 19:36

Je suis dans ma lancée ^_^

Différence (dédicace à Louisa)

Tue moi, je vivrai mieux,
Etrangle moi que je respire
Même si je diffère à tes yeux
J'assume mon point de mire

Blesse moi, je te rendrai la pareille
Orgueil, paresse, narcissisme,
Mets donc ton ego en veille
Et observe... mon glauquisme

Je suis différente et j'assume
Regarde comme on peut être beau
Regarde moi marcher sur ton bitume
Regarde ce que c'est de sortir du lot

Renaissance

Je veux mourir
Mourir et renaître
Echapper à mes maîtres
Et enfin, renaître.

Me glisser dans une nouvelle peau
Serpent en pleine mue
Et là, au fond de l'eau,
Mon âme est mise à nu...

Le phénix hors de ses cendres,
Le feu d'une nouvelle salamandre,
Dans les Enfers je suis descendue,
Et Satan, en face j'ai vu !

Quel beau Diable en vérité
Mais le Mal peut m'attirer,
Alors jamais ne céderai.

Il ne faut jamais dire jamais ?
Et que m'arrivera-t-il ?
Je veux m'exiler sur cette île
Et m'y perdre à jamais...

Remords pour un ange

J'ai ce sentiment profond du remord
Qui encore en moi se cache et dort
Ni tristesse ni amertume,
Juste un regret qui me consume

Regret de ne pouvoir t'aider
Que faire de plus, je ne sais
Tu as éclairé ma vie
Ne suis-je pas capable de le faire aussi ?

Je connais ton histoire et tes secrets
Je sais ce qui te blesse et te plais
Je se ce que tu aimes ce que tu hais
Ce que tu caches et ce que tu connais

Les roses se fânent, les gens aussi,
Se peut-il que tu perdes goût à la vie ?
Tu es un rayon de soleil et tu nous éclaire
Ne perds jamais ni chaleur ni lumière

Je pleure et mes larmes deviennent glace
Je ne supporte plus cet hiver
Pourquoi tant de malheur qui trépasse
Dans tes yeux si joyeux et si clairs ?

Je connais ton histoire et tes secrets
Je sais ce qui te blesse et te plais
Je se ce que tu aimes ce que tu hais
Ce que tu caches et ce que tu connais

Tu es un ange de douceur
D'amitié et de chaleur
Pourquoi sont-ce toujours les anges
Qui souffrent ? Faites que ça change

Ton malheur, tu ne le mérites pas
Et dans tes yeux hélas, il se voit
Et moi je brûle de remord
De n'avoir su inverser le sort

Je connais ton histoire et tes secrets
Je sais ce qui te blesse et te plais
Je se ce que tu aimes ce que tu hais
Ce que tu caches et ce que tu connais

Larmes de sang

Des larmes de sang coulent sur ses joues
Le vent emmêle ses cheveux
Sa mémoire perdue au fond d'un trou.
Les étoiles de ses yeux
Effacée par les années
La mort est proche,
Elle le sent, elle le sait
Elle attend sous le porche
En se demandant pourquoi
Elle ne le sait pas
Son cœur est brisé
En éclat il a volé
Et l'épée de la destinée
Soudain surgit
Pour venir trancher
Et en silence fend la nuit.
Au matin trouvée
Effondrée, éplorée,
Sang et larmes,
D'une même arme.

Le Dernier Jour

Assise sur le parvis d'une église
Dans la nuit, si grise,
Elle se perd dans ses pensées.
Rongée d'amertume,
Elle semble rêver
Mais elle est tracassée par les remords
Ses yeux se perdent dans l'infini
Elle a eu sans doute tort
Mais elle repense à la vie,
Et se dit tout doucement
Même si elle sait qu'elle se ment,
Que de toute façon il n'y a plus rien,
Elle se dit que ces cris ne sont pas les siens,
Le menton posé dans les mains,
Elle sourit et attend la mort,
Qui vient faucher ses remords.

Agua

Tout les bruits se sont éteints
A la lueur du matin,
Seule, une fontaine en marbre
Coule toujours
Et à travers les arbres
Du haut des tours,
Traversant les âges
En silence
Cet incolore breuvage
Sème la souffrance.
Elle résonnera longtemps
Accompagnée par le lent
Rythme des pas, du temps.
Un long et mélancolique concerto
Au matin se finit
Etrange mélodie
Venue du fond des eaux
Du fond des âges
Qui pas à pas
Se détruira
Mauvais présage.

La Dame Blanche

Ses pas résonnent dans la brume
Le silence lui éclate les tympans
Lentement son âme se consume
Elle a arrêté le temps.

La dame blanche si pâle
Aux pieds vêtus de nudité
Elle veut toucher les étoiles
Oublier sa vanité.

Les roses de l'espoir ?
Elles se sont éteintes.
Maintenant qu'est venu le soir,
Tout en elle perd ses teintes.

Pour elle rien n'a plus de sens
Pour elle la Terre n'est plus ronde
Elle cherche ses essences
À travers le monde.

Ses longs cheveux noirs flottent derrière elle
Pour elle il n'y aura plus d'étincelle
La douce et belle oiselle
Aujourd'hui s'éteint.

Fatalitas

Je voudrais pleurer, mais je ne peux pas
J'aimerais aimer, je n'y parviendrais pas
Mon bras pour étreindre ton âme,
Mes doigts pour éteindre la flamme.

On peut tous s'envoler, il suffirait d'aimer,
Mes yeux sont secs mais mon coeur est fendu,
Pourtant de lui rien n'a jamais plu.
C'est l'histoire d'une neige un soir d'été
Je suis décédée avant d'y arriver.

Grimper les barreaux d'une main, un à un,
Les sentir s'effriter sous des doigts maladroits
Et tomber lentement, funeste destin

Dans un abîme sans fin, si droit,
Laisser son âme au bord du gouffre
Alors que l'air s'y engouffre,
Je ne pense pas plus que je n'aime,
Et tout ça est du pareil au même...

Tout est blanc...

Je me réveille. Tout est flou autour de moi. Je ne sens ni mes bras ni mes jambes. Un frisson me parcourt. J'ai l'impression d'être dans un rêve. Tout est blanc autour de moi. Les gens, les murs... Comment suis-je arrivée là ? Moi-même je ne le sais pas. Et puis c'est comme un flash-back : je revois l'homme, le revolver, la balle, mon sang, seule tache rouge sur mes draps si blancs. Tout cela me donne mal aux yeux, je les ferme... Pour ne plus jamais les rouvrir. Tout est blanc autour de moi, et moi, je suis noire.

J'écris ton nom

De tout les mots que l'on entend,
Du murmure de tous les vents,
De tous les noms des assaillants
C'est le tien que je ressens

Flammes de pluie
Vent de foudre
On n'a qu'une seule vie
Et ce n'est que de la poudre


J'écris ton nom
A l'encre de chine
J'écris ton nom
A l'encre invisible

De cendre à cendre
De poussière à poussière
J'écris ton nom avant de descendre
Dans les ténèbres glacées de l'Enfer

Le vent qui souffle à nos oreilles
S'éteint en mille merveilles
Poussière d'étoile et champs de bleuets
Pour celui qui rien ne connaît

J'écris ton nom
A l'encre de chine
J'écris ton nom
A l'encre invisible

Des rires sans joie
Des larmes sans tristesse
Rien que toi et moi
Entourés de tendresse

Les elfes et les fées se sont tus
Leur peau est mise à nu
Alors que dansent les ombres
Dans cette glace si sombre

J'écris ton nom
A l'encre de chine
J'écris ton nom
A l'encre invisible

Epitaphe

Une chute, longue, libre.
Seule dans l'espace infini,
Je n'ai plus la force de suvivre,
Plus la force de rester en vie.

Regarder le temps qui passe,
Alors que le corps doucement se lasse
Lutter contre des démons invisibles,
Dans un dernier sursaut risible

La Fatalité fait bien les choses
Elle fâne les plus belles roses
Et ternit les âmes de ceux
Qui n'ont plus aucun dieu.

Un sourire qui s'épanouit,
Tel une rose, bientôt fânée,
Et, seule dans ma dernière nuit
Je pleure mes dernières pensées.

Voilà la collection intégrale... bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Poèmes Empty
MessageSujet: Re: Poèmes   Poèmes Perle

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poèmes Noirs
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» ADIEU DE PAUL GERALDY
» [TEXTES] Poèmes en prose... (Onirisme poétique)
» « j'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes, et construire un empire juste pour ton sourire ... » 06.07.11 - 16h45

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: Créations-
Sauter vers: