AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Etage Privé - La Chambre Bleue

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pourpre
Du Bout des Doigts
avatar

Nombre de messages : 557
Statut : Admin
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Etage Privé - La Chambre Bleue   Lun 6 Nov - 22:13

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loch-lurgainn-house.forumactif.com/
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 12 Nov - 0:42

[Le ponton]

Où était-elle ? Il ne s'agissait bien sûr pas d'un reproche, elle le savait et elle lui répondit par un sourire discret.

"J'étais là où l'air était moins étouffant et tout comme vous Elio, j'ai été retardée..." dit-elle tout bas, lui retournant sobrement la question. Retardés d'une façon tout à fait différente et bien moins grave, c'était évident.

Sans poser de question, Lea avait acquiescé et l'avait aidée à relever le prince pour le remettre sur ses jambes. Entrés dans le hall ils avaient ensuite empruntés les escaliers, les montant marche par marche, pas trop vite pour lui épargner d'inutiles souffrances, pas trop lentement pour éviter qu'il ne se refroidisse plus et ainsi l'emmener au plus vite dans la chambre.

La voix du prince, d'habitude si douce et profonde était rendue rauque par la douleur et le froid. Il ne fallait plus tarder. Graziella lui épargna les questions habituelles de ce genre de situation "Qui a fait ça ?", "Comment cela s'est-il passé ?". Ces questions trouveraient des réponses au moment voulu. Il était donc inutile de le fatiguer avec ça pour l'instant.

Elle s'était contentée d'hocher la tête d'un air rassurant quand il exprima le désir que tout cela reste secret. Elle s'en était doutée dès le début, sinon pourquoi serait-il venue jusqu'à elle plutôt que de rentrer au palais ? C'était d'ailleurs pour cela qu'elle avait murmuré ses ordres à Lea.

Tenant le prince d'une poigne ferme pour une femme, pour qu'il puisse se reposer sur elle, ils arrivèrent devant une chambre de l'étage. Graziella se tourna vers sa servante.


"Merci Lea, fais-ce que je t'ai demandé maintenant, dépêche-toi !"

Elle ouvrit la porte et soutint Elio pour l'amener jusqu'au lit sur lequel elle l'aida à s'asseoir puis s'allonger. Elle alluma quelques chandelles qui éclairèrent un peu mieux la pièce tendue de bleu que le feu de cheminée qui laissait seulement rougeoyer quelques braises. Heureusement, la température de la chambre était correcte.

Elle posa sa main sur celle d'Elio. Doucement, elle défit les doigts du prince qui étaient restés crispés sur la garde de son épée. Les hommes qui avaient la chance de se trouver allongés chez Graziella étaient souvent crispés eux aussi, mais c'était pour bien d'autres raisons...


"Détendez-vous Elio, je m'occupe de vous." dit-elle d'un ton calme en posant l'épée à part.

Par des gestes assurés, habitués mais mêlés de douceur et de précision, Graziella lui retira son tricorne et sa cape qui était glacée puis son pourpoint. Sa chemise blanche était imbibée du sang de sa blessure sur le côté. La courtisane fronça légèrement les sourcils et dénoua le jabot de dentelle. Elle constata avec un soulagement relatif que le sang qu'elle avait aperçu sur le cou du prince n'était pas accompagné de blessure.

Revenant au pied du lit, elle lui retira ses bottes et les posa près du feu avec le reste des vêtements puis déposa une chaude couverture sur le corps allongé du prince. Elle plaça un fauteuil près du lit et y prit place, prenant une à une ses mains dans les siennes, elle lui retira ses gants et les frictionna pour les lui réchauffer. Elle craignait de le voir s'endormir pour ne pas se réveiller.


"Parlez-moi Elio..." dit-elle doucement, un voile d'inquiétude dans son regard.

Elle voyait son front couvert de sueur. Lea allait bientôt lui apporter de l'eau et des linges propres. Doucement, elle posa un baiser sur le dos de sa main qu'elle avait gardé entre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea Cadr
Invité



MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 12 Nov - 18:34

[Le ponton]

Lea soutint le Prince jusqu'à ce qu'ils parviennent à la porte de la chambre. Lea n'avait pas tout entendu de la brève discussion entre le Prince et Graziella, mais elle avait au moins compris une chose : l'homme était venu ici mais ne voulait pas que cela se sache.

*Aucun souci*,pensa Lea. Elle qui aimait écouter les rumeurs et les ragots n'avait jamais répété un des secrets de sa maîtresse. Elle était sans doute trop fière pour se voir considérée comme une simple "commère".

Le Prince respirait mal, et Lea se demandait s'il n'allait pas s'écrouler d'un moment à l'autre comme une vulgaire poupée de chiffon. Inquiète, elle raffermit sa prise autour de la taille de l'homme, quand Graziella la pria d'aller faire ce qu'elle lui avait demandé un instant plus tôt. La servante, sans un mot, lâcha doucement le Prince et s'empressa de redescendre l'escalier. Elle attrapa une bassine, la plus propre qu'elle pût trouver, la rinça rapidement et la remplit d'eau. Avant de remonter, elle choisit quelques linges propres qu'elle mit sur son épaule. Elle souleva alors la lourde bassine, et, prenant garde à ne pas éclabousser les escaliers, entreprit de les remonter le plus vite possible.

Lorsqu'elle entra dans la Chambre, le Prince était allongé et Graziella auprès de lui. Elle déposa la bassine près du lit, prit les linges et, après les avoir imbibés d'eau et essorés, elle en déposa un sur le front du Prince. Elle avait veillé à ce que l'eau ne soit pas ni trop froide, ni trop chaude. Puis, la jeune fille se souvint qu'il fallait qu'elle rallume le feu dans la cheminée. Elle déposa les autres linges sur le dos d'une chaise en murmurant à la Courtisane :


"Excusez-moi Madame, je n'en ai que pour un instant."

Elle entreprit de raviver le feu : à sa grande satisfaction, cela ne lui prit que quelques minutes. La Chambre était maintenant éclairée par le feu rougeoyant de la cheminée.

La jeune fille se tourna vers Graziella en demandant :


"Que puis-je faire d'autre pour vous aider, Madame ?"

Elle se disait que sa maîtresse souhaiterait sans doute parler avec le Prince en privé : si Graziella n'avait plus besoin d'elle, la jeune servante pourrait les laisser et sortir de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 12 Nov - 20:21

[le Ponton]

A bout de forces, le prince s'était laissé étendre sur le lit et les yeux fermés, s'était abandonné aux mains douces de la courtisane qui le dévetaient.
Il avait eu raison de s'en remettre à elle. La seule dans tout Venise en qui il savait pouvoir avoir toute confiance.
Le baiser chaud sur sa main glacée lui fit entr'ouvrir les yeux et sa voix franchit la barriere de ses levres livides
.

"Est-elle fiable ?"

Son regard épuisé désignait la porte que venait de refermer celle qu'il connaissait comme la servante de Graziella, sans savoir son nom.
Il n'écouta pas la réponse, il lui semblait que sa vie s'en allait avec le sang qui s'écoulait de sa blessure et le vertige qu'il sentit à se tenir ainsi au bord du gouffre le fit se crisper à nouveau, sa main libre agrippant le drap
.

"Ne laissez pas entrer le masque, cette chose hideuse.."

Il tenta de se redresser pour échapper à la brume qui menaçait de l'engloutir.

"Où est mon épée ! Je l'ai touché à la main, je le retrouverai !"

Il retomba dans les oreillers sans avoir laché la main de la courtisane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 12 Nov - 22:56

Lea ne tarda pas, en effet, à revenir avec ce qu'elle lui avait demandé. Sa rapidité et son efficacité avaient toujours plu à la courtisane depuis le premier jour où elle l'avait prise à son service. Tandis que Lea s'activait près de la cheminée, Graziella reprit le linge humide qu'elle lui avait posé sur le front pour rafraîchir les joues du prince et nettoyer son cou avec douceur mais efficacité, éliminant toute trace de sang.

"Oui elle l'est, ne vous inquiétez pas pour cela. J'ai entièrement confiance en Lea."

Une douce chaleur venant de l'âtre leur parvint, accompagnée d'une lumière réconfortante. Le crépitement du feu réchauffait la chambre et lui donnait un aspect plus rassurant.

"Merci Lea, ça ira comme ça. Va chercher un petit valet et envoie-le immédiatement quérir maître Barrozi, le nouveau médecin. Dis-lui de l'amener ici... en toute discrétion. Je compte sur toi. Ensuite va dormir, j'aurai besoin de toi demain."

Son regard de glace se reposa sur le prince étendu devant elle. Ses doigts se crispaient sur le drap, ses yeux regardaient sans voir. Ses paroles se faisaient incohérentes. Mais il était fort, elle le savait. Et elle resterait auprès de lui.

Elle reprit le linge humide qu'elle essora de nouveau dans la bassine et essuya la sueur qui perlait de nouveau sur le front d'Elio.


"Chhut.. Calmez-vous. Vous êtes en sécurité ici. Il n'y a pas de masque et aucun n'entrera chez moi. Faites-moi confiance... Elio, regardez-moi. Est-ce un masque qui vous a fait cela ?" demanda-t-elle pour le faire parler et le forcer à rester éveillé.

"Votre épée est à côté, vous retrouverez celui qui vous a fait ça mais pour l'instant cessez de bouger, et répondez-moi." dit-elle d'une voix ferme mais sans énervement.

Doucement, elle lâcha la main d'Elio et replia la couverture de façon à ce qu'elle ne couvre plus que ses jambes. Sans tarder, elle défit les quelques boutons de nacre du col de sa chemise et, constatant que lui faire lever les bras le ferait trop souffrir, décida de s'y prendre d'une autre manière. Prenant le tissu entre ses doigts à l'entrée du trou laissé par le couteau, elle déchira le tissu largement pour ouvrir deux grands pans de chaque côté de son torse. La blessure révélée lui tira une légère grimace.


"Elio ? Racontez-moi si la soirée qui s'est déroulée ce soir vous a plu. Je veux tout savoir... dans les moindres détails."

Elle gardait constamment un oeil sur le visage du prince tandis qu'elle humidifiait un autre linge. Lentement, et contournant soigneusement la plaie pour ne pas l'effleurer, Graziella nettoyait le sang qui s'était répandu sur son flanc. L'eau de la bassine se teinta rapidement de rouge alors qu'elle rinçait sans cesse le linge pour reprendre son nettoyage.

Elle écoutait Elio, surveillant son expression de visage et jaugeant sa douleur pour écarter le linge le cas échéant ou pour lui reprendre la main et la serrer si elle le sentait partir.

Une fois la plaie parfaitement nettoyée, elle posa dessus un autre linge, sec cette fois. Elle en prit un autre, long et étroit qu'elle glissa sous le dos du prince avant de venir le nouer sur son ventre.


"Serrez-les dents."

D'un geste rapide elle serra le noeud qui comprimait ainsi le linge posé sur la plaie. Elle rabattit la couverture sur son corps, lui reprenant la main dans la sienne et caressant son front de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea Cadr
Invité



MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mer 15 Nov - 20:31

La chaleur semblait réconfortante à Lea. La jeune servante entendit dire Graziella qu'elle avait confiance en elle. Celle-ci éprouva un sentiment de fierté, et de reconnaissance aussi, envers sa maîtresse. Aussitôt, elle se morigéna : qu'avait-elle donc à songer à cela alors que le Prince était au plus mal ? Celui-ci eut quelques sursauts de douleur qui firent frissonner Lea. Aussi, lorsque Graziella lui dit d'aller quérir le médecin, la jeune fille décida d'agir le plus vite possible.

"J'y vais de ce pas, Madame. N'hésitez pas à me faire appeler pendant la nuit si vous avez besoin de moi."

Après un dernier regard envers la forme du Prince prostrée sur le lit et la Courtisane qui le veillait, la servante tourna les talons, sortit de la Chambre en refermant la porte le plus doucement possible.

Elle courut dans le couloir et croisa un jeune valet. Aussitôt, elle l'arrêta, et lui dicta ses instructions :

"Surtout, soyez le plus discret possible. Personne ne doit savoir que Muzio Barrozi va venir chez la Courtisane, vous m'entendez ? Personne."

Sur ce, elle le laissa là, en lui enjoignant de faire vite. Epuisée, la servante se dirigea dans un demi sommeil vers sa chambre.

[Chambre de Lea]
Revenir en haut Aller en bas
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mer 15 Nov - 21:26

Graziella s'efforçait de le tenir éveillé pendant qu'elle s'employait à nettoyer le pourtour de sa blessure.
Et de cela, Elio en était tout à fait conscient.
Mais les mots mourraient sur ses lèvres et son coté irradiait de douleur jusque dans la cuisse, jusque dans le bras.
Il ne pouvait que répondre à la pression de sa main en la serrant plus fort.

Il tenta de lui sourire, en vain.
Il serrait les dents plus fort chaque fois que le linge mouillé frôlait de trop près la blessure.
Il tenta aussi de fixer son regard sur la chevelure flamboyante de la jeune femme, sans plus de succès.
Ses paupières pesaient si lourd, il se sentait tellement épuisé.

Sa main se décrispait peu à peu sur le drap et sa volonté s'éparpillait aux quatre vents.
Il eut vaguement conscience encore du dialogue entre la courtisane et sa servante.
Puis ce fut tout, la douleur, le froid soudain qui l'envahissait et glaçait ses doigts.
Il senti qu'il se noyait dans les ténèbres et tenta un mouvement qui resta inachevé pour saisir le bras de Graziella.

Sa respiration se fit plus lente, l'inconscience avait chassé toutes les angoisses
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mer 15 Nov - 23:25

♦ Mercredi 5 Février 1744 - Premier Post du Jour ♦


Le sommeil d'un médecin n'est jamais lourd. On avait tambouriné à la porte, timidement d'abord, puis de plus en plus fort, et Muzio n'avait pas tardé à apparaître. Il avait enfilé à la hâte les vêtements posés sur sa chaise et était allé ouvrir. Un jeune garçon l'avait alors prié - avec tout le respect qu'il lui devait, cela va de soi - de se dépêcher et de le suivre, on avait besoin de lui. Ni une ni deux, Muzio avait remonté les escaliers, attrapé sa trousse, redescendu les escaliers, enfilé son manteau et claqué la porte derrière lui. Une urgence, c'est bien connu, n'attend pas.

Le valet n'avait rien pu dire, paraissait anxieux et le trajet en gondole avait été silencieux. Seul le gondolier avait grommelé un peu. Quelques instants plus tard, Muzio avait été introduit dans une maison et on l'avait prié de monter les escaliers - en haut à gauche, m'sieur le médecin, la chambre bleue -, ce qu'il avait fait de bonne grâce.

En pénétrant dans la pièce, il avait haussé des sourcils surpris en reconnaissant la proie salvantiesque du Caffé Florian. Mais dans une situation différente. On peut raisonnablement rapporter que l'étonnement de Muzio s'était accru lorsqu'il avait découvert l'identité de son patient impromptu. Le Prince Adorasti lui-même. Inconscient, faible, blessé.

« Préparez de la glace. »

Et voilà notre médecin au chevet d'Elio. La blessure était pansée grossièrement, mais le bandage laissait assez voir l'ampleur de la plaie; il fallait faire vite. D'un geste habitué, Muzio ouvrait sa trousse posée sur le lit de la main gauche, et commençait à défaire le noeud de Graziella de la main droite. L'hémorragie d'abord, la conscience du blessé ensuite. Sa main gauche trouva l'aiguille, sa main droite acheva de dénouer le linge mais le garda appuyé sur la plaie. Pleinement réveillé, Muzio était concentré sur ce qu'il allait faire.


« Depuis combien de temps perd-il son sang ? » demanda-t-il néanmoins.

Pas d'anxiété dans sa voix. Muzio avait appris à ne rien laisser paraître lorsqu'il se préparait à une opération délicate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Jeu 16 Nov - 1:28

Mercredi 5 Février 1744 Premier Post du Jour


A partir du moment où Lea avait franchi la porte de la chambre, le temps avait semblé interminable pour la courtisane. Son regard était posé en permanence sur le visage livide du prince et sa main n'avait pas lâché la sienne.

Elle l'avait écouté, ou plutôt avait tenté de comprendre ce qu'il essayait de dire. Elle voyait sa souffrance sans pouvoir ne rien y faire. Quand elle le vit fermer les yeux, aucun mot ni aucun geste n'avait pu les lui faire rouvrir. Elle avait alors réajusté la couverture sur lui, se rassurant de le voir respirer encore. Témoin impuissante, elle ferma les yeux en posant le dos de la main d'Elio contre sa joue, et récita dans un murmure quelques prières.

Il sembla qu'elle s'était légèrement assoupie car les premiers rayons du soleil lui avaient fait rouvrir les yeux. Yeux qui se posèrent de nouveau immédiatement sur Elio, toujours inconscient, mais qui respirait. Elle eut un geste pour venir caresser une mèche de cheveux noirs quand quelqu'un entra dans la chambre.

Graziella se leva immédiatement, reposant la main d'Elio sur sa poitrine, puis contourna le lit pour laisser la place au médecin qui déjà s'approchait du prince, l'air grave et concentré.


"Je ne puis vous répondre exactement. Je l'ai trouvé ainsi devant ma porte lorsque que je suis rentrée chez moi cette nuit." répondit-elle en se dirigeant vers la porte.

"Je vais chercher de la glace." ajouta-t-elle en sortant de la pièce.

Elle se dirigea vers la glacière, une sorte de cellier situé à l'écart. Elle y entra et attrapa un pain de glace enveloppé dans de la toile qu'elle déposa dans un récipient. Elle le cassa en morceaux à l'aide d'un pic à glace avant de ressortir et retourner dans la chambre sans plus tarder. Elle posa le récipient près de Muzio et se plaça de nouveau de l'autre côté du lit.

Elle n'était pas du genre à s'évanouir à la vue du sang. Elle en avait vu d'autre et tenait à rester auprès d'Elio et pouvoir aider le médecin s'il le fallait.


"Est-il aussi mal qu'il en donne l'impression ?" demanda-t-elle, son regard trahissant son inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Jeu 16 Nov - 21:48

Avant de passer à la phase cruciale, Muzio tourna la tête et chercha les yeux de la jeune femme pour lui répondre. Son regard bleu s'inquiétait.

« Il est très affaibli. Mais il se remettra, et peut-être plus vite que vous ne le pensez... L'arme n'a pas touché d'organe vital. »

Elle s'était placée résolument de l'autre côté du lit, et il comprit qu'elle resterait.

« Placez quelque chose en travers de sa bouche... Tenez, cette bougie. Au cas où il se réveille. »

*Il n'y a qu'à espérer qu'il ne se réveille pas.*

Muzio passa son aiguille dans la flamme d'une chandelle, puis serra les dents. La blessure avait été précise, les contours en étaient nets. Il pourrait atténuer la cicatrice. Il examina avec intensité la plaie, murmura quelques mots puis attaqua.

Pendant de longues minutes silencieuses, l'aiguille passa dans le torse d'Elio, rapprochant minutieusement les bords ensanglantés l'un de l'autre. Parfois, Muzio s'interrompait et d'une main nettoyait doucement la peau avec l'un des linges humides rapportés par Lea. L'eau se teintait d'un rouge vif.

Il travaillait lentement, avec précaution, mais chacun de ses gestes trouvait son orientation. A intervalles réguliers, il saisissait le poignet du Prince et vérifiait son pouls. Puis il reprenait son travail. Les secondes passaient qui se changeait en minutes. Enfin, Muzio se redressa et laissa tomber l'aiguille rougie dans la bassine d'eau. Il détendit un instant son dos et sa main endoloris, puis fit le pansement en jetant des regards au visage d'Elio.

Alors, il se rinça soigneusement les mains avant de se laisser tomber dans un fauteuil. Son front perlait de sueur et il se sentait vidé. Il tourna la tête vers la jeune femme restée dans la pièce et parla enfin.


« Vous pouvez mettre une poche de glace sur le pansement. » indiqua-t-il simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Ven 17 Nov - 0:21

Il se remettra. Cette phrase prononcée par le médecin lui enleva le poids qui pesait sur sa poitrine depuis ces dernières heures. Son regard glissa sur le visage endormi du prince, pâle et figé dans une expression à peine plus crispée qu'un homme simplement assoupi. Il était fort, elle le savait bien. Il serait bientôt sur pieds et elle pourrait entendre de nouveau sa voix de velours, douce et chaude.

Le premier ordre de Muzio la laissa perplexe. Lui mettre une bougie dans la bouche ? Etait-ce pour l'empêcher d'avaler sa langue ?


"Je ne crois pas que ça soit une bonne idée, monsieur. Il est inconscient, c'est inutile.. et s'il se réveille il risque de l'écraser entre ses dents et d'avaler de la cire."

Elle tira une nouvelle chaise près du lit et y prit place, observant les gestes de Muzio, non pas pour le surveiller, elle lui faisait entièrement confiance, mais par curiosité des gestes médicaux. Ceux-ci étaient calmes et sûrs, précis et méticuleux.

Graziella reprit la main d'Elio dans la sienne durant l'opération. Elle n'avait que faire de ce que Maître Barozzi pourrait penser alors de ce geste.

Enfin le médecin termina. La plaie était recousue et le prince ne s'était pas réveillé avant la fin des opérations. Par contre, il allait certainement encore souffrir en se réveillant. La courtisane ignorait ce qu'il faudrait faire alors pour parer à cela.

Elle lâcha temporairement la main d'Elio pour nouer la toile autour des morceaux de glaces avant de la poser comme demandé sur le pansement. Puis elle reprit sa place initiale et regarda le médecin.


"Merci." dit-elle avec un sourire sincère. Muzio semblait fatigué mais elle devait ajouter quelque chose d'important.

"Vous comprenez, je n'en doute pas, toute la discrétion qu'il convient d'apporter à la situation. Le prince a clairement précisé cela avant de tomber dans l'inconscience, il serait très contrarié que vous n'ayez pas respecté son choix..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Ven 17 Nov - 1:17

Mercredi 5 Fevrier 1744 - Premier Post du Jour


Ce fut la douleur qui le ramena à lui. La lumiere trop vivre filtrée à travers ses cils le contraignit à garder les paupières mi-closes ce qui fit qu'aucun des occupants de la pièce n'eut conscience de son réveil. Peu à peu, son esprit s'éclaircit et la douleur se fit plus intense qui lui arracha un grondement sourd, cependant la souffrance des soins prodigués ne l'effrayait pas, elle était le signe qu'il était bien vivant.

Son regard fatigué, sous le front perlant de sueur, se posa sur la silhouette encore floue du médecin qui s'éloignait puis s'asseyait à quelques pas du lit.
Ce fut sa voix plutôt que son visage qu'il reconnut
.

"Maître Barozzi. Ma présence ici.. ainsi que tout cela.. rien ne doit sortir de cette pièce."

Il confirmait ce que venait de dire Graziella, presqu'en même temps qu'elle dont les mots venaient de s'envoler.
Elle qui se tenait à son coté, présence rassurante et calme qui le veillait de son regard protecteur.
Il soupira et serra sa main avec force et chercha les yeux bleus de la courtisane
.

"Je vais bien Graziella, ne vous inquiétez pas. Nous avons foi en Maître Barozzi, n'est-ce pas ? Et notre confiance est toujours bien placée, n'est-ce pas."

Son regard, avait quitté le visage inquiet pour se poser sur celui du médecin, cherchant une approbation.
Il le voyait tout à fait bien à présent, visage fatigué et coiffure déshordonnée qui trahissaient une nuit agitée.
Il sourit calmement et sa voix maitrisée tentait de masquer la souffrance que les soins lui avaient causé
.

"Vous semblez avoir livré une rude bataille. Vous ai-je donné tant de mal ?"

Il eut une crispation de la machoire et de la main repoussa doucement la main de Graziella qui tenait la poche de glace.

"Laissez ceci, ma douce amie. Je ne peux plus en supporter la brûlure"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Sam 18 Nov - 16:23

Lorsque Graziella avait contesté son indication, Muzio s'était contenté de placer lui-même un morceau de tissu torsadé entre les dents du Prince, qu'il avait retiré avant de faire le pansement. Il n'était pas encore gâteux, jusqu'à nouvel ordre.

Il lui suffit de quelques secondes assis dans le fauteuil pour évacuer la fatigue. Et immédiatement, la jeune femme lui recommandait le silence, non sans faire planer une menace discrète. Muzio fronça les sourcils et s'apprêta à répliquer calmement qu'il n'allait pas éventer l'affaire à travers la ville, lorsque la voix fatiguée d'Elio s'éleva du lit. Aussitôt le médecin fut sur ses pieds et s'approcha de son blessé. Le regard se clarifiait, et il parlait. Avec une telle constitution, il se remettrait vite.

Mais une double paire d'yeux semblait le cerner autour de ce mot: silence. Muzio se redressa.


« Je ne sais à quoi vous avait accoutumé mon prédécesseur, mais il me semble évident que certaines situations ne sont pas à... ébruiter. »

Il sortit une fiole d'alcool de sa trousse et en rinça l'aiguille qui avait servi à recoudre la blessure.

« Les bords de la plaie étaient précis. Il n'y avait pas non plus de corps étranger, cela ne m'a donc pas donné particulièrement de mal. Néanmoins ce genre d'opération est toujours délicat, et par ailleurs j'ai fait mon possible pour que la cicatrisation soit discrète. »

Il rangea son petit matériel et ses yeux se relevèrent sur le couple. Le couple... Quelques gestes et mots n'avaient pas échappé à Muzio, qui se refusa cependant systématiquement à en tirer une conclusion. Pourtant, quel contraste entre Bianca Grazziano Adorasti et la femme qui se tenait à présent à côté de l'époux !

Il laissa Elio refuser la glace. Parfois, le malade est meilleur juge que le médecin pour ce qui lui convient. En revanche, la douleur pourrait devenir insupportable dans les heures qui suivraient. Muzio avisa un petit secrétaire.


« Puis-je vous emprunter du papier et un peu d'encre ? » demanda-t-il à Graziella. « Je vais vous indiquer comment apaiser un peu la douleur en cas de crise... »

Il griffonna rapidement ses instructions:

Citation :
Broyer gingembre et piment rouge. Laisser infuser dans un linge et appliquer en compresses chaudes. Renouveler après 20 minutes.
La tisane d'écorce de saule a également des vertus analgésiques.

« Si la fièvre venait à monter, envoyez-moi chercher sur le champ. »

Muzio laissa la feuille sur la petite table et revint vers le lit. Il regarda un instant Graziella, puis Elio, sans insistance cependant.

« Comptez-vous rester ici ? » questionna-t-il doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Sam 18 Nov - 20:37

Graziella attendait une réponse du médecin quant à son avertissement, quand la voix d'Elio se fit entendre, encore un peu sourde mais parfaitement audible, pour exprimer la même chose qu'elle quelques secondes plus tôt.

La courtisane tourna les yeux vers le prince et trouva son regard qui cherchait le sien. Elle sentait la main d'Elio qui serrait la sienne, lui exprimant quantité de choses aussi explicites que de simples mots. Elle lui sourit et hocha la tête à ses paroles sur la confiance qu'ils donnaient aux gens.


"Tout à fait."

Muzio Barrozi, peut-être un brin vexé des insinuations des deux personnes devant lui, les assura à sa manière de son silence. Graziella hocha de nouveau la tête en guise de remerciement.

Elle laissa le médecin expliquer au prince ce qu'il lui avait fait, profitant de ce court moment pour délasser son dos et sa nuque mis à rude épreuve durant cette nuit stressante.

A la demande d'Elio, Graziella retira la poche de glace qu'elle reposa dans le récipient et remonta la couverture sur son corps allongé. D'un geste de la main accompagné d'un hochement de tête vers Muzio, elle montra le secrétaire où il pourrait trouver du papier et un pot d'encre.


"Je vous en prie."

La courtisane lâcha doucement la main du prince et s'approcha du médecin qui venait d'écrire quelques prescriptions. D'un geste calme et sans brusquerie elle lui glissa délicatement une bourse dans la main.

"Pour vos services. Merci encore." dit-elle d'un ton bas.

Puis elle s'approcha du secrétaire et lut les instructions qu'il venait d'écrire et laissa le prince répondre lui-même à la dernière question posée par le médecin, se doutant un peu elle-même de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Sam 18 Nov - 22:32

Le prince accueillit avec plaisir l'assurance de la discrétion du médecin. Il savait par expérience que cela était bien loin d'aller de soi ainsi que semblait le penser Maître Barrozi.
Le regard de l'homme trahissait l'étonnement qu'il ressentait face à la situation, même s'il évitait de le montrer vraiment. Il devait sans aucun doute se poser nombre de questions quant à l'intimité que le prince et la courtisane affichaient et cela était normal. Il avait pu voir le couple que formaient les époux Adorasti et devait à cet instant précis en mesurer toute la différence.
Mais Elio n'avait cure du jugement d'autrui et le médecin pouvait bien penser ce qu'il voulait, tant qu'il tenait sa langue. L'homme cependant semblait doué de raison et avait très certainement compris que le bavardage se payait au prix fort. Sa discrétion d'ailleurs eut pour preuve qu'il ne posa pas de question concernant l'origine de la blessure, ce que le prince apprécia plus qu'il n'aurait su le dire
.

Il écouta avec une attention un peu brumeuse les explications concernant les soins qui lui avaient été apportés. Puis le médecin et la courtisane s'entretinrent et il ferma les yeux.

Le masque au regard vide, au couplet inquiétant revint virevolter derrière ses paupières closes.
Qui pouvait se cacher derrière le costume ? Il tenta de faire le compte de ses ennemis qui vivaient à Venise. Peu d'entre eux avaient besoin de se dissimuler de la sorte, un homme payé pour le geste et le silence pouvait tout à fait faire l'affaire. Il fallait autre chose, une haine plus personnelle pour justifier une telle mise en scène. Mais la douleur l'empêchait de se concentrer vraiment. Il faudrait mettre cela à plat, un peu plus tard.
Il rouvrit les yeux pour croiser le regard du médecin et entendre sa question
.

"Oui, je pense rester ici. Où serai-je mieux soigné que dans une maison amie ? Madame Rivieri prendra soin d'écarter tout intrus bien mieux que ne le feraient tous les valets de mon palais."

Son regard fatigué où se lisait une tendresse dont peu avaient été témoins se posa sur le profil de Graziella.

"J'ai grande confiance en elle. Confiance qui n'a jamais été déçue."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Sam 18 Nov - 23:17

Lorsqu'elle lui remit la bourse, Muzio plongea un regard droit dans les yeux de la courtisane. Pour ses services... Pour l'opération, oui. Pour le silence, non. Le médecin avait cette humble fierté que conservent ceux qui vivent en accord avec eux-mêmes. Et sa discrétion ne s'achetait pas. Il la jugeait nécessaire au plus profond de lui.

Muzio ressortit de la bourse ce qu'il pensait être la moitié des pièces, et les déposa à plat sur le secrétaire. Sans ostentation. Avec une expression ferme mais courtoise, il indiqua sur le même ton qu'elle avait employé:


« Ceci suffira pour les soins apportés. »

Garder sa liberté.

Ainsi, le Prince ferait sa convalescence hors de son palais, loin de son épouse pour laquelle il s'était montré inquiet la veille. Le regard qu'Elio posa sur la jeune femme qui lisait le troubla un peu. La séduisante jeune femme qui avait ouvert les bras à Matteo dès la première seconde avait donc l'estime d'Elio Lacryma Adorasti. L'estime... Ou peut-être bien plus encore.

Muzio observa une seconde de silence après les mots du Prince. Cet homme qu'il avait rencontré la veille, cet homme froid, distant, superbe, cet homme-là n'était pas le vrai. Derrière se cachait... Mais était-ce le moment de soulever le voile ?

Le médecin hocha la tête pour indiquer qu'il respectait la décision d'Elio et la confiance qu'il avait en son amie. Cependant, l'heure tournait et la Princesse devait... Bianca. L'image de l'épouse d'Elio brisa l'atmosphère aussi brutalement dans la tête de Muzio que l'aurait fait son apparition réelle dans la pièce.


« Le Prince di Grazziano », il prononça le nom sans hésiter, même s'il devait - surtout parce qu'il devait ? - rappeler à Elio l'existence de son épouse, « m'a prié d'accompagner sa soeur à ce souper. Comment votre absence doit-elle s'expliquer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 19 Nov - 19:37

Elio soupira. Bianca. Le diner du prince Grazziano.

Il tourna son regard fatigué mais où était cependant revenue l'autorité naturelle qui était sienne vers le médecin, autorité attenuée par le ton aimable de sa voix.

"Mon absence ne s'expliquera pas puisque vous ne savez rien. Je ferai donner moi-même de mes nouvelles, vous n'avez pas à vous soucier de cela."

Il tenta de se redresser dans les oreillers mais le mouvement le fit blèmir un peu plus.

"Pour ce qui est de ce diner. Je n'avais pas l'intention de priver la princesse de ce plaisir et si vous estimez que sa santé le permet, qu'elle s'amuse."

Il ferma les yeux, las de devoir se préoccuper de son épouse en cet instant.

"Je vous la confie, veillez sur elle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 19 Nov - 23:38

La courtisane croisa le regard direct du médecin lorsqu'il récupéra la bourse qu'elle lui avait remise. Le visage toujours avenant, elle le regarda prendre son du, environ la moitié de la bourse. Le médecin était un homme honnête, une qualité qui se faisait rare. C'était tout à son avantage. Beaucoup auraient pris sans rechigner l'intégralité de la bourse même si le contenu dépassait en valeur le service donné. Elle hocha la tête avec un sourire puis reporta son attention sur Elio.

Celui-ci rouvrit les yeux qu'il avait fermés, certainement pour se reposer un peu, pour répondre à la question du médecin sur sa convalescence. Comme elle l'avait deviné, il décidait de rester ici sous ses soins, ce qui n'était, à vrai dire, pas pour lui déplaire. Elle répondit au regard tendre du prince et à son compliment par un sourire caressant. Cela lui faisait chaud au coeur de l'entendre exprimer sa confiance avec tant de franchise et de sincérité.

La courtisane récupéra les pièces laissées sur le secrétaire pour les ranger, écoutant silencieusement les dernières recommandations d'Elio concernant un soi disant souper auquel il devait se rendre avec son épouse.


*Chez le prince Grazziano... ? Quelque chose me dit que cela l'arrange de rester ici...* pensa-t-elle avec amusement. Bien sûr, rester ici, mais avec une meilleure forme physique.. On ne pouvait malheureusement pas tout avoir.

Une fois la conversation terminée entre les deux hommes, la courtisane raccompagna le médecin jusqu'à la porte de la chambre et se tourna vers lui avant d'ouvrir la porte.


"Repasserez-vous dans la soirée pour changer le pansement ?"

Au passage, Graziella arrêta une petite bonne et la pria de raccompagner Maître Barrozi jusqu'au ponton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzio Barrozi
Médecin
avatar

Nombre de messages : 726
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Dim 19 Nov - 23:57

Le Prince était sur la défensive, et Muzio s'était contenté de préciser poliment:

« Je ne comptais pas que votre absence soit expliquée par moi. »

Mais voici que Bianca lui était confiée une deuxième fois. Après le frère, l'époux... Il aurait presque fini par se sentir entièrement responsable de la Princesse. Muzio indiqua d'un signe de tête qu'il avait entendu la demande d'Elio, même si celui-ci ne pouvait le recevoir pour la bonne raison qu'il avait les yeux fermés. Mais enfin, tout était question de principes.

Le médecin attrapa sa trousse et suivit Graziella jusqu'à la porte de la chambre.


« Oui bien sûr. » assura-t-il lorsqu'elle le questionna sur sa prochaine visite.

Il jeta un coup d'oeil vers le lit, puis son regard revint se poser sur les traits remarquables de la jeune femme.


« Le Prince a besoin de repos. Qu'il le veuille ou non... » ajouta-t-il avec tact.

Il s'inclina devant elle, puis suivit la petite servante jusqu'à la rue. La Princesse devait l'attendre.


[Ca' Adorasti - L'Étage inférieur - L'Embarcadère]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Lun 20 Nov - 2:25

Graziella avait hoché la tête d'un air entendu lorsque le médecin lui avait fait comprendre que le prince devait absolument se reposer. Elle y veillerait personnellement. Elle suivit Muzio du regard jusqu'à ce qu'il disparaisse dans les couloirs puis referma la porte, s'adossant au panneau de bois en regardant Elio allongé sur le lit. Le sourire lui étant revenu, elle reprit la parole d'un ton amusé.

"Je crois que ce bon médecin a cru que je payais aussi son silence.. il n'a pris que la moitié de ce que je lui avais donné. Tant mieux pour moi." ajouta-t-elle en haussant les épaules.

Elle poussa un soupir serein avant de revenir près du lit. Doucement et avec précaution pour ne pas appuyer sur la couverture, elle s'assit au bord du lit, lissant son imposante robe écarlate qui ne l'avait pas quittée depuis la veille. Tournant le visage vers le prince, elle lui sourit, d'abord un sourire doux, puis qui se transforma en un sourire joueur.


"Savez-vous, Elio, que vous êtes un des rares hommes à m'avoir tenue éveillée jusqu'au matin ?"

Elle attrapa un linge humide et propre qu'elle passa une nouvelle fois sur le front du prince pour enlever la sueur qui avait perlé de nouveau à son réveil. Elle poursuivit d'un ton plus sérieux.

"J'apprécie plus que je ne saurai le dire, la confiance que vous placez en moi."

Son regard chercha celui du prince avant d'ajouter.

"Si vous avez froid, ou faim, n'hésitez pas à me le dire. Vous êtes mon invité d'honneur autant de temps que vous en sentirez le besoin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Lun 20 Nov - 2:51

Elio eut un sourire en la sentant s'assoir sur le bord du lit, face à lui. Il n'avait pas rouvert les yeux. Il se sentait apaisé, sentiment assez rare chez lui et de cela plus que du reste il était reconnaissant à la jeune femme.

"Qu'il croit ce qui l'arrange, je pense qu'il ne parlera pas. Il m'a semblé homme de bon sens. J'avais déjà eu cette impression en faisant sa connaissance plus tôt dans la journée. Rien à voir avec Tréviano et cela est appréciable."

Il entr'ouvrit les yeux et son regard de félin se posa sur la femme vêtue d'écarlate.

"Nous avons déjà vu le matin se lever ensemble et vous n'aviez point fermé l'oeil non plus. Ces circonstances là étaient plus agréables, je vous l'accorde. Et je préfèrerais de loin voir vos yeux cerclés de mauve comme alors que battus de fatique ainsi que je les vois à présent."

Sa main chercha la main de la courtisane et la saisissant et la serrant il l'attira à lui. La faisant se pencher au dessus de lui, il murmura en plongeant son regard de feu dans les yeux bleus étincelants.

"En personne d'autre je ne place une plus grande confiance qu'en vous, ma chère amie."

Il la maintint dans la même position, son regard ne la quittant pas.

"Vous m'avez manqué tout ce temps que j'ai passé à Venise avant que vous ne vous décidiez à m'y rejoindre enfin. Quel enfer que cette ville sans votre compagnie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mar 21 Nov - 0:45

"Oui.. Treviano est mieux où il est désormais, je pense.. Paix à son âme.. enfin si Dieu le veut." dit-elle avec un sourire boudeur.

Les paupières pâles du prince s'ouvrirent alors lentement pour laisser apparaître ses yeux d'ambre dorés. Le sourire de la jeune femme se fit plus tendre à l'évocation de doux souvenirs de moments passés ensemble. Du dos de ses doigts elle caressa doucement la joue du prince.


"Un délicieux moment qu'il me plait à me remémorer encore et toujours dans l'attente que cela se reproduise..."

A l'évocation de ses yeux fatigués, Graziella soupira doucement et ajouta d'un air peiné.

"J'ai eu peur pour vous Elio... j'ai pensé vous perdre cette nuit." dit-elle d'un ton bas, revoyant dans son esprit l'image du prince sombrant dans l'inconscience, le visage tiré par la douleur.

La douceur des doigts d'Elio vint caresser sa main qu'il serra pour l'attirer à lui. Docile, Graziella se pencha en avant, le visage juste au-dessus de celui du prince, à quelques centimètres à peine. Un nouveau sourire vint étirer le coin de sa bouche à ses paroles. Son regard dans le sien, elle observait chaque éclat doré qu'elle aimait chercher dans ce regard étiré par la malice.


"Et quelle tristesse que Florence sans votre présence..." répondit-elle dans un murmure, posant ses lèvres avec légèreté sur celles du prince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mar 21 Nov - 2:32

Les doigts délicats de la courtisane toujours prisonniers de ses doigts serrés, il leva sa main libre et caressa la lourde chevelure rousse.
Le baiser doucement posé sur ses lèvres ne l'avait pas surpris et il l'avait rendu avec tendresse. Il sourit à l'évocation de sa peur et son doigt glissa sur les lèvres de la jeune femme
.

"Croyiez-vous que j'allais vous laisser si vite vous amuser sans moi ? Bien que les choses ici soient différentes de ce qu'elles étaient à Florence, je serais fou si je laissais cela arriver."

Cependant la douleur revenait comme la machoire cruelle d'un animal enragé mordre son coté et sa main se crispa. Il ferma les yeux.

"Je pense, ma douce amie, qu'il est temps d'envoyer une servante chercher les remèdes que Maître Barrozi a prescrit. Je n'ai pas l'intention de rester trop longtemps alité, comme vous vous en doutez. Même si, oui j'ai entendu bien que vous parliez bas, on vous a recommandé de me garder allongé."

Son regard luisant de souffrance se posa une nouvelle fois sur le beau visage marqué de fatigue baissé vers lui.

"Et je vous ordonne de prendre du repos. De quelle utilité serait mon tendre geolier s'il est trop épuisé pour me tenir prisonnier ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graziella Rivieri
Courtisane
avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 03/09/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Mer 22 Nov - 20:59

Les longs doigts fins et forts du prince serrés contre les siens, ceux de son autre main glissant dans sa chevelure rousse, son baiser rendu sur ses lèvres puis son index glissant sur sa bouche... Graziella réalisait à quel point Elio lui avait manqué.

Elle sourit à ses propos. Oui les choses étaient différentes de ce qu'elles étaient à Florence. Différentes en aspect mais semblables sur le résultat final. La situation du prince Elio était différente, il était marié, oui, mais qu'elle importance ? Il était loin de son père.. tant mieux ? Tant pis ? Peu importait de tout cela.


"Et m'amuser sans vous dans mon entourage ne serait plus vraiment un amusement."

Sentant Elio se crisper, elle comprit que la douleur revenait, ce qui mettait fin momentanément à leur entrevue rapprochée. Avec douceur elle lâcha la main du prince qu'elle reposa sur la couverture et se releva dans un froissement d'étoffe.

"Il me tarde que vous soyez de nouveau sur pieds, Elio. Vous voir comme cela est un supplice."

Elle se pencha un peu au-dessus du lit et ajouta d'un air entendu.

"Et oui, j'ai dit au médecin que je veillerai sur vous et je tiendrai parole. Alors ne vous avisez pas d'essayer de vous lever car vous me verriez dans l'obligation de vous attacher au lit... certains hommes adorent ça vous savez...?" dit-elle un sourire amusé au coin des lèvres.

Elle s'approcha du secrétaire et prit entre ses doigts la feuille où le médecin avait écrit ses prescriptions.


"Et je vous promet que le tendre geôlier prendra du repos lorsque ceci -elle agita la feuille- sera prêt."

Elle lui sourit une dernière fois et sortit de la chambre, refermant la porte silencieusement.

[Etage Privé - La Chambre de la Courtisane]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   Sam 9 Déc - 2:19

Elio sourit aux paroles de la jeune femme et la suivit des yeux tandis qu'elle quittait la pièce.
Il repoussa la courtepointe et se redressa avec une grimace. Il était blessé mais ne se sentait pas pour autant dispensé de ses devoirs.

Le visage fermé, mâchoire crispée, la main pressée contre le pansement de son coté il gagna la petite table et se saisit de la plume. Il jeta quelques mots sur une feuille et ayant sablé l'encre, plia le papier. Il prit le bâton de cire et le chauffa à la flamme d'une chandelle puis en scella la lettre. Du sceau qu'il portait à l'index il cacheta le pli.

Sa main libre accrocha le cordon de la sonnette et presque aussitôt une petite bonne effarouchée entra et s'inclina devant lui. Il lui remit le pli et une pièce d'or en lui intimant l'ordre de faire porter le message à la Ca'Adorasti par un valet anonyme sans que soit révélé la provenance du courrier.
Le feu au joues et paniquée sous le regard flamboyant qui la toisait, elle acquiesça vivement en jurant ses grands dieux que personne ne saurait rien et quitta la pièce précipitamment.

Le prince revint vers le lit dans lequel il se glissa en sueur et il ferma les yeux, se laissant avaler par le vertige et la douleur qui l'avaient saisi à nouveau
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etage Privé - La Chambre Bleue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etage Privé - La Chambre Bleue
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chambre bleue.
» Composition de la chambre bleue
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: LA CITE :: Calle Galante :: La Maison de la Courtisane-
Sauter vers: