AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Grand Hall - Les Escaliers

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 26 Mai - 22:03

[Suite de Lazzaro]

Gabriella dévala les escaliers en courant, évitant les autres domestiques en zig-zagant. Elle espérait que le Prince ne serait pas sorti, elle devait absolument voir Lorenzo pour le lui demander.

A mi-chemin, elle aperçut le majordome se tenant près de la porte, elle accéléra le pas.


"Monsieur Dellaporta ! Savez-vous où se trouve le Pr..."

Gabriella se tut, elle était arrivée dans le hall et se retrouva face à Elio.

"Monseigneur... j'ai terminé la décoration de la Salle de Bal et de la Salle à Manger. J'aimerais avoir votre avis et savoir si cela vous convient..." demanda-t-elle doucement, contente d'avoir trouvé le Prince avant qu'il ne sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 30 Mai - 18:50

Lorenzo s'était approché lorsque le prince Elio avait rattrapé la petite bonne femme et l'avait assise sur les marches. Il l'avait écouté lui dire quelles seraient désormais ses tâches. Il aquiéça d'un signe de tête aux ordres que le prince lui donna ensuite, sans montrer le malaise qu'il ressentait. Il s'était tellement précipité pour répartir le travail en vue de la réception qu'il n'avait pas pris compte des problèmes de santé de la vieille domestique qu'il connaissait pourtant bien. Il se sentait rarement en faute et ce n'en était que plus douloureux.

Le majordome resta donc silencieux. Qu'aurait-il pu dire ? Le prince avait raison et n'était pas du genre à écouter des excuses geignantes autant que fausses, de même que Lorenzo n'était pas du genre à en donner.

Il fut cependant heureux de l'arrivée bruyante de Gabriella. Elle avait travaillé rapidement. Apparemment son entretien avec le prince Elio avait porté ses fruits et elle essayait de remonter dans l'estime du prince du mieux qu'elle pouvait.

Même si Lorenzo se doutait que le prince Elio avait des choses plus urgentes à faire, il ne dit rien, laissant à leur maître le choix d'aller ou non avec la jeune servante. Apres son attitude avec la vieille domestique, le majordome ne serait pas surpris de le voir suivre Gabriella, ne serait-ce que pour la rassurer sur son avenir dans le palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elio Lacryma Adorasti
Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 753
Statut : Admin
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Sam 4 Juin - 21:45

Elio qui finissait d'attacher ses gants, suivit du regard la petite femme qui s'empressait de gagner les cuisines pour s'y reposer comme il l'avait ordonné.
Le malaise de Lorenzo ne lui avait pas échappé.
Le majordome avait vraisemblablement été surpris qu'il s'inquiète de la santé d'une servante.
Lui-même s'en étonnait.
Il n'avait pas l'habitude de se soucier du bien-être de son personnel, d'autres étaient là pour le faire.
Comme Lorenzo justement.
Mais cette femme.
Sa faiblesse, son regard..
Pour la première fois peut-être, un sentiment fugace vint perturber son sens de l'équilibre du monde.
D'un clignement de paupières rapide, il chassa l'impression désagréable qui menaçait de s'insinuer dans son esprit.

Le Prince se retourna à l'arrivée de Gabriella.
Il leva un sourcil, un peu agacé.
La décoration de la salle de bal.
Il soupira.
Il ne devait pas être loin de quatre heures et il devait encore se rendre à la Banque du Rialto.


"La Princesse Anna n'est-elle pas rentrée que vous vous adressiez à moi ? Je n'ai pas le temps de m'occuper de telles futilités."

Puis, se remémorant la scène qui avait eu lieu un peu auparavant dans le salon, l'agacement fit place à l'ironie.

"Qu'elle soit là ou non, mieux vaut ne pas remettre à plus tard une telle urgence, n'est-ce pas ?"

La jeune servante semblait vouloir faire oublier l'attitude dont il lui avait fait reproche.
Il n'allait pas la blamer de cela, ç'eut été incohérent.
D'un geste de la main, il l'invita à le précéder
.

"Allons-y, montrez moi donc votre oeuvre."

[Salle de Bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Dim 5 Juin - 22:37

L'agacement du Prince ne passa pas inaperçu aux yeux de Gabriella. Qu'aurait du-t-elle faire ? Ne pas le prévenir au risque que la décoration ne lui plaise pas mais qu'il soit trop tard pour la changer avant l'arrivée des invités ? Quoi qu'elle fasse, Gabriella avait l'impression de ne pas faire ce que l'on attendait d'elle. Ca avait toujours été comme ça depuis longtemps. Et depuis longtemps elle s'était résolu à faire ce qu'elle jugeait être le mieux, que ça plaise ou non.

"Non Monseigneur, la Princesse Anna n'est toujours pas rentrée. Et c'est votre avis que je désire obtenir, car je doute que vous ayiez les mêmes goûts que votre... épouse."

Gabriella avait du faire un d'effort pour éviter une moue en prononçant le mot 'épouse'. Cette pimbèche qu'on avait donnée en mariage au Prince Elio sans son conscentement.

Elle fut sortie de ses pensées par le Prince qui acceptait finalement de la suivre.


"Merci Monseigneur" dit-elle avant de tourner les talons et se diriger vers la salle de bal.

[Salle de Bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Mer 8 Juin - 20:58

Lorenzo jeta un regard à l'horloge qui égrenait ses minutes dans un coin du hall. Le temps passait rapidement. Il espérait que le Prince ferait vite avec la servante car il fallait qu'il soit rentré avant 6 heures pour organiser la mise en place des nappes et des couverts, pour accueillir les musiciens et verifier que tout avait bien été fait selon ses ordres.

Les mains croisées dans le dos, le majordome regarda le Prince s'éloigner et se mit à faire les cent pas, repassant dans sa tete ce qui avait été fait, était en train d'être fait et restait à faire.

Il alla ensuite à la porte du hall, l'ouvrit et sortit à moitié, hélant un gondolier qui vint aborder contre l'embarcadère. Lorenzo lui demanda d'attendre quelques minutes puis il referma la porte et attendit le retour du prince Elio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago degli Albizzi
Gentilhomme - Ca'Grazziano
avatar

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 16 Juin - 1:48

[Embarquement - Ca Grazziano]

La barque de Giacoppo était arrivée brusquement contre l'autre gondole.
Iago avait immédiatement sauté sur l'embarcadère, laissant les deux gondoliers s'injurier copieusement mutuellement pour une histoire d'éraflure de la peinture. Il n'en avait cure.

Pendant tout le voyage, il s'était efforcé de ne penser à rien. Et il savait maintenant que cela ne marchait absolument pas.
Il n'avait pas arrêté de penser pendant tout le voyage. Il pensait surtout à quel point tout cela était parfaitement ridicule. Il cherchait des raisons à son comportement, mais il n'en trouvait pas. Il se triturait les méninges pour essayer de trouver une raison logique et rationnelle, mais rien.

Plus de vingt fois, il avait failli demander à Giacoppo de s'arrêter, mais jamais il ne l'avait fait. C'est qu'il avait fait la réflexion que s'il n'y avait pas de raison pour y aller, il n'y en avait pas non plus pour s'arrêter.

Devant la porte des Adorasti, il n'hésita pas : il poussa les battants sans frapper.
En revanche, il fut assez surpris de voir un homme en livré juste en face de lui. Il s'arrêta net. D'un geste machinal, il passa une main dans ses cheveux pour les remettre en place, il rajusta sa cape pour avoir l'air moins négligé, et s'avança vers l'homme.

Mais à dire vrai, il n'avait pas l'esprit à ce genre de correction. Son regard cherchait à trouver la silhouette familière qu'il était venu trouver. Ses mains volaient du nœud de sa cape à son pourpoint, à une mèche rebelle de cheveux, mais son esprit n'était pas à ses gestes.


"Excusez-moi, je cherche..."

Il n'arriva pas à achever, il eut un geste d'impatience, un regard désolé pour Lorenzo et se précipita vers la première porte devant lui.
Rien, une bibliothèque vide.
Il prit la seconde porte, qui d'ailleurs était entrebâillée. Elle donnait sur une salle de bal.


[La salle de bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Dellaporta
Majordome - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 108
Statut : Personnage Supprimé
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Mer 22 Juin - 17:59

Lorenzo était resté interdit devant l'entrée si peu convenante d'un homme vétu d'une cape dont le visage lui disait quelquec hsoe sans que son esprit puisse en saisir le souvenir précis. Le temps qu'il réagisse, l'homme ouvrait la porte de la bibliotheque et Lorenzo s'avança d'un pas rapide vers lui. Il allait répliquer lorsque l'homme entra dans la salle de bal.

"Monsieur je vous prie de.."

La porte s'etait refermée à son nez. Lorenzo attendit, immobile, que l'homme ressorte, poussé dehors par le prince à qui cette intrusion, il en était sur, deplairait fortement. Ce qui n'arriva pas.
Les minutes s'écoulèrent sans que l'homme ne ressorte.

Intrigué, Lorenzo s'en retourna donc vers la porte du hall, se demandant qui pouvait donc etre ce personnage si extraordinaire pour que le prince Elio accepte un tel comportement.

Le temps passa, égrénant ses minutes. Lorenzo enumérait dans sa tete toutes les choses qu'il lui restait à accomplir pour ce soir et commençait réellement de s'inquieter de ne pas en avoir le temps, ce qui le décida à frapper à la porte de la salle de bal et à la pousser.


[la salle de bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Mer 14 Sep - 11:39

[La Boutique du Négociant en Epices]

Gabriella entra enfin dans le palais et piétina le sol pour se réchauffer tout en se frottant les joues rougies par le froid glacial du soir qui arrivait. Le contraste entre le petit réduit surchauffé de Silvio et l'extérieur avait été rude.

Elle retira sa cape de laine et se frotta les mains, reprenant avec elle la précieuse petite bourse de cuir du négociant.

Sentant ses oreilles se réchauffer, elle partit à la recherche du Prince dans le palais.


[Salle de Bal]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basileo
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Mer 9 Nov - 17:06

[Caffé Florian, aprés une longue absence]

Basileo ne fut pas mécontent de retrouver la chaleur du Palais Adorasti, aprés une longue promenade dans les trés fraîches artères de Venise.

Encore quelque peu refroidi par sa solitaire cavalcade, le gentilhomme ne se sépara point de sa veste. D'ailleurs il ne s'attarda nullement dans le Grand Hall, et d'un pas rapide, il grimpa les escaliers pour rejoindre sa suite, en espèrant que sa cheminée soit confortablement alimentée en bois et flammes.



[Suite de Basileo Orio Valcarenghi]
Revenir en haut Aller en bas
Rossana
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Mer 4 Oct - 16:11

[divertissement musical]

Il était si tard que d'ici peu le jour n'allait pas tarder à se lever sur Venise, quand une silhouette emmitouflée dans un grand manteau traversa les couloirs en direction de la grande porte du palais.
Rossana était épuisée, physiquement et moralement, et n'avait d'autre désir que de se mettre au chaud dans son foyer.

Ses pas résonnaient sur les dalles de marbre tandis qu'elle s'apprêtait à franchir le vestibule et à s'élancer sur les pavés glacés de givre.
Revenir en haut Aller en bas
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Dim 8 Oct - 16:22

[Les appartements de la princesse - le petit salon privé]

La Dame d'Honneur descendait le grand escalier de marbre aussi vite que sa toilette le lui permettait. Ses pas étaient étouffés par l'épais tapis qui en recouvrait le marches et permettait de garder un peu de chaleur.

Plusieurs personnes se trouvait dans le hall, parmi lesquelles Romana reconnut Matteo Salvanti, ainsi que la claveciniste qu'elle avait pu apercevoir plus tôt dans la soirée.

La jeune femme soupira de soulagement et termina de descendre l'escalier plus tranquillement. Rossana était sur le point de partir, aussi ne perdit-elle pas de temps.


"Madame, je vois que vous nous quittez. Permettez-moi de vous féliciter pour votre prestation. Vous avez une maîtrise parfaite de votre instrument."

La voix était chaleureuse, le sourire sincère. Romana était véritablement admirative du talent de la musicienne.
Revenir en haut Aller en bas
Rossana
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 9 Oct - 15:41

Rossana s'apprêtait à quitter les lieux quand on l'intercepta.
Elle se retourna, mais ne reconnut pas la jeune femme qui se tenait devant elle. Si elle était de la maison, elle ne lui avait pas été présentée. Elle ne devait par conséquent pas être la femme ni la fille (ni même la bru) du prince, son visage lui aurait été familier.
Elle fit une demi-révérence et sourit poliment :

"Je vous remercie Madame. C'est un honneur pour moi que de jouer devant un tel public, et je suis heureuse d'entendre que ma prestation vous a plu."

Elle ne dit rien de plus, n'osant pas prendre congé par politesse, mais ne songeant qu'à la chaleur de son foyer. Elle attendit donc poliment que la jeune femme la congédie.
Revenir en haut Aller en bas
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Ven 27 Oct - 21:24

(Désolée pour l'attente...)

Romana ne perdit pas de temps et entra dans le vif du sujet.

"Je suis Romana Lacryma Baldini, Dame d'Honneur de la princesse et cousine du prince de cette maison. Ma maîtresse... a parfois du mal à occuper ses journées. C'est pourquoi une leçon de clavecin pourrait lui être d'un divertissement agréable... si vous en avez le temps, bien entendu."

La dernière remarque était superflue, il était impensable que Rossana refuse la proposition. Servir une dame de si haute condition était un honneur, et elle eut plutôt annulé ses obligations extérieures que de manquer une telle occasion. D'autant qu'il allait sans dire que la musicienne serait généreusement rémunérée...

"Et puis, j'ai moi-même pratiqué la musique." ajouta-t-elle, mue par une soudaine inspiration. "J'ai cessé de jouer, depuis que je suis au service de la princesse, et je dois dire que cela me manque beaucoup. Peut-être qu'après une leçon pour ma maîtresse, vous auriez un peu de temps pour moi..." continua-t-elle, un peu timide.

Romana avait l'habitude, depuis qu'elle servait Bianca, de faire passer les intérêts de cette dernière avant les siens, oubliant de plus en plus souvent ses désirs et ses envies. Et voilà que le désir de jouer la rattrapait, étouffé depuis de longs mois...
Revenir en haut Aller en bas
Rossana
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 30 Oct - 18:48

Malgré la fatigue et la lassitude, le visage de Rossana s'éclaira d'un sourire. Une seul prestation et déjà une proposition!

Elle fit une gracieuse révérence et répondit simplement :


"Ce serait un honneur pour moi que de servir dans cette maison, Madame. Pour votre maîtresse autant que pour vous. Quand dois-je commencer ?"

Elle ne posa pas la question de la rémunération, ç'eut été grossier et malvenu. Mais elle rosissait de bonheur !
Revenir en haut Aller en bas
Romana L
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 30 Oct - 21:58

Romana se sentit soulagée, presque rassérénée. Il ne serait pas dit que la Dame d'Honneur ne se préoccupait pas de la princesse.

"Vous me voyez ravie de votre assentiment ! Le plus tôt sera le mieux..."

Romana laissa sa phrase en suspens. Elle n'avait pas encore touché mot à Bianca de cette initiative, et quoiqu'elle était quasiment certaine que la princesse se montrerait enthousiaste, la mettre devant le fait accompli n'était peut-être pas très délicat. La Dame d'Honneur ne pouvait demander à Rossana de venir dès le lendemain, elle devait tout d'abord en parler à Bianca, et puis c'eut été un peu précipité.

"Dans quelques jours, disons. Je vous ferai prévenir. Je ne vous retiens pas plus longtemps."

Romana salua son interlocutrice puis tourna les talons pour emprunter le grand escalier.

[La suite de Romana Lacryma Baldini]
Revenir en haut Aller en bas
Tiberio Adorasti
Cousin du Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 18 Jan - 3:06

[l'Embarcadère]

Il y était, à la porte. Sans qu'il ne puisse rien y faire, une fine couche de sueur commençait à mouiller sa nuque. Bien sur que non ce n'était pas du à la peur! Non. C'était du à l'appréhension. Passer les portes de cette demeure signifiait beaucoup, l'entrée dans une nouvelle ère et le retour à un monde bien connu. Cependant, cela signifiait aussi de nouveaux dangers, auxquels il n'était pas forcément préparé.
Il posa ses valises au sol, délicatement, veillant à ne pas abimer le peu qui lui restait, puis, avec toute la délicatesse requise, tambourina contre le battant de la porte, attendant sagement qu'on vienne lui ouvrir.

Il s'épongea le front à l'aide d'un mouchoir en tissu blanc qu'il sortit de l'une de ses poches, puis usa ledit mouchoir à la manière d'un éventail. Peu efficace, mais déjà suffisant pour attenuer la soudaine montée de température. Il jeta de nouveaux regards de droite et de gauche, s'assurant qu'il n'était ni suivi ni surveillé.
...
Non, apparemment personne ne s'occupait de lui. Pour le moment. Ha ha. Mais c'était pour une seule et unique raison! Ils n'étaient pas au courant de sa venue, voilà tout. Dès que tous ces félons auront été renseignés sur lui, ils ne tarderont pas à remettre en route leur petit manège. Le guetter, toujours et tout le temps.
Il tenta de se décrisper, et de penser à autre chose. Il ne pouvait pas se montrer sous son vrai jour face à son cousin, ce serait lui donner bien trop d'atouts et d'avantages.
Mais... Tiberio avait la désagréable impression d'oublier quelque chose. De quoi pouvait il bien s'agir bon sang?

Oh! Mais oui! Bien entendu! Comment avait il pu oublier le plus élémentaire des costumes à revétir en présence de sa famille?
Ses lèvres se tordirent, et il fournit son plus beau sourire. La personne qui ouvrirait la porte aurait en face d'elle un homme radieux, apparemment aimable et bien pensant. Oui, c'était le minimum.
Il frappa de nouveau sur la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia Pa
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 18 Jan - 13:48

[Chambre de Livia]

Après avoir fait le ménage dans sa chambre pas bien grande, ça n'avait pas pu l'occuper très longtemps, Livia avait tenté tant bien que mal de prendre son mal en patience. Elle avait même essayé de commencer un motif de broderie, mais elle n'arrivait tout bonnement pas à travailler pour elle-même -et pour quelque chose qu'elle ne porterait certainement jamais, qui plus était... Après quelques soupirs excedés, elle avait donc finalement passé sa tête par la porte, vérifiant que personne au courant de sa punition ne pouvait la voir, et était retournée finir les derniers détails de la chambre de la nouvelle invitée qui, comme elle s'en était doutée, n'avait pas eu le temps d'être avancée.

Dieu que ce secrétaire pouvait être stupide : la relever de ses fonctions était bien la dernière des choses à faire, et pas seulement pour elle, mais pour le bon fonctionnement de la maisonnée toute entière. Si on engageait plusieurs domestiques, ce n'était pas pour le plaisir de leur verser un salaire chaque mois... enfin si, en partie, pour montrer qu'on pouvait s'en permettre plus que son voisin, mais aussi, éventuellement ça pouvait servir.

Elle épousseta machinalement son tablier qui, heureusement, était resté relativement immaculé au long de la matinée. Au fil de ses années de travail, elle avait plus ou moins appris à ne pas le tacher. Bien sûr, d'aucun aurait rétorqué que le but d'un tablier sur des vêtement était justement qu'il se salisse lui et non pas lesdits vêtements, mais il semblait que les choses avaient au départ été créées de cette façon, et puis avaient évoluées. Et puis, ce n'était pas vraiment la place de Livia de réflécir à ce genre de choses, de toutes façons... On attendait d'elle qu'elle soit impeccable et enfermée dans sa chambre. Elle serait impeccable, travailleuse et désobéissante.

Elle s'était donc décidée à retourner dans le Grand Salon, où elle pourrait épousseter les vases qu'elle avait prévu de faire avant l'arrivée de la brune nouvelle... A supposer que ça n'était pas déjà fait. Sinon, elle trouverait une autre occupation... Ah, déjà trouvée. A son passage dans le hall, le tambourrinage contre la porte l'interrompit. Elle pâlit, s'il était possible d'être plus pâle qu'elle ne l'était naturellement à ses coups, avant de se ressaisir très rapidement : mais non voyons, ni les secrétaires, ni les servantes ne frappaient aux portes de leurs propres maisons, ce n'était donc pas quelqu'un qui la prendrait en tort.

Elle se hâta jusqu'à la porte pour l'ouvrir, avant de s'incliner poliment en découvrant l'homme qui se trouvait derrière. Son visage avait quelque chose de familier, mais peut-être n'était-ce dû qu'au fait qu'il était de toute évidence noble, au-dessus d'elle, et que ces gens-là finissaient par tous se ressembler. Enfin, pas vraiment. Mais disons, quelque chose dans leur allure, dans leur port, dans leur regard. Quelque chose, quoi.


"Monsieur", déclina-t-elle "Vous êtes ici Ca'Adorasti, puis-je vous aider ?"
Revenir en haut Aller en bas
Tiberio Adorasti
Cousin du Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 18 Jan - 17:06

Tiberio avait ajouté quelque chose à son costume d'homme normal. Plan brillant. Il avait décidé de se retourner, et de faire mine d'apprécier le paysage, d'admirer la ville, le canal... Activité des plus normales, non? Et cela lui donnerait peut être l'air de quelqu'un de lyrique, ou de contemplatif. Il ne faut jamais cracher sur ce genre de petits atouts. C'était avec eux qu'il peaufinait son camouflage, et érigeait son bouclier contre les hyènes qui l'entouraient. Plus son camouflage serait réussi, moins ils trouveraient de failles dans sa défense, et moins ils oseraient s'attaquer à lui. Ces êtres sournois ne s'en prennent qu'aux faibles, il le savait.

On lui ouvrit. Jeune femme. Tablier. Peu de maquillage. Bien, une servante. Un larbin. Bien bien. Pas la peine de se montrer courtois.
...
Et puis.. quoique... Pourquoi pas? Il ferait peut être mieux de commencer doucement, jusqu'à être accepté. Oui. Commencer tout de suite à se faire des ennemis n'était pas un bon plan.
Mais.. se montrer aimable avec un serviteur? Voilà une entreprise bien complexe, qui allait lui couter beaucoup. De plus... Mais! Il ne pouvait pas! Regardez là celle là! Elle était plus grande que lui en plus! Plus grande que lui! Une servante! Et qui plus est, elle semblait aimer mettre ça en valeur, à voir son choix de vétements, et de chaussures. Aaa... Arrogance des plus viles! Comment pouvaient ils accepter de telles excentricités de la part d'un vulgaire serviteur?
Il allait devoir se priver de rappeler à cette jeune femme son rang. Oui, ce n'était pas son affaire. Pourtant, il avait déjà des dizaines de phrases désagréables sur le bout de la langue. Des jeux sur les mots, en rapport avec sa grande taille et sa place en bas de l'échelle sociale, pour les plus simples. Additionés à la galerie habituelles de propos vexants. Et il allait devoir les garder pour lui. Quel malheur! Quelle frustration!
Oui, c'était dur, mais il devait tenir la ligne de conduite qu'il s'était imposée. Il ne pouvait se permettre d'en dévier. Trop de risques.

Alors il se contenta d'imaginer la scène. Il se voyait, tout sourire, regarder cette femme de bas en haut, et lui lancer un chapelet de remarques, et...
Pardon? Elle lui disait qu'il était à la Ca'Adorasti. Mmff... Mais, Seigneur, il le savait bien! Pourquoi serait il venu autrement? Ne pouvait elle voir que...
Non. Etre aimable. Etre aimable. Etre aimable. Etre aimable.
Vas y Tiberio, tu peux y arriver.


"Oui, je le sais. C'est la raison de ma venue."
Il souriait toujours, mais maintenant son sourire avait changé. Il semblait plus froid, et complétement figé. On entrevoyait sa fausseté, malgré tous les efforts qu'il faisait pour le garder intact.
Etait ce sa faute si la présence de petites gens l'insupportait?

"Je suis Tiberio Adorasti. Si vous pouviez avoir l'amabilité de prévenir mon cousin, le Prince, de ma venue, je vous en serai infiniment reconnaissant."
L'avait il vraiment dit? Ha ha ha ha! Il fallait bien avouer qu'il était fier de lui. Réussir à se retenir à ce point là, et avec un tel aplomb... Il devenait vraiment bon à ce petit jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia Pa
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Jeu 1 Fév - 12:44

[Bouh... désolée... J'étais en vacances la semaine dernière, donc rentrée chez moi, mais on a eu des problèmes de connexion...]

Si les pensées de Livia avaient pu se voir sur son visage, on y aurait certainement vu s'afficher un sourire de douce satisfaction, et peut-être même une certaine supériorité. Ca ne tenait qu'à quelques mots 'Je vous en serai infiniment reconnaissant.'. Ce n'était pas grand chose, mais, lorsqu'on était habitué à servir dans de grandes maisons, ça représentait beaucoup.

D'une part, tout de même, une servante n'était pas souvent sujette à ce genre de réflexions. Elle s'estimait déjà comblée si on lui adressait un 's'il vous plait' de temps à autre, alors lui montrer sa gratitude à ce point, c'était vraiment inespéré. Et flatteur. Mais Livia n'était pas complétement idiote. Elle savait bien que personne ne se donnait la peine de flatter les domestiques s'il n'y avait pas une excellente raison à cela. En l'occurence, elle ne savait pas vraiment de quelle raison il s'agissait. Il était le cousin du prince, il avait donc, en toute logique, déjà sa place ici. A moins qu'on puisse trouver là-dessous une histoire dont elle n'ait pas été informée.

Mais là n'était pas la question, pas pour le moment. Il y avait autre chose, chez ce personnage. Il y avait ce visage plus froid que la glace sous ce masque de sympathie. Un faux, donc. Un mielleux. C'était encore les personnes les plus drôles. Celles qui se croyaient douées pour les compliments, qui pensaient entrer facilement dans les faveurs des grands et que tout le monde méprisait secrétement. Bon, bien sûr, elle n'en avait pas vu assez pour le ranger définitivement dans cette catégorie, mais il était en bonne voie pour y entrer.

Elle s'inclina, tout sourire (moqueur ? Non, bien sûr que non, elle n'aurait pas permis que cela transparaisse), lorsque l'homme déclina son identité. Le maître. Ah, bien sûr, le maître. Mais il n'était pas là, comme tout un chacun le savait. Cependant, en se souvenant des réprimandes du secrétaire, elle jugea préférable de ne pas s'étendre sur le sujet, après tout, si elle n'avait pas le droit d'être mise au courant sur ce qui s'était réellement passé, un étranger, qu'il soit cousin du prince ou pas, n'avait pas à l'être plus qu'elle. La princesse, donc. Oui mais non, parce que la princesse était invitée à déjeuner à la Ca'Grazziano, et elle était sûrement déjà partie, étant donnée l'heure tardive.


"Je vous demande d'excuser cet accueil, mais mes maîtres se sont absentés pour la journée. Peut-être pourrais-je vous introduire au salon, où vous pourriez les attendre ?", proposa-t-elle avec une amabilité toute étudiée.

[Grand Salon]
Revenir en haut Aller en bas
Tiberio Adorasti
Cousin du Prince - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Ven 9 Fév - 0:04

Saleté... Saleté de larbin... Saleté de petite gen... Insolence intolérable... Ce sourire... Qui lui avait demandé de sourire? Etait ce là son métier? Son métier n'était il pas plutot de simplement servir? Servir en silence, ne parlant et ne mouvant ses lèvres que sur ordre? Pouvait elle vraiment se permettre le luxe d'afficher un quelconque amusement devant un membre de la famille princière?
Tiberio attendit cependant que la jeune femme tourne le dos pour commencer à serrer les poings et grincer des dents.
A quoi pensait elle? Elle se riait de lui, il en était sur. Se croyait elle supérieure, elle, trop grande, et si... pauvre... Comment pourrait elle? Non. Elle devait peut être réfléchir à quelque chose. Tiberio en était sur. Sur ce bref sourire, il avait lu de la fierté. Elle planifiait quelque chose. Elle, servante de son Cousin. Bon sang. Avait on laissé des consignes pour lui nuire, déjà? Bon sang. On l'écartait. Bien sur, bien sur, le Prince était absent. Evidemment, ce jour là. Quelle étrange coincidence. Incroyable. Littéralement incroyable, d'ailleurs.

Le son de ses bottes résonnant sur le sol lui parut soudain étrangement lointain, comme s'il passait à travers des dizaines de murs avant d'atteindre ses tympans. Comme si, soudain, Tiberio se retrouvait étrangement isolé.
Il passa l'une de ses mains gantées sur son front, enlevant un peu de la sueur qui le recouvrait. Ca lui arrivait de plus en plus réguliérement, ces crises de panique. Sa gorge était sèche, sa salive pateuse. Et son coeur était partagé entre deux envies. Celle de fuir à toutes jambes, s'enfermer dans une grotte reculée, et disparaitre à jamais, être un ermite... oui... Mais son autre envie, elle, qui le prenait moins souvent, mais se faisait parallèlement toujours pressante, était celle d'avaler de l'alcool. Autant qu'il le pourrait. Jusqu'à ce que cette désagréable sensation disparaisse. Jusqu'à ce que, enfin, il ait l'impression de quitter l'espèce de scaphandre dans lequel il venait de s'enfermer.
Qu'enfin, les sons redeviennent doux, les mouvements simples, et autrui une simple distraction, au lieu d'être un danger potentiel.

Le détail qui lui fit reprendre pied, lui fit quitter ces délires paranoïaques, fut la vision de ses bagages, restés à ses pieds.
La servante ne les avait pas ramassés.
Les poings se resserèrent, et la haine repris sa place, en même temps que les grincements de dents. Alors comme ça, elle se moquait délibérement de lui. Il le lui ferait payer. Elle ne pouvait imaginer de quelle manière, et avec quelle cruauté. Elle verrait. Ils verraient tous.


[Grand salon]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sole Cro
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Sam 10 Mar - 17:30

[ L'Embarcadère ]

Bon. Elle était dans la place.

En refermant doucement la lourde porte, Sole regarda autour d'elle, et retint un petit sifflement d'admiration. Ce qu'elle voyait était tout simplement magnifique. Bien sûr, travaillant au palais Grazziano, elle était habituée au à l'élégance et au luxe, mais il fallait reconnaître que cette maison-ci n'avait rien à envier à l'autre.

Elle retint sa respiration dont le rythme s'était légèrment accéléré, attentive. Apparemment, il n'y avait personne dans les environs, hormis les serviteurs qu'elle entendait parler et rire dans des pièces à proximité

Etrange. Qu'est-ce que c'était que ce palais où on entrait aussi facilement que dans un moulin?
Elle fronça les sourcils et tourna ses yeux vers les escaliers, d'où lui parvenaient soudain des bruits de pas, accompagnés de soupirs.
Il s'agissait de la bonne encombrée de linge que le médecin avait croisée avant lui. Elle descendait avec une lenteur excessive les nombreuses marches qu'elle ne pouvait voir, le visage masqué par le gros tas de vêtements qu'elle portait avec peine.

Amusée par son allure, Sole fit un pas en avant pour aller l'aider, mais elle se retint. La servante ne la voyait pas, inutile de se montrer volontairement.

Elle fit silencieusement quelques pas de côté pour se cacher derrière une opulente tenture, et, guettant discrètement, attendit que la bonne finisse sa pénible descente.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 19 Mar - 2:03

[Chambre du Prince Elio]

Gabriella avait un peu traîné dans le couloir pour essayer d'entendre les protestations de Di Lorio face aux valets. Mais elle n'eut pas l'occasion d'en entendre plus car elle s'était faite entraîner par une petite bonne toute excitée qui lui avait parlé du bal du soir.

Gabriella l'avait écouté d'une oreille distraite parler de la robe qu'elle allait mettre et de ce qu'elle allait faire avant de la repousser gentiment en lui disant que si justement elle voulait aller au bal, il fallait que toutes les tâches soient terminées.

La petite bonne était donc repartie précipitamment pour terminer son travail et Gabriella avait descendu l'escalier suivant de loin une autre servante portant une pile de linge.

Lorsque Gabriella arriva dans le hall, l'autre servante tournait à l'angle d'un couloir. C'est à ce moment là qu'un mouvement dans son champ de vision attira son attention. Elle tourna la tête vers la tenture d'où sortait la tête d'un valet.

La vision incongrue et parfaitement ridicule la fit éclater de rire, la tête renversée en arrière et la main sur le ventre. Une tête de valet sortant de derrière une tenture ! En voilà une vision peu commune.


"De quoi as-tu peur ?" demanda-t-elle en essuyant les larmes qui lui brouillaient la vue. "De la pile de linge sur pieds qui avance toute seule ?"

Son rire repartit de plus belle et Gabriella s'approcha de la tenture pour la remettre en place comme il fallait.

Son regard glissa alors sur les vêtements du jeune homme et s'y arrêta franchement, l'air étonné. Il s'agissait bien d'un valet, mais il ne portait pas la livrée de Ca'Adorasti. Pas un hôte du prince, pas un valet du palais.


"Mais... Qui êtes-vous ?" s'exclama-t-elle les yeux écarquillés en regardant Sole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sole Cro
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Lun 19 Mar - 3:37

Les yeux malicieux brillant tout près de la tenture d'où sortait son visage, et partagée entre l'hilarité et la pitié, Sole avait observé, sans faire attention aux deux voix qui semblaient se rapprocher, à l'étage, la lente progression de la pauvre bonne qui se débattait comme elle pouvait pour ne pas laisser choir son linge, mais sembait plus en danger que lui de tomber et rouler dans l'escalier.

Quand elle posa enfin le pied sur la dernière marche, la jeune fille poussa un imperceptible soupir de soulagement. Si la domestique avait eu la bonne idée de s'écrouler avec son linge pour se retrouver projetée au bas des marches, rien dans ce bas monde n'aurait pu l'empêcher de hurler de rire, et de se faire ainsi surprendre très vite.


*Bien joué, ma grande*, songea-t-elle avec sympathie, en tournant instinctivement la tête pour surveiller à nouveau les escaliers.

Et ce qu'elle vit la laissa pantoise. Car non seulement, uniquement préoccupée de fixer la petite bonne perdue dans ses exercices d'équilibriste dans l'escalier, elle n'avait pas fait attention à l'autre servante qui le descendait loin derrière elle, mais en plus, cette deuxième domestique, plantée là dans le hall, avait le regard posé sur elle. Plus précisément, sur ce qu'elle pouvait voir d'elle.

Grandiose. Sole, ma fille, tu te surpasses. Pour se faire cueillir à peine cinq minutes après être entrée, il faut vraiment y mettre du sien.

Ainsi se félicitait-elle intérieurement lorsque, chose étrange parmi les plus étranges, la servante éclata de rire, et dans une si parfaite illustration du "rire à gorge déployée", que Sole se demanda si elle n'avait pas elle-même inventé cette expression.


* Elle trouve un intrus dans la maison de ses maîtres et elle se met à rire comme un bossu? Est-ce qu'elle est folle? Ou complètement idiote? *

Mais, comme Gabriella s'approchait dangereusement, Sole se souvint que tout ce qu'elle pouvait voir d'elle, en cet instant, c'était sa tête. Etant d'un naturel joyeux, elle fut aussi très vite amusée par la situation, et commençait à s'esclaffer à son tour quand la servante écarta la tenture pour la remettre en place, ce qui refroidit légèrement l'atmosphère.
Le rire dans la gorge de Sole se transforma en hoquet étranglé.

Elle s'écarta tout à fait de la tenture et fit un pas vers Gabriella, l'index devant la bouche pour lui faire signe de se taire.


" Chut, ne crie donc pas comme ça! La route a été longue et le soleil n'a pas cessé de me taper sur la tête! "

Un grand sourire illumina son visage.

" Nous en sommes donc au "vous"? Tu sais, je préfère qu'on se tutoie, comme quand tu m'as fait ta petite gaudriole de la pile de linge qui marche toute seule. Tu as ri, j'ai failli rire aussi, c'était très bien, on s'amusait, tout le monde était content. "

Elle se recula d'un pas, puis d'un autre, histoire de contempler plus en détail la servante qui l'avait dénichée. Une jolie blonde à la moue boudeuse, aux courbes généreuses et aux allures énergiques.
Elle hocha la tête avec approbation.


" Et puisque tu insistes tant pour le savoir, je suis Sole Cropoli, toujours au service des jolies jeunes dames; et tu dois aussi sûrement te demander ce que je faisais caché derrière cette tenture. Je suis comme ça, mon vice caché, j'aime ça. Il y en a qui aiment les rascagnes, d'autres qui adorent se fouetter jusqu'au sang pour se punir d'on-ne-sait trop quoi, que des pratiques de barbares. Moi, comme je suis très raffiné, je passe mon temps à me cacher derrière les tentures d'autrui. "

Elle planta un poing sur sa hanche en penchant légèrement la tête sur le côté.

" Je sens que tu ne vas pas croire ça; mais tu devras t'en contenter, jusqu'à ce que je trouve une excuse valable pour justifier ma présence ici. Ca ne va pas mettre très longtemps, ne t'inquiète pas: mon autre vice, pas caché cette fois, c'est l'art délicat de la tromperie. "

Designant du menton la porte d'entrée par laquelle elle s'était clandestinement introduite, elle continua.

" Mais si je peux me permettre un petit commentaire, si j'étais toi, je verrais à fermer les portes du palais. On ne sait jamais qui peut entrer sans y avoir été invité. "
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Dim 25 Mar - 20:47

Le valet qui avait paru amusé à son tour avait vite déchanté en voyant l'expression pleine d'interrogations de Gabriella. Cette attitude suspecte n'échappa pas à l'oeil vigilent de la jeune servante. D'ailleurs il venait de poser un index sur sa bouche pour lui faire signe de se taire. Mais que croyait-il ce valet ? Si elle avait de crier et d'alerter les valets de la maison, ce n'était pas lui qui allait l'empêcher ! Cela dit, Gabriella faisait plus confiance aux serviteurs qu'aux nobles et trouver un domestique intrus dans le palais lui semblait moins grave qu'une riche personne. Aussi, elle se tut pour lui laisser une chance de s'expliquer. Elle l'écouta, ses poings sur les hanches.

Mais les paroles du valet semblaient pour le moins... incohérentes. Ou plutôt ironiques, Gabriella ne savait pas trop. Elle le regarda d'un air effaré, un sourcil levé et les yeux fixés sur lui.


"Oui visiblement, le soleil vous a vraiment tapé sur la tête !" dit-elle en insistant sur le "vraiment".

"Au service des jeunes dames, hm ? En les observant ? Seriez-vous de ces voyeurs malsains qui se cachent pour observer les jeunes filles à leur insu ?! Et non, je ne vais pas me contenter de ces excuses minables ! Et je n'ai pas de conseil à recevoir de vous !" lui dit-elle sèchement.

"Ah vous maniez l'art de la tromperie ? Je suppose donc que vous allez donner une réponse erronée si je vous demande pour qui vous travaillez ? Dans ce cas, puisque vous semblez vous plaire Ca'Adorasti, vous allez rester un peu ici le temps que je parle de votre cas au Prince!"

Gabriella s'approcha de Sole et l'attrapa par le col.

"Si vous aviez bien eu le temps de m'espionner, vous auriez su qu'il ne faut jamais se payer ma tête !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sole Cro
Invité



MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   Ven 13 Avr - 11:22

Sole leva les yeux au ciel en écoutant Gabriella. Elle était mignonne et vive, cette fille, mais qu'est-ce qu'elle parlait....Evidemment, avec un tel caractère, inutile de lui demander si par hasard elle avait vu passer le bon Barrozi.

Et son ventre qui se remettait à gargouiller, toujours aussi discret et gracieux que d'habitude, bien sûr. Quoique. Avec un peu de chance, il couvrirait peut-être les vociférations de la blondinette.
Hélas, non, elle continuait, et parlait décidément trop fort. Il fallait mettre le hola.


" Bon, ça suffit, chuchota Sole en s'avançant encore d'un pas. Je comprends que tu sois légèrement étonnée de me voir ici, et j'ai eu tort, c'est vrai. Un vrai gentilhomme aurait précédé son arrivée d'un billet, pour éviter les surprises. La prochaine fois je n'oublierai pas. Mais nom de Dieu, arrête ton barouf! Tu veux réveiller toute la ville? "

Elle secoua la tête en signe de désapprobation et s'essuya le front d'un revers de manche de son manteau.

" Quant à mon conseil, tu as encore raison, ne l'écoute pas. Laisse la porte ouverte; votre palais est très beau et brille de partout, mais il y fait chaud comme dans un four, et vos énormes tentures n'arrangent pas la chose. Et me cacher pour regarder les donzelles? Franchement, regarde-moi. "

Elle planta à nouveau un poing sur sa hanche, tête penchée sur le côté, les yeux et les lèvres étirés dans un sourire railleur.

" Est-ce que j'ai vraiment l'air de ces idiots qui regardent de loin sans jamais oser approcher? Ou des drôles frustrés qui doivent échanger des coups contre des caresses? Et cette figure? Quand on l'a, tu peux me croire, les fillettes viennent d'elles-mêmes. "

Le sourire s'étira un peu plus, la paupière gauche se ferma dans un clin d'oeil complice.

" Toi d'ailleurs. Gageons que rien qu'en l'espace d'une danse, hop je te dame. "

Elle écouta la servante continuer son discours, levant les yeux pour regarder autour d'elle d'un air intéressé. Les dorures, les boiseries, les tapis et les peintures, elle promena son oeil en amande sur tout. Quand Gabriella prononça le nom de ses maîtres, elle se revint de sa rêverie.

" Hein? Je suis donc chez les Adorasti? Dis, mon petit Sole, tu en as fait du chemin, depuis ta mansarde chez ce gros âne de vicomte. "

Elle regarda Gabriella, sans se départir de son sourire.

" Ils ont l'air bien riches tes Adorasti, mais quelle pitié pour les pauvres filles qui doivent cirer toutes ces fanfreluches tous les jours. Tu en es, hein? A ta place, je chiperais de l'argenterie et des draps par ci par là, histoire de compenser parce que...."

Sa voix mourut en un indicible murmure.

" ....on dit que ce sont de vraies pinces, surtout le....tu vois de qui je veux parler."

C'est seulement là qu'elle réalisa que Gabriella venait de parler du prince elle aussi, mais en disant qu'elle allait le prévenir.

" Parler de moi au Prince? Non, vraiment, c'est beaucoup trop d'honneur. Et d'ailleurs, est-ce qu'il ne dîne pas, à cette heure-ci? Aimable comme on dit qu'il est, tu risques de te faire disputer si tu vas l'ennuyer à propos d'un inconnu qui entre chez lui à son insu et d'ailleurs, ce genre de chose arrive tous les jours."

Mais la servante ne lui laissa pas le temps de continuer puisqu'elle la saisit brusquement par le col. Sole se fendit d'un autre clin d'oeil.

" Belle comme un coeur, la langue bien pendue, et forte comme Samson avec tout ça. Tu sais que tu es la compagne rêvée? Je n'aurais plus peur de m'aventurer dans les rues de Venise à la nuit tombée, avec toi comme protectrice. Mais avant ça, nous avons un petit souci."

Ses soucrils se froncèrent, mais elle ne fit rien pour se dégager.

" Tout compte fait, amène-moi donc à ton Prince. C'est tout dans ton intérêt. Il va te gronder en voyant de quelle façon on est reçu chez lui. Si c'est comme ça que les honnêtes gens sont accueillis, pas étonnant que les voleurs ne viennent plus que la nuit quand tout le monde dort. Et en plus, il va te faire tout un foin en apprenant que je suis entré par une porte laissée ouverte par ses gens, surtout si je lui précise que quand je t'ai proposé, pour votre propre sécurité, de fermer la fameuse porte, tu m'as envoyé paître. "

Elle haussa comme elle put ses frêles épaules.

" Vraiment, tu as tout à gagner en me menant à lui. Sans compter que tu ne sais toujours pas ce que je suis venu faire là, à part me cacher derrière une tenture, et que si j'étais, je ne sais pas trop, un éclaireur envoyé par des vilains qui ont projeté de lui faire quelque mal, tu m'aiderais beaucoup en me faisant toi-même visiter les lieux. "

Son éternel sourire railleur revint.

" Non, franchement, je ne sais même pas ce que tu attends. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Hall - Les Escaliers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Hall - Les Escaliers
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Palais des Rois d’Arnor. -Grand hall de réception.
» Julian & Nolwen ? Grand Hall
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: CA' ADORASTI :: L'Etage Inférieur-
Sauter vers: