AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Serre Exotique

Aller en bas 
AuteurMessage
Pourpre
Du Bout des Doigts
avatar

Nombre de messages : 557
Statut : Admin
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: La Serre Exotique   Lun 15 Oct - 18:38

..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loch-lurgainn-house.forumactif.com/
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Lun 15 Oct - 19:44

[La Petite Allée aux Lions de Pierre]

Ayant quitté les deux hommes précipitamment, Gabriella s'était frayée un chemin entre les personnes sans vraiment réfléchir à sa destination, se contentant de s'éloigner du lieu de son humiliation. Au passage, elle avait attrapé un verre rempli d'un alcool non identifié et l'avait vidé d'un trait avant de poursuivre son chemin, frissonnant à peine de sentir une légère chaleur lui réchauffer l'estomac.

La déception lui donnait envie de pleurer mais la colère retenait ses larmes. C'était pire que ce qu'elle s'était imaginé. Elle regrettait d'avoir mis cette robe car elle lui gâchait son bal. Elle qui voulait juste s'évader un peu, on lui faisait ressentir de la pire manière qu'il lui était impossible de revêtir son véritable rang.

La jeune femme entra dans ce qui se révéla être une serre exotique. C'était un petit endroit, remplis de plantes disposées un peu partout. Ces plantes étaient étranges importées d'Asie, d'Amérique et d'Afrique. Gabriella n'en avait jamais vu de pareilles. L'impression étrange était renforcée par le fait que tout cela ne se voyait pas de l'extérieur car de la buée opacifiait les vitres à cause de la condensation provoquée par la différence de température. Il faisait en effet légèrement plus chaud qu'à l'extérieur.

Sur le coup de la surprise, Gabriella oublia un peu la raison de sa venue et regarda autour d'elle. Avançant entre les grandes feuilles, elle évitait de toucher les plantes, l'air un peu inquiète. En effet, elle avait entendu parler de l'existence des plantes carnivores dans la nature sauvage et elle ignorait si ces plantes carnivores pouvaient dévorer des humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danilo della Lonza
Gentilhomme - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Mar 16 Oct - 16:49

[La Petite Allée aux Lions de Pierre]

Le musicien eut le temps de se traiter de tous les noms avant de parvenir à rattraper la jeune femme, au cœur de la serre exotique. Plutôt que de s’imposer immédiatement à elle, il préféra rester un instant en retrait, dans l’ombre, comme à son habitude, pour observer l’état de la demoiselle. Danilo ne s’intéressa pas un instant aux plantes, la plus intéressante des choses exotiques de cette serre restant définitivement cette petite et agréable servante mise comme une femme de haute société. Le trouble du premier instant semblait s’être légèrement dissipé, et c’était le lieu qui semblait l’intriguer, dorénavant.

Il faillit la laisser à la solitude à laquelle elle aspirait visiblement. Il avait peur de s’enfoncer encore, mais au fond de lui-même, il savait qu’il n’aurait jamais pu repartir satisfait sans avoir au moins présenté ses excuses. Il s’arrangea pour faire remarquer sa présence, restant quelques pas derrière Gabriella, la canne derrière le dos. Lorsqu’il parla, le ton était doux, un peu vibrant, et chargé d’un accent de sincérité évident.


« Mademoiselle Delmonti, je suis venu vous dire que je suis profondément désolé. Je regrette que mon comportement vous ait amené à croire que j’aie eu l’intention de vous blesser. Cela n’a jamais été mon intention, bien au contraire. J’ai cru sentir que votre interlocuteur s’amusait de vous et je n’ai guère apprécié cela, voilà ce qui a motivé mon intervention. Je ne pardonne pas d’avoir été assez maladroit pour vous ennuyer… Je ne vous demande pas de me m’absoudre, mais je me serais bien mal comporté si je n’avais pas au moins cherché à m’excuser. »

La canne repassa devant lui et ses deux mains gantées vinrent s’y reposer, la droite couvrant la gauche. Son regard jusqu’alors fuyant vint flotter autour de la jeune femme, sans se poser nulle part, de peur de l’indisposer.

« J’aurais dû vous aborder moins cavalièrement. Si j’avais eu un peu de tact, je vous aurais présenté mes hommages, j’aurais vanté votre mise superbe, je me serais fendu d’un compliment sur la transformation admirable qui s’est opérée en vous depuis notre première rencontre, je me serais sans doute même fendu d’une comparaison avec la naissance du papillon ou l’ouverture d’un bouton de rose. Hélas, il semblerait que je ne sois qu’un goujat… »

Une nappe de tristesse régnait sur les derniers mots du musicien. Ses mains se contractèrent un peu convulsivement, il suait ses sous gants. Son regard était perdu dans le vague, même s’il semblait aller entre deux points particulier, ses gants d’un côté et un point proche du visage de la jeune femme de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Mar 16 Oct - 21:59

Plongée dans la contemplation d'une plante très colorée, le bruit que fit Danilo pour annoncer sa présence la fit légèrement sursauter. Gabriella se retourna et, voyant qu'il s'agissait de lui, s'enfonça un peu plus dans la végétation mais resta là pour écouter, n'offrant au gentilhomme que la vision de quelques bouts de tissus saumonés parmi l'amas de feuilles vertes. Puisqu'elle était aussi ridicule que cela dans cette robe, autant qu'il ne la voit pas.

Elle se doutait qu'il était venu pour s'excuser mais ces excuses étaient-elles sincères ? Elle n'en savait trop rien. Les hommes étaient joueurs, certains fourbes, d'autres près à tout pour obtenir ce qu'ils voulaient et elle ne le savait que trop bien pour l'avoir expérimenté. Cependant, il était parfois possible d'évaluer le degré de sincérité par le ton employé. C'est pourquoi Gabriella l'écouta sans bruit jusqu'à ce qu'il eut terminé de parler.


"Monsieur della Lonza. Qu'attendiez-vous donc de ma part suite à votre intervention ? Des remerciements ou peut-être autre chose ? Votre attitude m'a autant blessée que celle de l'autre homme et cela n'a rien à voir avec votre entrée en matière sans préambule."

Gabriella fit une pause, les lèvres serrées avant de poursuivre, toujours à demi dissimulée derrière les feuilles.

"Si l'autre s'amusait de moi, qu'en était-il de vous ? Que cherchiez-vous à retirer de votre entremise ? Vous deux parliez de moi comme si je n'étais pas présente et sur un sujet qui vous a interpellé. Et voilà qu'encore vous admirez ma "transformation" comme vous dites, sans exprimer la question évidente qui vous brûle les lèvres. Vos métaphores sont bien jolies je l'avoue mais elles complimentent le résultat en ayant cure de la cause."

La jeune femme reprit son souffle. Dire ce qu'elle avait sur le coeur lui faisait du bien. Quand elle recommença à parler, son ton était cependant moins sec malgré la dureté des mots.

"Vous intéresserais-je autant si je ne m'étais pas habillée ainsi ? Puisque la question évidente vous semble inutile, j'en déduis que seule l'apparence compte pour vous. Je n'ai pas l'habitude qu'on me présente des hommages, après tout, je ne suis qu'une servante, n'est-ce pas ?"

Gabriella baissa les yeux. Une servante qui se déguise en bourgeoise. C'était cela qu'il pensait. Pourquoi ne lui demandait-il pas simplement pourquoi elle s'était habillée comme ça ? C'était si simple et bien plus valorisant de s'intéresser à elle de cette manière plutôt que de lui faire de belles flatteries creuses.

"Que cherchez-vous...?" répéta-t-elle d'un ton bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danilo della Lonza
Gentilhomme - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Jeu 18 Oct - 15:26

Danilo eut de nouveau beaucoup de mal à supporter ce que venait de dire Gabriella, pour des raisons bien différentes cette fois-ci. Une fois encore, elle ne voyait pas juste, mais par hasard, elle mettait le doigt là ou cela faisait mal. Non, Danilo ne savait pas bien ce qu'il cherchait en suivant cette fille. Et surtout, il contrevenait en ce moment même à l'un de ses principes fondamentaux, celui qu'il dénigrait chez les séducteurs au jour le jour. Il était en train de se précipiter sans savoir quel genre de femme était Gabriella. Ce qu'il avait vu de son attitude en temps que servante lui avait laissé entrevoir un caractère, mais cela n'allait guère plus loin. Ce qui le lançait dans ce jeu ambigu était effectivement l'apparence de la servante. Non pas cet air plus noble qu'elle arborait ce soir, et qu'il avait presque tendance à considérer comme une légère régression, mais bien la façon dont elle lui était apparue Ca'Adorasti. Son aspect... Naturel, et la certaine ressemblance qui existait entre ses traits, sa physiomie et ceux de Mathilde.

Il prit le parti d'oublier cela. Il n'était pas temps de s'interroger sur ses motivations. il avait envie de gagner quelques instants d'entretien avec une belle jeune femme, et il n'y avait pas à voir plus loin ce soir. Elle devait avoir bon fond s'il se sentait un peu attiré par elle, il avait toujours eu confiance en son propre instinct en la matière. Il répliqua lentement d'une voix douce:


"Je vous prie de ne pas prendre de petits compliments sans portée pour le fond de ma pensée, vous vous méprendriez. J'ai ce midi croisé une jeune femme nommée Gabriella Delmonti, et c'est la même personne avec laquelle je parle présentement. Si elle s'était présentée sous le même jour que quelques heures auparavant, je ne doute pas d'avoir agi de même. Je me dois d'être sincère et de vous avouer que votre mise de ce soir m'intrigue quelque peu. Cela n'est pas négligence que de ne pas vous interroger sur ce changement, il s'agit plutôt de crainte. Celle de vous mettre mal à l'aise; je ne connais rien des raisons qui vous ont aménée à apparaître ainsi ce soir, et j'ai craint de frôler un sujet sensible."

Cela n'était pas tout à fait vrai, en ce sens que la question avait assez peu interessé le claveciniste jusqu'ici. Mais c'était exactement ce qu'il aurait fait, ou plutôt n'aurait pas fait, s'il avait porté plus d'attention à la robe. Il restait donc sincère en disant cela. D'une certaine manière.

"Une servante n'en reste pas moins un être humain, aussi suceptible de naître pleine de qualités qu'une noble dame. Ce qu'une haute naissance apporte, c'est l'accès aux précepteurs, aux arts nobles... Mais rien de cela n'élève l'esprit faible. En cela, une servante peut être au moins aussi digne d'hommages que son maître si sa qualité d'âme dépasse la sienne. Je ne connais point la vôtre, mais vos paroles sont loin d'être dénuées d'une certaine finesse d'esprit."

Allez, il s'emballait encore. Mais c'était vrai, enfin. Pour le moment, il avait croisé à Venise deux personnes qu'il jugeait plutôt positivement, Gabriella et Muzio. Ce qui n'était pas le cas des grands nobles qu'étaient Luciano et Tiberio. Comme toujours, d'ailleurs. La haute naissance devait définitivement avoir quelque chose de pervertissant. Même si on pouvait trouver des exceptions, chez les De La Fresnes par exemple.

"Ce que je veux ? Peu de choses, en vérité. L'occasion de parler quelque temps avec vous sans qu'il y ait cette distance qui peut exister entre un hôte Ca'Adorasti et une demoiselle de service. Faire véritablement votre connaissance, en somme."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Lun 22 Oct - 0:42

Un froissement de tissu et quelques feuilles tropicales remuèrent. Gabriella écoutait la réponse de Danilo avec plus d'intérêt qu'elle ne l'aurait elle-même pensé. Elle se surprit même à s'en vouloir de faire des histoires à cet homme qui semblait s'intéresser à elle. Il était tellement rare qu'un seul regard se pose sur elle quand elle se trouvait sous l'habit de servante. Elle faisait partie du décor du palais. D'un autre côté, seul le regard du prince Elio lui faisait vraiment chaud au coeur, quand il l'appelait pour lui demander un service, quand il lui souriait.. Ah ce sourire...

*Mon dieu, pauvre prince Elio, tout seul dans son lit, blessé et épuisé...* pensa-t-elle, prise d'un remord subit d'être venue au bal en le laissant.

Non.. non, pour en revenir à della Lonza, il s'était moqué d'elle tout comme cet autre homme qu'elle ne connaissait pas. La voix de Danilo la sortit de ses pensées et la jeune servante tendit l'oreille.

Gabriella pinça d'abord les lèvres, pour mieux se convaincre qu'il ne fallait pas le croire. Mais petit à petit sa moue pincée se défroissa. Il lui assurait avoir réagi de la même manière si elle ne s'était pas habillée de cette façon. Etait-ce là encore une ruse d'un homme pour obtenir ce qu'il désirait ?


"Vous dites cela pour vous faire pardonner, j'en suis persuadée." dit-elle d'un ton à moitié convaincu. Comment savoir ? Elle s'était faite abusée trop de fois à cause de sa naïveté.

Ah, enfin il avouait que sa tenue l'intriguait, ce n'était pas trop tôt. Quand il lui expliqua pourquoi il n'avait pas abordé le sujet, Gabriella surgit brusquement d'à travers les feuilles comme une tigresse sortant de la jungle.


"Effectivement, vous ne savez rien." dit-elle en se plantant face à lui, les mains sur les hanches, telle à son attitude habituelle quand elle s'emportait.

"Et oui, il s'agit d'un sujet sensible ! Et ça ne vous regarde pas." trancha-t-elle.

Gabriella s'aperçut alors qu'elle réagissait comme une enfant capricieuse qui se contredisait. Honteuse, elle détourna le regard et entortilla un ruban de sa robe sur son index avant de reprendre totalement contenance pour se tenir convenablement. Elle avait de nouveau envie de se cacher derrière ces grandes feuilles plates là bas, mais cela n'aurait pas été correct. Son regard vert se posa sur Danilo brièvement puis alterna, se posant sur d'autres plantes aux formes étranges qui se trouvaient non loin.


"Monsieur della Lonza..." reprit-elle d'une voix parfaitement calme.

"Pensez-vous vraiment tout ce que vous m'avancez ? Vous est-il réellement arrivé de présenter des hommages à une servante parce que vous la trouviez plus digne qu'une personne de haute naissance ?" demanda-t-elle avec une pointe de curiosité dans la voix.

"Si c'est le cas, vous seriez bien le premier que je rencontre... c'est loin d'être une pratique courante." dit-elle d'une voix un peu basse en le regardant de nouveau.

"Monsieur della Lonza..." reprit-elle. "Jurez-moi que vous ne m'avez aucunement menti sur vos intentions et je vous promet alors d'accepter votre compagnie pour faire plus ample connaissance."

Amorçant un geste pour lisser sa robe, ses doigts rencontrèrent une protubérance râpeuse et Gabriella retira vivement sa main pour regarder de quoi il s’agissait. Une mâchoire dentée de Dionée s’était plantée dans la dentelle, probablement lors de sa traversée entre les plantes.

"Haaa ! Qu’est-ce que c’est ?! Enlevez-moi ça viiite, s’il vous plaît !" dit-elle précipitamment d’une voix aigue en se mordant les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danilo della Lonza
Gentilhomme - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Dim 28 Oct - 12:55

Ah, tiens donc. Le sujet semblait effectivement être des plus sensibles. Pourquoi donc l'avait-elle amené dans cette direction, alors ? Un petit mystère, oh, oui, c'était bien. Mademoiselle Delmonti n'était pas aussi simple qu'il avait pu paraître, la première fois qu'il l'avait vue. C'était tant mieux. Fussent-elles des servantes, les femmes compliquées étaient toujours passionnantes, surtout lorsqu'elles faisaient preuve de fragilité. Ah, et justement, sa condition de servante rendait cela encore plus intéressant, en fait. Il était finalement rare que des jeunes femmes de basse extraction puissent avoir quelque gêne de cette sorte. Une servante avait ses soucis, un amour pour un valet, un peu d'argent dérobé à son maître... Mais pas le genre de choses qui puissent aisément remonter à la surface lorsqu'elle parlait à un gentilhomme. Pour Gabriella, il commençait à soupçonner une situation plus romanesque -d'ailleurs, il était prompt à ce genre de suppositions, étant lui-même d'un naturel rêveur et romantique. Quelque chose comme un riche amant qui l'aurait couverte de présents avant de disparaître. Ou non, puisqu'elle disait que son comportement était rare et semblait la surprendre, elle ne devait pas avoir eu de puissant dans son lit, finalement. Mais enfin, c'était excitant.

"J'espère votre pardon mais ne l'implore pas, mademoiselle Delmonti. C'est à vous de choisir si vous voulez m'absoudre ou non. Mes mots n'ont pas pour but de vous convaincre de l'un ou de l'autre, ils ne font que refléter ma pensée. Je vous en laisse seule juge."

Il fit une petite pause pour reprendre son souffle. Il avait beau avoir parlé de nombreuses fois à une femme qui lui plaisait, chaque fois, il ne pouvait empêcher son coeur de s'emballer, ses mains de trembler doucement, son esprit de s'échauffer. C'était cela qui le ramenait toujours vers les femmes, malgré Mathilde, malgré ses grands principes sur la fidélité. Le frisson des premiers instants, le frisson de tous les moments passés près d'une femme pour laquelle on a quelque sentiment, que l'on soit son amant ou non. Le frisson était toujours là, prêt à l'emporter, et il se délectait de se combattre pour rester serein, pour ne pas dire n'importe quoi. La frontière entre la maîtrise et la passion était quelque chose de précaire dont il avait toujours aimé jouer, se laissant approcher dangereusement de la perte d'esprits pour le plaisir de se rattraper au dernier moment.

"Oui, je pense réellement ce que je viens de vous dire. Oui, il m'est déjà arrivé de préférer l'âme innocente et bonne d'une servante à l'âme pourrie et mauvaise de sa maîtresse. Je veux regarder les gens tels qu'ils sont, non pas tels qu'ils paraissent. Et je dois vous avouer que pour le moment, Venise ne fait que confirmer ces sentiments. J'ai croisé d'agréables personnes sans rang et d'insupportables nobles. C'en est presque caricatural.
Non, je n'ai pas menti sur mes intentions. Je veux connaître mieux l'une des rares personnes en qui je crois apercevoir un bon fond."

Survint alors un épisode digne de la souris dont il avait héroïquement sauvé une jolie donzelle, quelques années plus tôt dans une auberge parisienne. Une mâchoire de plante tropicale s'était refermée sur la robe de Gabriella, et l'avait amenée à paniquer quelque peu. Une petite faiblesse de plus, vraiment charmant. Diligemment, en veillant à ne pas gêner la jeune femme par une trop grande proximité, il attrapa le petit piège végétal entre deux doigts.

"Il semblerait que cette dionée vous ait trouvée à son goût. J'avoue comprendre son geste, mais cela manque tout de même étonnamment de galanterie. Laissez-moi me charger de l'importune."

Il saisit de la main gauche le lobe inférieur, entre le pouce et l'index, puis glissa doucement son auriculaire dans l'ouverture que laissaient les mâchoires à moitié fermées, forçant petit à petit. Puis, refermant son pouce par dessus le lobe supérieur, il tira d'un coup sec, séparant ainsi les deux parois du piège. Il se redressa, et refit face à Gabriella.

"Vous voilà libre, mademoiselle Delmonti."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Mer 31 Oct - 18:44

Le visage grimaçant comme si la plante l'avait mordue elle et non pas sa robe, Gabriella attendit patiemment que le galant homme détache le monstre végétal miniature de sa dentelle. Quand ce fut fait elle recula d'un pas et regarda la plante d'un air mi-effrayée, mi-dégoûtée.

"Quelle horrible plante... ! Je vous remercie de me l'avoir enlevée... Je crois qu'à l'avenir il vaut mieux éviter de.. traverser entre les feuilles comme je l'ai fait tout à l'heure..." dit-elle d'un ton bas, légèrement honteuse mais aussi amusée par la situation.

"Je suis désolée, vous devez me prendre pour une écervelée.."

Gabriella posa alors de nouveau son regard sur Danilo et lui sourit légèrement, ayant parfaitement retrouvé son calme et sa tenue.

"Je pense que vous êtes quelqu'un de bien, monsieur della Lonza." commença-t-elle.

"Et je vous crois quand vous me dites que vous avez été sincère. Dans ce cas je tiens à m'excuser à mon tour de vous avoir.. accusé d'entrer dans le jeu de cet autre homme qui se moquait de moi."

Le regard de Gabriella se fit un peu vague quand elle ajouta.

"Sachez seulement que cette robe est à moi et que je ne l'ai pas volée. Je l'ai déjà portée un temps où je n'avais pas à craindre que cela porte à rire..."

La jeune femme balaya cette dernière phrase d'un geste de la main comme si elle voulait effacer ses paroles. Son regard redevint clair et précis pour se poser dans celui de son interlocuteur.

"Visiblement vous vouliez seulement me venir en aide, même si vous vous y êtes pris un peu maladroitement, tout de même..." dit-elle en souriant pour effacer tout reproche.

"Puis-je vous demander ce que j'ai.. enfin.. pourquoi vous soucier de moi.. je ne suis qu'une.. Oui je sais ce que vous avez dit.. mais nous nous sommes juste croisés deux fois.. Je ne pense pas que vous puissiez déjà qualifier mon âme de.. comment avez-vous dit ? Innocente et bonne."

Gabriella posa son index sur ses lèvres comme pour mieux réfléchir.

"Je sais aussi que certains nobles sont gentils, généreux et attentionnés alors que j'ai eu à faire à des servantes au caractère épouvantables." dit-elle en pensant à Elio et à Rosa, cette petite bonne qui voulait sans cesse effectuer les tâches auprès du prince alors que c'était la place privilégiée de Gabriella.

"J'aime votre façon de penser monsieur della Lonza. S'intéresser aux personnes indifféremment de leur rang, je trouve cela vraiment très honorable de votre part. Et si vous le souhaitez toujours malgré mon comportement, je serais vraiment ravie de faire à mon tour votre connaissance."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danilo della Lonza
Gentilhomme - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Sam 3 Nov - 12:18

Le musicien savoura discrètement son petit succès, gardant sa mine modeste affichée sur le visage. Il s'était plutôt bien rattrapé finalement, et se plaisait même à voir qu'il avait pris quelque avantage. Bien sûr, elle n'était sans doute pas prête à lui tomber dans les bars, mais après tout, il avait tout son temps. Il n'avait pas grand chose d'autre à faire, après tout. Ses objectifs étaient presque tous morts. Il n'y en avait plus qu'un qui lui importait, et il ne le règlerait jamais en quelques semaines. Il avait bien le temps de s'occuper un peu de femmes. Et de savourer une bonne traque sur le long terme. Une femme qui tombait dès la première passe n'avait aucun intérêt. Elle était juste faible, et sa conquête ne procurait aucun vrai frisson. En cela, luciano di Lorio avait tout à fait raison. Le plaisir le la chasse... Il sourit doucement, l'air apaisant.

"Si toutes les personnes atteintes de certaines répugnances étaient écervelées, je crains fort que le monde ne coure à sa perte. Moi même, je ne saurais échapper à la règle, j'ai aussi mes petits dégoûts de rien...
Vous n'avez pas à vous excuser voyons, votre pardon me comble déjà amplement."

Le sujet de la robe revint une dernière fois dans la bouche de Gabriella. Elle lâcha ce que l'on pourrait appeler un amuse-gueule, de quoi éveiller l'appétit sans le satisfaire. Mais cela fleurait bon le secret nauséabond, avec sans doute une grande part d'humiliation personnelle. C'était touchant. Obtenir la confidence complète vint se placer relativement haut dans la liste des espoirs du claveciniste. Les douleurs secrètes d'une femme avaient quelque chose d'indéniablement érotique.

"Je saurais me contenter de ce fragment de vérité si vous ne vous sentez aucunement prête à en dire plus. Les secrets des autres ne me regardent que dans la mesure ou l'on désire me les faire partager."

Oh, une question piège. Eviter de répondre de manière trop flatteuse et enjolivée pour ne pas laisser voir trop le syndrome du séducteur. Ne pas dire toute la vérité non plus. On aime rarement s'entendre dire de prime abord que l'on a été abordée à cause d'une certaine ressemblance avec la défunte compagne de son vis-à-vis. Ne pas mentir totalement non plus, il n'y a rien de mieux pour paraître dire la vérité que de dissimuler une part de vrai dans son petit mensonge.

"J'ai... Disons, un sixième sens. J'ai pris pour habitude de lire le visage des personnes que je rencontre, et d'en pouvoir deviner de manière diffuse un grand aspect de son caractère. Je ne sais si le mot innocence vous convient réellement... Mais bonne, vous l'êtes certainement. Vos traits ne mentent pas sur ce point."

*Sans parler des courbes.*

Ce qui, somme toute, était assez vrai. Sauf qu'il n'avait pas vraiment procédé ainsi pour Gabriella. Enfin, c'était surtout un mensonge par omission. Les meilleurs. Il répondit à la dernière parole de Gabriella, un sourire galant aux lèvres.

"Si j'ai cherché votre compagnie malgré votre comportement à mon égard, que je juge d'ailleurs mérité, croyez-vous que je la rejetterai maintenant que vous me l'offrez? "

"La connaissance de Danilo della Lonza n'est pas une tâche des plus compliquées. Son histoire est assez simple en vérité, ses comportements guère plus sophistiqués. L'homme fut jeune, un temps, époque ou il fut sous l'aile d'Andrea Adorasti. Puis, avide de voyages, l'homme quitta son protecteur pour découvrir la France. Un jour, lassé, il décida de revenir vers les siens, et le voilà à Venise.
Son caractère... Oh, c'est un homme qui n'aime guère parler de lui, sauf peut-être aux femmes. Le clavecin est sa passion première. Il aime à rencontrer des personnes dont l'âme ne lui semble pas noircie par les effluves du pouvoir. Il espère être quelqu'un d'agréable et digne de confiance. Il se questionne beaucoup sur lui-même, non pas pour le regard des autres, mais pour le sien propre. Musique et beauté intérieure sont les deux choses qui lui rendent sa vie intéressante.
Voilà qui est Danilo della Lonza, peint en quelques mots, par un regard sans objectivité. Si vous appreniez à le connaître mieux que lui-même ne le fait, n'hésitez pas à lui parler de ce qu'il ne voit pas. Il aime connaître les autres autant que se connaître soi."

Il eut un petit soupir ou transparaissait une certaine forme d'amusement. Il aimait parler de lui à la troisième personne, comme de quelqu'un absent. Cela n'avait rien du nous monarchique, c'était plutôt une trace d'humilité, l'envie de ne pas dire "moi je".

"La peinture n'est-elle pas trop laide pour vous?"acheva-t-il, sur un ton malicieux, en mimant une petite révérence pleine de déférence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Delmonti
Servante - Ca'Adorasti
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Dim 11 Nov - 1:07

Gabriella se sentit soulagée d'entendre Danilo la rassurer sur le fait qu'il ne la considérait pas comme une écervelée. Il faut dire qu'elle avait essuyé des échecs douloureux avec les hommes, que ça soit des relations d'amitié ou d'amour. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de s'emporter et certains de ses actes pouvaient sembler inconsidérés. Elle était comme ça et ne pouvait guère changer son caractère impulsif. Ca plaisait ou non.

Gabriella se demanda vaguement quels étaient les répugnances de cet homme mais jugea bon de ne rien dire. Elle hocha la tête d'un air reconnaissant quand Danilo exprima clairement le fait qu'il se contenterait de ce qu'elle lui avait révélé sans chercher plus avant à en connaître d'avantage sur le sujet épineux de sa robe. Gabriella ne put retenir un soupir d'admiration inconsciente. Ce della Lonza avait quelque chose du prince Elio dans sa sagesse qui lui plut bien.


*Sauf que le prince Elio ne serait pas intervenu dans une conversation comme il l'a fait...* se tempéra-t-elle.

Reposant son regard sur son interlocuteur, elle écouta sa réponse avec un léger sourire qui provenait sans doute plus du verre de vin qu'elle avait bu combiné à la douce chaleur de la serre que des paroles même de Danilo.


"Un sixième sens ? Comme c'est intéressant.. et pratique." dit-elle en rougissant légèrement de ses paroles suivantes.

"Bonne... ? C'est gentil je.. en fait, je peux être détestable également quand je n'aime pas quelqu'un." avoua-t-elle. Pas quel voulait contredire Danilo mais elle voulait tempérer ses compliments pour se sentir moins gênée.

Il la rassura sur le fait qu'il souhaitait toujours sa compagnie et Gabriella sourit, baissant un peu le regard. Elle écouta le bref récit de la vie de Danilo avec un certain intérêt du moment qu'il prononça le nom Adorasti. A la fin de son compte rendu, Gabriella eut un léger rire, les doigts de sa main gantée contre ses lèvres.


"Elle n'est pas laide du tout, au contraire. A mon tour."

Gabriella se racla la gorge et entama un récit en imitant Danilo sur la forme.

"L'histoire de Gabriella Delmonti est peut-être un petit peu compliquée mais elle peut être résumée ainsi. Gabriella fut jeune, un temps ou elle vivait dans sa famille. Puis, avide de voyages et de liberté, la jeune fille quitta Rome, et la voilà à Venise.
Concernant son caractère, c'est une jeune fille serviable et méticuleuse, énergique et spontanée, douce avec les gens qu'elle apprécie et plus froide avec ceux qu'elle n'aime pas. Elle n'a jamais parlé d'elle à la troisième personne et trouve cela amusant."

Gabriella étouffa un rire amusé et ajouta.

"La peinture est une copie mais qui reflète l'essentiel de la réalité."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pourpre
Du Bout des Doigts
avatar

Nombre de messages : 557
Statut : Admin
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: La Serre Exotique   Ven 16 Nov - 4:49

ELLIPSE TEMPORELLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loch-lurgainn-house.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Serre Exotique   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Serre Exotique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gestion de l'eau : le service public serre les poings
» Hé! Pousse-toi de mon territoire toi! [PV Serre d'Aigle]
» [Don]La serre a baie
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» À quoi nous serre la gourde?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VENISE :: ENTRE NOUS :: LA CITE :: Le Jardin du Castello-
Sauter vers: